Parachat Re'eh
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Se souvenir chaque jour de la Sortie d’Égypte

Pessah'

Durant Pessah, c’est un très important commandement de faire le récit de la Sortie d’Égypte. Et c’est pour nous une obligation de nous souvenir chaque jour de la Sortie d’Égypte. Comme il est écrit (Devarim 16,3) « afin que tu te souviennes du jour où tu as quitté le pays d’Égypte, tous les jours de ta vie ». Également au début du Don de la

Torah il est écrit (Chemot 20,2) « Je suis Hachem Ton Éternel qui t’a fait sortir du pays d’Égypte ». De même dans de nombreux commandements il est rappelé la Sortie d’Égypte. Parce que dorénavant toute notre introduction dans le service divin, chaque jour, est grâce à la Sortie d’Égypte. Car nous disposons d’un commencement où débuter. Du fait que Hachem, béni soit-Il, a déjà engagé notre Délivrance grâce à Moshe Rabenou. Il nous a délivrés au moyen de prodigieux signes. Nous exprimons nos louanges et notre reconnaissance vers Lui, béni soit-Il, chaque jour, soir et matin. 

Ainsi nous éclairons la vérité, jusqu’à ce que se dévoile Sa simple Unicité parmi toutes les différentes actions. De la sorte s’annule la force de l’exil des nations. Jusqu’à ce que nous méritions une délivrance complète. De là notre obligation de nous remémorer ce sujet de la Sortie d’Égypte tous les jours, soir et matin. Et tous ceux qui multiplient les récits concernant la Sortie d’Égypte sont dignes de louanges. Parce que maintenant tous nos commencements pour espérer la Délivrance et pour nous rapprocher vers Hachem, béni soit-Il, c’est grâce à la Sortie d’Égypte. Et nous apprenons et comprenons également dans le détail tous les miracles et tous les prodiges susciter par Hachem, béni soit-Il, pour nous dans chaque génération (Ramban Chemot 13,16). À tel point que dans les moindres détails Hachem, béni soit-Il, fait bénéficier à tout un chacun de très nombreux miracles chaque jour. Nous Le remercions pour cela tous les jours. Grâce à cela chacun peut se rapprocher vers Hachem, béni soit-Il. Ainsi, nous disons chaque jour avant la prière de Chemona Essre le matin ‘Emet Veyatsiv’, et ‘Emet Veemounah’ le soir. Là nous Le remercions et nous remémorons les miracles de la Sortie d’Égypte et tous ceux dans toutes les générations. Comme nous disons ‘Son Soutien et Son Aide en faveur nos Pères’. Il les protège et les délivre, eux et leurs enfants après eux, dans chaque génération. Précisément parce que nous Le remercions pour tous Ses Prodiges. Ainsi effectivement nous pouvons pénétrer dans la Tefilah / prière et Le supplier. Et c’est pourquoi durant Shabat nous rajoutons ‘Nichmat’. 

Ce sont d’extraordinaires louanges et remerciements. Parce que l’essentiel de l’ensemble des différentes et multiples actions s’inclut dans la simple Unicité grâce à la sanctification du Shabat. Ce qui se mérite au moyen de ces remerciements mentionnés. Raison pour laquelle nous formulons alors d’exceptionnelles louanges. Ce sont toutes les merveilleuses reconnaissances dans le ‘Nichmat’, que tous les vivants bénissent. Ainsi nous commençons par (Devarim 6,21) « nous étions asservis à Pharaon, en Égypte, etc. ». Parce qu’avant la Délivrance, c’est-à-dire dans l’exil, avant de mériter d’attirer la sainteté du Shabat parmi les jours profanes, alors nous étions des esclaves. Du fait de la domination des jours profanes qui correspondent à la servitude. Et Hachem, béni soit-Il, Lui-même avec une Main forte et un Bras étendu nous a sorti de là-bas. Bien que nous ne fussions pas dignes. Parce que nous n’avions pas encore attiré par nous-mêmes toutes ces réparations. Malgré tout, Hachem, béni soit-Il, a eu pitié de nous. Et c’est Lui-même, par la force de Son extraordinaire Miséricorde, qui nous a sortis de là-bas. C’est ce que nous disons ‘si le Saint, béni soit-Il, ne nous avait pas fait sortir d’Égypte, nos Pères et nous serions avec nos enfants, et les enfants de nos enfants, esclaves de Pharaon en Égypte’. C’est-à-dire que l’essentiel de la Sortie d’Égypte a été pour dévoiler Son Éternité, béni soit-Il, de génération en génération, pour toujours. Comme il est écrit (Devarim 4,9) « fais-les connaître à tes enfants et aux enfants de tes enfants ! » C’est cette notion (Ps. 100,5) « Sa Bienveillance s’étend de génération en génération ». Ce qui se mérite grâce à la Torah et à la Halahah. Mais alors, ils n’avaient pas encore atteint suffisamment dignité pour cela.

