Parachat Vayetse
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Des prières et de Miracles

Pessah'

Pessah et la Sortie d’Égypte viennent nous rappeler que l’essentiel de l’exil là-bas a été provoqué par la faute contre le Pays d’Israël. Il s’agissait d’une atteinte contre la Emounah / confiance, contre la Tefilah / prière et les miracles. Comme conséquence de ce que Avraham a dit (Berechit 15,8) « par quoi reconnaîtrai-je ? » Ce qui constitue une atteinte par rapport au principe représenté par le Pays d’Israël, un principe de Emounah ! Maintenant, durant Pessah, nous nous remémorons la Sortie d’Égypte. Un temps de Délivrance et de miracles réalisés en notre faveur par Hachem. D’impressionnants événements se sont produits lors de notre Sortie de ce creuset de souffrance, en vue de nous amener vers le Pays d’Israël. Comme il est écrit (Devarim 6,23) « Il nous fit sortir de là-bas pour nous amener ici, pour nous gratifier du Pays qu’il avait promis à nos pères ! » Et ainsi de très nombreux versets, se retrouvant dans toute la Torah, nous démontrant que la Sortie d’Égypte s’est produite pour nous amener vers le Pays d’Israël.

Tout s’est passé pour nous donner le mérite d’atteindre la sainte Emounah. Elle représente l’essentiel de tout. Elle est l’essence de tout le service à accomplir par l’homme durant tous les jours de son existence. C’est tout le sens de sa venue dans ce monde, parvenir à mériter la Emounah, Le reconnaître, béni soit-Il. C’est la finalité

absolue de toutes les finalités. La Sortie d’Égypte, le Don de la Torah, les signes et les prodiges impressionnants, tout ce que Hachem a réalisé avec nos Pères, et avec nous, depuis ce jour où nous avons été extraits de là-bas, jusqu’à aujourd’hui, durant toutes les générations. Tout est pour rendre publique et accessible le principe de Son Éternité. Pour savoir et reconnaître que Lui gouverne tout, qu’Il est le Créateur. De sorte que tous méritent d’atteindre une véritable et entière Emounah.

Mais, il est impossible de mériter la Emounah, si ce n’est grâce à la vérité. Comme il est écrit (Yeshayahou 11,5) « la justice sera la ceinture de ses reins, et la loyauté l’écharpe de ses flancs ». Le Zohar (Balaq 198:) insiste : la justice est-elle la Emounah ? Quand l’attribut de justice se renforce sur celui de la vérité, il devient la Emounah ! Il s’ensuit que l’essentiel de la Emounah s’atteint grâce à la vérité. Car l’essentiel de la Emounah se réfère à ce que l’intelligence ne parvient pas à comprendre. Parce que ce qu’il nous est donné de saisir ne peut pas être appelé de la Emounah.

 Mais, s’il en va ainsi pour ce qu’il ne comprend pas, alors d’où lui viendra la Emounah ? C’est la raison pour laquelle celle-ci dépend essentiellement de la vérité. Parce qu’il convient, pour celui qui dispose de son esprit, qu’il se donne la peine de réfléchir, qu’il recherche à réparer son Nefesh / âme et qu’il aspire à atteindre sa véritable réussite. Il devra bien orienter sa vision vers la vérité, avec un œil vrai, sans rechercher une victoire ou une vexation. Car pris par l’ambition de vaincre, on peut en venir à transformer toutes sortes de vérités en mensonges. C’est pourquoi, tout ce que l’on exprime avec vérité peut se métamorphoser vers son contraire, vers sa finalité. Car, malgré tout, la vérité est une.

Aussi, chacun qui veut prendre garde à lui-même, s’il tient à protéger son Nefesh / âme, et celui de ses enfants, et pour toutes les générations à venir, jusqu’à la fin de toutes les générations, il doit être très attentif à ne pas en venir à se tromper lui-même. Parce que chacun ne peut tromper que lui-même pour tout ce qui se rapporte à l’éternité et à l’existence dans ce monde-ci. Comme il est écrit (Proverbes 40,8) « la vérité est éternelle ; le mensonge dure un clin d’œil ». Parce que (Zohar Ki Tissa 188:) à l’avenir la vérité s’imposera. Car durant les jours à venir du Mashiah, la vérité deviendra une évidence. Et alors chacun saura distinguer (Melahi 3,18) « vous verrez la différence entre le Juste et le méchant ». Bien qu’également le mensonge, lorsqu’il se revêt selon la vérité, il déclare que c’est ainsi ! À tel point qu’il devient très difficile de parvenir à établir une distinction. Si ce n’est grâce à d’intenses appels à adresser vers Hachem. Par contre, à l’avenir, la vérité sera une évidence reconnue. Et à la fin ultime, la véritable vérité sera acceptée comme telle.

Il s’ensuit cette règle, lorsque l’homme veut mériter une Emounah intègre, face à Hachem, face aux vrais Justes et aux personnes vraiment intègres, il doit s’attacher à observer vers la véritable vérité. Il ne doit absolument pas dévier ni se tromper lui-même par rapport à ces notions. Alors assurément, il méritera une Emounah entière. Même si malgré tout, il ne parviendra pas à comprendre et à saisir parfaitement tout cela dans son esprit. S’il observe avec pertinence vers la vérité alors, malgré tout, il méritera une compréhension nécessaire de sorte à affirmer sa Emounah / croyance. Concrètement, l’essentiel de la sainte Emounah consiste à croire en Hachem, dans Sa Torah transmise par l’intermédiaire de Moshe Rabenou, la Torah écrite et la Torah orale, dans Sa Surveillance et Sa Présence, et Son Intervention particulière dans les moindres détails. 

Mais, il se trouve certaines personnes qui sont confrontées avec des pensées étrangères. En fonction de leurs recherches, certains, même parmi Israël, rejettent les enseignements de nos commentateurs. Ils donnent des explications basées sur les sciences, débouchant sur des hérésies absolues. Au point de développer des théories bizarres en vue d’essayer d’expliquer les impressionnants miracles dont nos pères ont été les témoins. Heureux sont ceux qui ont le mérite de ne pas du tout s’investir ou d’examiner de telles recherches. Mais ils aspirent à rechercher la vérité première, celle qui nous est enseignée et transmise de génération en génération. Une sagesse de la vie qui permet de comprendre et de savoir où se trouvent les fondements de la vérité. Ils permettent d’accepter effectivement la réalité des miracles et des prodiges. Comme ils nous sont transmis par notre sainte Torah, par les Prophètes et dans les Écrits.

Parce que Hachem les a fait sortir d’Égypte au moyen d’extraordinaires prodiges indubitables. Ainsi, les eaux se sont transformées en sang pour les Égyptiens, mais elles sont restées selon leur nature pour les Hébreux. De même pour les autres différentes plaies. Par la suite, Il a ouvert la mer où Il nous l’a fait traverser. Mais pour les Égyptiens qui nous ont poursuivis, Il l’a refermée sur eux et ils ont été engloutis selon Son Décret. De même pour les impressionnants miracles accomplis sur la mer, comme ils sont décrits dans les Midrashim et la Guemara (Tanhoumah Bechalah 10). Ainsi pour tous les autres extraordinaires miracles (Devarim 34,12) « toutes ces imposantes merveilles ». Comme la Manne qui est tombée du ciel durant quarante années de suite. Jamais de tels signes n’ont été conçus, comme il est écrit (ibid. 4,32) « interroge donc les premiers âges, qui ont précédé le tien… demande si rien d’aussi grand n’est déjà arrivé, ou si l’on a ouï de pareilles choses ! » Et ainsi pour tous les prodiges dont nous avons bénéficié durant toutes les générations, avec Yehoshouha, avec Hanania, Michael et Azariah dans la fournaise, ou Daniel dans la fosse des lions, ou la chute de Haman, qui avait au début été tellement élevé pour finir pendu. Et Mordehai a été élevé à sa place, etc. Et pour tous les autres miracles accomplis pour nos Pères en notre faveur, tant ceux dévoilés que les cachés. 

Malgré tout, il existe des ‘renégats’ qui renient tout, selon leurs voies erronées. Mais, celui qui veut bien examiner selon l’évidente vérité concernant notre présence, doit constater la vanité de leurs conceptions. Il n’y a aucune nécessité de tenter de les réfuter, parce que le mensonge tombe de lui-même, comme la vérité et l’évidence témoigne pour elle-même. Pour nous, il convient de beaucoup remercier Hachem chaque jour de notre existence. Car Il nous permet de nous distancer de leurs erreurs. Il nous a donné la Torah de vérité. Il nous ouvre les yeux pour nous permettre de regarder et de voir la vérité. Jusqu’à ce que nous méritions de croire / Lehamin en Lui, et en Moshe Rabenou Son Serviteur, jusqu’à ce jour.

Il en va de même maintenant au sujet des divergences de points de vue entre les Sages. À tel point qu’il est devenu très difficile de savoir où se situe la vérité. Surtout, lorsqu’on recherche la véritable vérité. Mais, si effectivement, l’on ne veut pas se tromper soi-même, assurément il est possible de mériter de savoir où est la vérité et de parvenir à une Emounah intègre. Parce que la Emounah dépend de la vérité. C’est-à-dire, lorsqu’on veut mériter une Emounah intègre, il s’impose de prendre en considération uniquement la vérité. Il faut avec constance rechercher la vérité, sans jamais exprimer de mensonge, sans tromper son prochain, sans se tromper soi-même. Ainsi, même si l’on ressent quelques perturbations à propos d’interrogations pour lesquelles l’on ne trouve aucune solution, malgré tout on parvient à saisir de loin ce qu’il convient de croire en Hachem.

De nos jours, nous sommes également confrontés à des gens sceptiques, arrogants dans leur opposition. Ils renient et remettent en cause toute croyance. À cause de leur influence, ils arrivent même que quelques personnes intègres tombent dans leurs filets. Ils finissent même par s’opposer à la diffusion d’écrits relatant des miracles. Tant l’hérésie les saisit. Mais cela ne doit pas nous empêcher de toujours rechercher la vérité. Car les enseignements de la sainte Torah se perpétuent à travers toutes les époques, envers et contre tout. Ils ne s’annulent jamais. Pour nous aider, nous pouvons toujours rechercher et trouver des conseils auprès des Justes de nos générations. Leurs conseils ressemblent à une semence de vérité. Et lorsqu’on reçoit un conseil de quelqu’un, c’est comme si l’on recevait de lui une semence. Si le conseil vient d’un Juste, cela correspond à une fécondation de la vérité. Ainsi, l’on mérite la vérité. Mais, dans le cas contraire, le conseil de mécréants provoque une opposition contre les Justes. Cela correspond (Berechit 3,13) « le serpent m’a entraîné ». Dans ce cas, grâce au commandement des Tsitsit, l’homme peut se sauver des conseils du serpent, des mécréants qui incitent à la débauche. Grâce aux conseils des Justes, en mettant les Tsitsit, on peut protéger notre vision et mériter la Emounah. Grâce à elle viendra la Délivrance. Ce qui correspond (Cant. 4,8) « viens avec moi, regarde depuis les hauteurs la Emounah… »

Chabat Chalom et Pessah Casher et Sameah
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan