Parachat Pin'has
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Une université israélienne crée une variété de basilic résistante à une épidémie mondiale

Israël Technologies


Une première variété de basilic doux résistante au mildiou, vient d’être obtenue en culture non OGM par des chercheurs israéliens de l’Université Bar-Ilan. Le basilic, une herbe aromatique très répandue en cuisine et très prisée des Israéliens sous forme de pesto, est attaquée par cette grave épidémie mondiale.

L’Italie sans tomates, l’Irlande sans pommes de terre et les États-Unis sans café filtre, tous ces cauchemars culinaires sont inimaginables. Ajoutons-y un monde dépourvu de basilic, sans salade Caprese et sans feuilles fraîches mélangées aux salades ou fondues. Ce cauchemar pourrait

bien devenir réalité.

Ces dernières années, les cultures de basilic doux ont été gravement attaquées partout dans le monde par une épidémie de mildiou qui déforme les feuilles et provoque des taches (lésions chlorotiques) sur les belles feuilles vertes. Ce pseudo-champignon flétrit les feuilles et rend la plante non commercialisable. Cette maladie peut se propager par le vent, des feuilles et ou des graines infectées, des semences contaminées, ou du transport de matériel. Elle a même été repérée dans des serres où le basilic n’avait jamais été cultivé auparavant. Souvent, la maladie reste « dormante », invisible, lors de la récolte et n’apparaît que quelques jours plus tard.

Mais une invention israélienne est désormais disponible pour continuer à utiliser cette délicieuse herbe fraîche dans nos pâtes.

Le mildiou du basilic, apparu pour la première fois en Israël en 2011, a conduit les chercheurs de l’Université Bar-Ilan et les spécialistes des semences de Genesis Seeds à étudier le mode de transmission de ce champignon à la feuille. Les mildious sont très actifs et peuvent se propager rapidement.

«Ces dernières années le Basilic, a été affecté dans le monde entier par une nouvelle maladie qui ne peut pas être traitée par pulvérisation chimique à cause de la réglementation», a déclaré le Pr Yigal Cohen, chercheur lauréat du prix Israël à l’Université de Bar-Ilan en Israël. « Il fallait donc trouver d’autres moyens de vaincre la maladie. Nous avons donc recherché des gènes résistants à la maladie dans une très large variété de basilics doux du monde entier. Nous n’avons trouvé aucune variété résistante. Nous avons donc étudié une vaste variété de basilics sauvage et nous avons trouvé trois variétés sauvages très résistantes. Nous avons transféré les gènes de ces variétés à des variétés traditionnelles avec des méthodes de culture classique non-OGM, car il est interdit de cultiver des OGM en Israël », a déclaré le Pr Cohen.

«Or, ces espèces sauvages ont un nombre de chromosomes différent des cultivars. Ils ne peuvent pas être croisés. Nous avons donc utilisé une autre méthode pour créer des croisements qui ne peuvent pas produire de plantes, mais nous avons extrait les embryons des plantes croisées avant leur avortement ».

C’est ainsi que l’équipe de Yigal Cohen a réussi à transmettre le gène résistant aux cultivars de basilic doux, tout en conservant parfaitement le goût.

«Nous sommes les premiers à avoir développer une variété résistance au basilic contre cette maladie qui se répand à toute vitesse dans le monde entier. Il fallait trouver quelque chose de toute urgence », a déclaré le Pr Cohen.

Les nouvelles semences résistantes seront sûrement utilisées localement, Israël étant l’un des principaux exportateurs d’hiver d’herbes fraîches vers l’Europe, la Russie et l’est des États-Unis. Israël exporte chaque année pour plus de 80 millions de dollars de produits à base d’herbes fraîches, dont la moitié à base de basilic cultivé dans les déserts du Néguev et de la Arava, ainsi que dans les vallées de Jourdain et de Beit She’an.

Selon Genesis Seeds, malgré le coût relativement élevé des semences résistantes, les consommateurs ne payeront pas davantage pour leur basilic.

L’université Bar-Ilan et Genesis Seeds commercialisent désormais ce nouveau cultivar de basilic doux sous la marque Prospera par l’intermédiaire de BIRAD, la société de transfert de technologies de l’université.

Source: Science Info Israel