 C’est Hachem, béni soit-Il, qui a Lui-même attiré toutes ces réparations, au point que c’est Lui-même qui nous a délivré. Mais maintenant, nous avons déjà mérité d’avoir été sortis d’Égypte. Et nous disposons dorénavant de ce bon commencement, grâce à cela nous méritons constamment ce principe de la Torah et de la Halahah. De là nous attirons les enfantements de notre descendance dans la sainteté d’Israël. Nous pouvons leur enseigner et leur faire savoir, génération après génération, de père en fils, l’Action de Hachem, béni soit-Il. Parce que c’est un principe très impressionnant (ibid. 145,4) « une génération vante Tes Œuvres à l’autre ». Au point que tout le monde peut suivre ce chemin de la sainte Torah, de toujours remercier et de louer Hachem, béni soit-Il. Et être occupé avec les Halahot. Jusqu’à dévoiler dans toutes les générations Sa simple Unicité à l’intérieur des multiples actions. Ce qui se répète génération après génération. Tout cela correspond à la sainteté du Shabat. Elle correspond à annuler cette notion de la servitude des jours profanes. Mais si Hachem, béni soit-Il, n’avait pas fait sortir nos Pères d’Égypte, par Sa Miséricorde mentionnée elle-même, alors nous serions, avec nos enfants, encore des esclaves. Parce que nous n’aurions pas eu le mérite d’enfanter dans la sainteté. Car le fils correspond à la Liberté, il représente toute la délivrance de ce qu’est l’Égypte.

C’est pourquoi (Hagadah Pessah) ‘même si nous sommes tous intelligents, si nous comprenons, si nous avons de la sagesse, si nous connaissons toute la Torah, c’est pour nous un commandement de raconter la Sortie d’Égypte’. À première vue cela soulève une difficulté ! Pour quelle raison sommes-nous mis en garde, à de nombreuses reprises, de faire le récit de la Sortie d’Égypte ? Étant donné que l’essentiel de la Sortie d’Égypte réside dans la réception de la Torah. Comme il est écrit (Chemot 3,12) « quand tu auras fait sortir ce peuple d’Égypte, vous servirez l’Éternel sur cette montagne », c’est le Don de la Torah. Il aurait convenu de raconter seulement le miracle du Don de la Torah ! Pourtant, notre attention est attirée plus particulièrement sur le récit de la Sortie d’Égypte. Au point qu’également concernant le Don de la Torah lui-même, il commence par (ibid. 20,2) « Je suis Hachem Ton Éternel, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage ». Cette évocation se répète à propos de nombreux autres commandements. Donc, d’après les explications qui précèdent, cela se comprend fort bien. Car l’essentiel de la vigueur du miracle se situe dans son commencement. Tout ce que représente précisément la Sortie d’Égypte. Elle a été la première des Délivrances. Elle s’est avérée particulièrement difficile. Car c’est d’elle que toutes les autres dépendent. Aussi, même si nous nous considérons tous comme étant intelligent, comme connaissant la Torah, c’est sûrement pour nous un commandement de raconter au sujet de la Sortie d’Égypte.

