Parachat Pin'has


Cours de Rav Yaakov Sitruk:

La Vérité si je mens 2

Cours vu 385 fois
Cours de Rav Yaakov Sitruk:

La Vérité si je mens 2

Cours vu 385 fois


Bannière
Bannière

Le Temple vit encore en nous

Halakhot du 9 av

Cette Halacha est dédiée à
L'élévation de la Neshama du Grand Rabbin ‘Haïm Yéhouda Ya’akov Méss’oud Ben Esther (MAMAN) z.ts.l, Grand Rabbin de VILLEURBANNE (France), décédé des suites d'une longue maladie, ainsi qu'à la prompte et totale guérison de mon beau père Its'hak Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Charly Israël Ma’hlouf Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Ménou’ha Eliana Bat Esther (Réfouat Ha-Néfesh Ou-Rfouat Ha-Gouf), et de Eliahou Ben Myriam (LASRY), Caroline Elasri Bat Emma, Judith Yéhoudit Bat Méssa’ouda, Karine Fré’ha ‘Haya bat Ma’ha, Serge Shim’on Ben Feïgle parmi tous les malades d’Israël.


Nos maitres enseignent dans la Guémara Ta’anit (30b) :
Celui qui mange et boit le jour du 9 Av, ne méritera pas de voir la réjouissance de Jérusalem. Celui qui prend le deuil sur Jérusalem, mérite de voir sa réjouissance, comme il est dit (Yécha’ya 66) : « Réjouissez-vous avec Jérusalem et soyez dans l'allégresse pour elle, vous tous qui l'aimez ! Prenez part à sa joie, vous tous qui êtes en deuil à son sujet ! ».

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l fait une analyse des termes employés par nos maitres dans cet enseignement. En effet, au début de leurs propos, nos maitres disent que celui qui ne prend pas le deuil sur Jérusalem « ne méritera pas » de voir sa réjouissance, en utilisant une forme au passé. Alors qu’en fin de leurs propos, nos maitres modifient la forme et disent que celui qui prend le deuil sur Jérusalem « mérite » de voir sa réjouissance, en utilisant cette fois-ci une forme au présent.

Lire la suite : Le Temple vit encore en nous