Chiourim.org

Une invention israélienne qui va sauver de nombreux bébés!

Israël Technologies

L’hôpital « Carmel » et le Technion ont mis au point un appareil unique au monde, qui est capable de détecter rapidement les moindres problèmes respiratoires chez les nourrissons et prématurés. Sous la direction du Dr. Dany Weissman, qui travaille à l’Unité de soins Intensifs des Prématurés, et du Prof. Amir Landsberg, du Technion, les chercheurs ont créé cet appareil appelé « Pneuomonitor ».

Le Dr. Weissman a déclaré « que ce procédé novateur constituait une percée mondiale qui allait permettre de sauver la vie de nombreux bébés ». Les bébés qui naissent prématurément ont souvent des problèmes respiratoires parce que leurs poumons ne sont pas encore développés comme il faut. Mis à part le traitement qu’ils reçoivent, ces nourrissons ont besoin d’être sous surveillance constante car leur vie est en danger. Avec cet appareil, le personnel médical sera immédiatement averti des moindres modifications dans leur respiration avant qu’ils ne se trouvent en état d’asphyxie.

Jusqu’à présent on estime que 45 % des détresses respiratoires des prématurés ne sont pas détectées à temps avec tous les risques que cela comporte. Lorsque les appareils actuels détectent un problème, il est déjà tard car la quantité d’oxygène dans le sang a baissé. Le Technion a breveté l’appareil et créé une société appelée « Pneuomedicare » dont le siège est à Yokneam.

Les Dr. Weissman et Prof. Landsberg ont obtenu pour leur invention le « Prix Herzl Rich », décerné annuellement par le Technion à des chercheurs qui oeuvrent pour le bien de la société. Beau succès pour des « tueurs d’enfants »…

source: israel 7

 

Victor III ou le mystère du Pape juif

Israël Technologies

Le mystère du Pape Victor III n’a jamais été complètement élucidé. Selon qu’il s’agisse de sources chrétiennes ou juives, les versions divergent.

Selon les historiens classiques, Victor III serait né vers 1026, d’une branche non régnante des ducs Benevento de Lombardie. Fils unique, son désir d’embrasser la vie monastique s’est vivement heurté à l’opposition de ses parents. Après la mort de son père en 1047, il fuit un mariage arrangé et finalement obtint la permission d’entrer au monastère où il fut baptisé Desiderius. Quelques années plus tard, Desiderius s’attacha à la cour de Victor II à Florence

En 1055, il retourna à sa communauté monacale. En 1059, il fut ordonné cardinal-prêtre.

Desiderius fut le plus grand des abbés de Monte Cassino. Il reconstruisit l’église et le couvent, fonda une école d’art et rétablit la discipline monastique de sorte que 200 moines vinrent s’établir dans le monastère.

Desiderius fut ensuite appointé comme vicaire papal par le Souverain Pontife, avec pour fonction de nommer évêques et abbés.

Assurément l'importance de Desiderius dans l'histoire papale repose sur l’influence qu’il exerça auprès des Normands en faveur du Saint-siège.

A cette époque, l’Italie était en proie à de nombreuses querelles, notamment entre Normands et Lombards, entre l’Empire byzantin et la Papauté. Durant ces longues années de conflit, Desiderius diplomate du Vatican, essaya sans relâche de rallier chaque partie au Saint-Siège. Finalement, la papauté remporta la victoire sur l’empire et les Normands s’installèrent dans le sud de l’Italie. Suite à la mort du pape Grégory VII, les cardinaux se réunirent pour élire son successeur. Desiderius fut choisi malgré ses réticences à exercer cette haute fonction . Il devint le Pape Victor III en 1086. Mais un an après, sous la pression du peuple qui se révolta, Victor III fut chassé de Rome. Il se retira à Monte Cassino, abandonnant son insigne papal. Ainsi s’acheva son très bref règne et peut-être même sa vie car personne ne sut jamais ce qu’il devint.

Lire la suite : Victor III ou le mystère du Pape juif

 

Cours du Rav Zamir Cohen sur Chiourim.org

Israël Technologies

Profitez des cours vidéos inédits du Rav Zamir Cohen en français

   

Un cri du coeur pour plus de lumière

Israël Technologies

Par Mme ‘Hava (Eva) Sandler de Toulouse

Mon cœur est brisé. Je suis incapable de parler. Il m’est impossible d’exprimer l’immense et dévorante douleur engendrée par l’assassinat de mon cher mari, Rav Yonathan, de nos fils, Aryeh et Gavriel, et de Miriam Monsonego, la fille du dévoué directeur d’Ozar Hatorah et de son épouse, le Rav Yaakov et Mme Monsonego.

Puisse personne ne jamais avoir à endurer une telle détresse et une telle souffrance.

L’esprit du peuple juif ne peut jamais être éteintParce que beaucoup d’entre vous, mes chers frères et sœurs en France et partout dans le monde, demandent ce que vous pouvez faire pour moi-même, pour ma fille Liora et pour les âmes de mes chers mari et enfants, je pense que, aussi difficile que ce soit pour moi, il est de mon devoir de répondre à vos sollicitations.

Mon mari avait voué sa vie à l’enseignement de la Torah. Nous sommes retournés dans son pays natal pour aider les jeunes à apprendre la beauté de la Torah. Il était vraiment un homme bon, aimant, généreux et désintéressé. Il était sensible à toutes les créatures de D.ieu, toujours à la recherche de moyens pour révéler la bonté chez les autres.

Lui et moi élevions Aryeh et Gavriel dans les chemins de la Torah. Qui aurait pu s’imaginer que leur séjour sur cette Terre, et le temps que moi, leur Maman, je passerais avec eux, serait aussi brefs ?

Je ne sais pas comment moi et les parents et la sœur de mon mari trouverons la consolation et la force de continuer, mais je sais que les voies de D.ieu sont bonnes, et qu’Il nous montrera le chemin et nous donnera la force d’avancer. Je sais que leurs saintes âmes resteront avec nous pour toujours, et je sais que, très bientôt, le temps viendra où nous serons de nouveau réunis avec la venue du Machia’h.


S’il vous plaît, invitez une autre personne chez vous afin que tous aient une place à un Seder pour célébrer la fête de notre libertéJe crois de tout mon cœur en les mots du verset : « L’Éternel a donné, et l’Éternel a repris ; que le Nom de l’Éternel soit béni. » Je remercie le Tout-Puissant pour m’avoir donné le privilège, aussi bref qu’il fut, d’élever mes enfants avec mon mari. Maintenant, le Tout-Puissant a voulu les reprendre près de Lui.

À tous ceux qui souhaitent apporter la consolation à notre famille et le bien-être aux âmes des défunts : perpétuons leur vie sur cette Terre.

Aux parents, s’il vous plaît, embrassez vos enfants. Dites-leur combien vous les aimez, et comment il est cher à votre cœur qu’ils soient des exemples vivants de notre Torah, pénétrés de crainte du Ciel et de l’amour de leurs semblables.

S’il vous plaît, augmentez votre étude de la Torah, que ce soit seul ou avec votre famille et vos amis. Aidez ceux pour qui il peut être difficile d’étudier seul.

S’il vous plaît, ajoutez de la lumière au monde en allumant les bougies du Chabbat ce vendredi soir et chaque vendredi soir. (Et, si vous le pouvez, faites-le un peu plus tôt que l’horaire publié, afin d’ajouter de la sainteté à notre monde.)

La fête de Pessa’h est proche. S’il vous plaît, invitez une autre personne chez vous afin que tous aient une place à un Seder pour célébrer la fête de notre liberté.

S’il vous plaît, ajoutez de la lumière au monde en allumant les bougies du Chabbat ce vendredi soir et chaque vendredi soirTout en évoquant la douleur de nos souffrances en Égypte il y a si longtemps, nous déclarons toutefois chaque année comment « dans chaque génération, ils se sont dressés contre nous pour nous détruire ». Cette année aussi nous proclamerons d’une voix claire et puissante : « Et D.ieu nous sauve de leurs mains. »

L’esprit du peuple juif ne peut jamais être éteint ; son lien avec la Torah et ses commandements ne peut jamais être détruit.

Puisse être la volonté de D.ieu que nous ne connaissions dorénavant que le bonheur.

J’adresse mes plus sincères condoléances à la famille Monsonego pour la perte de leur fille Myriam, et je prie pour le prompt rétablissement d’Aaron ben Leah, qui a été blessé dans l’attaque.

Je vous remercie pour votre soutien et votre affection.


(Habad.org)


 

La tuerie de Toulouse rouvre le débat sur l'aliyah des juifs de France

Israël Technologies

La tuerie de Toulouse a rouvert un débat au sein de la communauté franco-israélienne sur l'aliyah, l'immigration des juifs de France vers Israël, entre ceux qui souhaitent qu'elle s'accélère et d'autres qui refusent qu'elle réponde à la peur.

"Cet attentat horrible devrait avoir des conséquences sur l'aliyah car les juifs de France vivent dans la peur", écrit Avraham Azoulay, le directeur du P'tit Hebdo, un magazine gratuit populaire chez les Franco-israéliens, dans le quotidien de droite Makor Rishon.

Selon cet ancien Toulousain, les Juifs de France "ne sont plus en sécurité" après l'attaque contre une école juive à Toulouse qui a fait 4 morts, dont 3 enfants.

Au cours de la dernière décennie, entre 1.800 et 3.000 juifs français ont fait chaque année leur aliyah (littéralement "montée" en hébreu), selon des chiffres officiels.

Cette immigration a été plus importante au début des années 2000, en raison des tensions liées à la deuxième intifada, mais elle s'est ralentie ces dernières années. La France est passée au 5e rang des pays de départ.

La communauté juive de France --la plus large d'Europe-- compte selon diverses estimations entre 500.000 et 700.000 membres.

Lire la suite : La tuerie de Toulouse rouvre le débat sur l'aliyah des juifs de France

   

Page 222 de 222