Précisément parce que maintenant nous avons une connaissance de la Torah. Elle représente l’essentiel de la finalité pour laquelle nous sommes sortis d’Égypte. Malgré tout, c’est pour nous un commandement d’en faire le récit. Parce que c’est le commencement grâce auquel nous méritons précisément de connaître la Torah. Même maintenant toute l’existence de la Torah dépend de cela. Et tous nos remerciements et nos louanges s’adressent à Hachem, béni soit-Il, pour Sa grande Miséricorde. Cela a commencé lors de la Sortie d’Égypte qui a été tellement difficile. Alors, d’autant plus nous la racontons ainsi d’autant plus nous Lui adressons nos louanges. Alors, nous méritons d’augmenter la joie, elle est l’essentiel. Et nous nous renforçons depuis n’importe où nous nous situons, en nous réjouissant de la Délivrance venant de Hachem, béni soit-Il. Grâce à cela, tous peuvent s’imprégner et exister avec la Torah. C’est pourquoi, même si nous connaissons toute la Torah, et s’il s’est passé avec nous tout ce que nous avons enduré, mais nous avons bénéficié de Sa Délivrance et de Ses Prodiges en Égypte. Il nous est malgré tout imposé de faire le récit concernant la Sortie d’Égypte. Il représente maintenant le commencement de notre renforcement dans la joie. C’est l’essentiel de l’existence selon la Torah. Et d’autant plus nous nous attachons à évoquer ces événements d’alors, ainsi d’autant plus nous sommes dignes de louanges. Aussi, chacun doit prendre sur lui de multiplier ce récit d’une façon générale, mais aussi en particulier. Alors, nous ajoutons à chaque fois encore plus de remerciements. C’est l’essentiel de la réparation. Et celui qui est digne de louanges, pour avoir beaucoup évoqué ses récits, il correspond à l’intelligent qui réfléchit profondément à toutes Ses Miséricordes, béni soit-Il. Elles sont attirées grâce à la reconnaissance et aux remerciements.

C’est ce qui s’est passé avec Rabbi Eliezer et Rabbi Yehoshoua. Ils ont discuté, au sujet de la Sortie d’Égypte, durant toute cette nuit. Jusqu’à ce que viennent leurs élèves. Ils se sont adressé à leurs Maîtres en leur disant que précisément le moment de la lecture du Chema du matin était arrivé. Car grâce à la multiplication des récits relatifs à la Sortie d’Égypte, se dévoile d’autant plus la simple Unicité et à l’intérieur des multiples actions. Ce que signifie la récitation du Chema, dévoiler Sa simple Unicité dans le monde. Cette notion : ‘Hachem, béni soit-Il, est notre Éternel, Hachem est Un. C’est-à-dire que Son Éternité se situe et est revêtue en nous dans toutes nos multiples actions. Hachem, béni soit-Il, Il inclut tout et Il est Unique dans Sa simple Unicité, béni soit-Il. Et comme l’ont dit nos Sages ZL (Berahot 13:) ‘il convient de prolonger la lettre ‘Dalet’ du mot ‘Ehad / Un’ à la fin de la phrase du Chema’. De sorte à attirer et faire régner Sa Royauté à partir des sphères supérieures vers ici-bas. Dans les quatre directions (le Dalet à la valeur numérique de quatre). Ce que sont les actions multiples vers toutes les six extrémités. Toutes se trouvent inclues dans Son Unicité, béni soit-Il. Parce que Hachem, béni soit-Il, est Un. Et tout provient uniquement de Lui, béni soit-Il. Et tout se dévoile grâce à la multiplication des récits de la Sortie d’Égypte. Raison pour laquelle Hachem, béni soit-Il, a fait en sorte que ces Justes parlent au sujet de la Sortie d’Égypte jusqu’à ce que viennent leurs élèves. Ils ont reçu d’eux les Halahot, qui correspondent également à la Torah. Ils ont dit que le moment était venu de réciter le Chema, etc. Car ainsi se dévoile Sa simple Unicité, ce qui représente l'essentiel de la lecture du Chema.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan