Parachat Ki Tavo
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

49 portes

Paracha Yitro

Tous les premiers exils furent la conséquence de l’emprise des ‘quarante-neuf portes d’iniquité’. Mais, ils étaient circonscrits dans le temps et l’espace. Ainsi, chacun des exils a connu ses limitations et sa fin. Par contre concernant ce dernier exil, sa fin nous est absolument voilée. Il doit s’agir d’une finalité extraordinaire ! Car on constate combien se renforce le mensonge, que nous en soyons protégés, qui se rapporte à la ‘cinquantième porte’. Toute la proximité paradoxale d’au-delà des limites. Il s’agit de ‘l’écorce’ d’Amalek qui se réfère au principe de Laban l’Araméen. Il est dit à ce sujet (Berechit 31,41) « tu as changé mon salaire dix fois ». Il s’avère extrêmement difficile de se maintenir contre ses tromperies incessantes et illimitées. Cela peut s’envisager seulement en s’attachant fortement à l’essence de la vérité, comme s’est conduit notre Père Yaakov. Il représente la vérité, comme il est écrit (Miha 7,20) « Tu donneras la vérité à Yaakov ». Il savait comment se conduire dans ces situations. Comme l’ont dit nos Sages ZL (Baba Batra 123.) « je suis ton frère dans la tromperie ! » Yaakov a également déclaré que si Hachem n’était pas venu à son aide pour le sauver de Laban, il se serait passé le pire, que nous en soyons protégés. Comme il est écrit (Berechit 31,42) « si l’Éternel de mon père, l’Éternel d’Abraham et celui que révère Isaac ne m’était pas venu en aide ».


Raison pour laquelle, lorsque Yaakov

a vu des anges de l’Éternel monter et descendre sur l’échelle, alors il a vu toutes les royautés qui vont asservir Israël. Ils montent et également ils descendent. Mais pour la royauté d’Edom, qui représente l’exil actuel, il la vu monter, mais il ne la pas vu descendre. Comme cela est rapporté dans le Midrach. Car même Yaakov, qui symbolise l’essence de la vérité, il n’a pas pu se préserver face à tout ce que représente cette situation. Comment est-il alors donné de sortir de cet exil, comment parvenir à supprimer l’intensification du mensonge et de la tromperie qui se répand tellement actuellement ? Jusqu’à ce que Hachem lui promette (ibid. 28,15) « et voici que Je suis avec toi, Je te garderai partout où tu iras, et Je te ramènerai de ce pays, car Je ne t’abandonnerai pas ». Il nous est transmis une allusion concernant la fin finale, que Hachem ne nous laissera pas choir jusqu’à l’épilogue de l’histoire. Comme il est écrit (Ps. 94,14) « car Hachem n’abandonnera pas Son Peuple ». Il importe de bien saisir et d’intégrer la portée de ces messages.

Rabbi Yossef a dit (Pessahim 68:) « si ce n’est pas en ce jour (de la fête de Shavouot, lorsque nous avons reçu la Torah) comme Yossef, lorsqu’il était au marché (et il n’y avait pas de préférable à lui) ». Parce que les premiers grands Justes ont également servi Hachem, même si la Torah n’avait pas encore été donnée. Comme nous pouvons le constater à propos des Pères du monde. Ils ont servi Hachem et réalisé tout le contenu de la Torah avant même qu’elle soit donnée (Yoma 28:). Mais, devant l’importance du renforcement du mensonge, sous toutes ses formes, il est devenu quasiment impossible de reconnaître et de distinguer entre un Juste et un mécréant. Pour cela a été suscité le ‘cinquantième’ jour, le jour où Israël a reçu la Torah. Grâce à elle, nous possédons dorénavant la force nécessaire pour dominer et annuler le mensonge, même durant l’extrême rigueur de ce long exil.

C’est (Ps. 40,6) « Hachem, Mon Éternel, Tu multiplies en notre faveur Tes Merveilles et Tes Pensées etc., leur nombre est trop grand pour que je les raconte ». Cela se rapporte au Don de la Torah. Dorénavant, grâce à la réception de la Torah sont attirées sur nous des pensées extraordinaires, dépassant tous les entendements, au-delà de toute appréciation. Ainsi, nous disposons de la force nécessaire pour annuler le mensonge, même s’il parvient à dépasser les mesures. Car la puissance de la Torah permet de se maintenir contre lui, elle réussit à le dominer et à le discréditer.

Parce que les vrais Justes réalisent de tels ajustements, jusqu’à faire reconnaître également le bien qui est prisonnier là-bas. Ils l’élèvent depuis les profondeurs des livres représentant tout le contraire de la Emounah / croyance. Et même s’ils arrivent, par la suite, à renforcer leurs conceptions contre le bien, en l’attirant à l’intérieur d’un voilement supplémentaire. Malgré tout au moyen des ‘enfantements’ les Justes parviennent à extraire le bien de là-bas. Ce qui correspond (Ps. 87,6) « Hachem en inscrivant les peuples, a indiqué : c’est là-bas qu’il naîtra ».

Et (ibid. 40,7) « Tu ne désires ni victimes ni offrandes... », à première vue ce verset apparaît comme très étonnant. Hachem ne nous a-t-Il pas ordonné, à plusieurs reprises, d’offrir des sacrifices ! Et Il a dit qu’il s’agit (Vayikra 1,9) « d’une combustion d’une odeur agréable pour Hachem ». Si l’on peut s’exprimer ainsi (Sifri Pinhas 28,8) ‘de plaisir devant Lui », Rachi indique ‘satisfaction’. Cela est dit concernant la plénitude dans la sainteté de l’intelligence. Il s’agit de l’essentiel permettant de parvenir à voir la lumière émanant du Juste. Grâce à cela, on bénéficie de tout le bien. Ce qui se rapporte à l’ensemble de l’acceptation de la Torah. Il est impossible d’appréhender pleinement ces notions, si ce n’est grâce à la réparation de l’Autel. Cela s’effectue au moyen des convertis se rapprochant grâce à la Tsedakah / charité. Parce qu’ainsi s’écrivent dans leurs livres des concepts contredisant leurs croyances. Et grâce au bien prisonnier en eux, dont la source vient des Nechamot / âmes d’Israël, ils voient et ils trouvent cela dans leurs livres. Alors, ils se convertissent et ils complètent l’Autel. Ainsi se complète la compréhension.

C’est ce qui ressort des versets extraordinaires relatant le Don de la Torah. Grâce à eux se dévoile la lumière exceptionnelle du Juste, qui est Moshe Rabenou. Selon le verset le mentionnant (Chemot 19,9) « en toi aussi ils croiront pour toujours ». Également à propos de ce verset cité plus haut (ibid. 40,7) « Tu ne désires ni victimes ni offrandes...», c’est-à-dire que Hachem ne désira pas ces sacrifices, mais Il a demandé qu’ils Lui soient amenés en vue de la réparation de l’Autel. À première vue, il semblerait que l’essentiel de la réparation de l’Autel s’effectue grâce à la multiplication des sacrifices ! Mais, le verset vient pour nous indiquer qu’auparavant il est nécessaire de compléter l’Autel, pour parfaire l’intelligence. Cela n’est pas possible au moyen des sacrifices, mais seulement grâce à l’essentiel de la reconnaissance du bien enfoui. Tout ce qui se réfère à la ‘semence’ d’Israël.

Ce sont tous les stratagèmes pour (ibid. 40,7 suite) « Tu m'as ouvert les oreilles ». Rachi nous explique ‘pour pratiquer des ouvertures permettant l’écoute’. Par Ses Prodigues et Ses impressionnantes Pensées, Il procède jusqu’à ce que la bonne part des étincelles qui étaient jusqu’alors dispersées et emprisonnées en exil, elles aussi soient entendues, et qu’elles entendent la voix des paroles des véritables Justes.

Et (Ps. 40,8) « Aussi j’ai dit : ‘Voici, je me présente!’ ». Car il s’est aussitôt réveillé et il a voulu se repentir et se rapprocher vers Hachem, comme l’explique Rachi là-bas. Parce que (suite) « dans le rouleau du livre se trouve ce qui m’est prescrit ». Pour nous enseigner que dans les livres du monde, il devrait être possible de Le découvrir, dans chacun il est écrit à Son sujet. Pour nous faire prendre conscience de Son élévation, pour nous réveiller et nous extraire de tous les endroits où nous pouvons tomber. Même dans des ouvrages d’idolâtres. Mais à bien plus forte raison dans les saints livres d’Israël. Assurément, on peut déceler le contraire de nos errements, de nos vanités. Bien que parfois le mauvais penchant perturbe l’homme au point qu’également dans nos saints livres on croit distinguer le contraire. Parce que si l’on n’a pas de mérite, cela se transforme en potion mortelle (Yoma 72:). Mais (Hochea 14,10) « droites sont les voies de Hachem, les Justes y marchent ferme, les pécheurs y trébuchent ». Ainsi, avec la force de ces Justes, il devient possible d’entendre au loin. Jusqu’à ce qu’également le bien implanté parmi les serviteurs d’idoles, se découvre dans leurs livres le contraire de leurs croyances. Et comme suggéré plus haut, à bien plus forte raison, pour le bien se trouvant en exil parmi Israël eux-mêmes. Assurément, il est donné de percevoir dans tous les livres de véritables exceptionnels conseils, qui sont le contraire de leurs aberrations et vanités.

Parce que (ment.) « dans le rouleau du livre se trouve ce qui m’est prescrit », dans tous nos livres il est fait mention de se souvenir et de se réveiller pour revenir vers Lui, avec l’aide de la force des Justes. Chacun peut se dire, dans chaque génération, voilà je viens pour recevoir la Torah, pour revenir vers Hachem, qu’importe là où je me trouve.

Et (Ps. 40,9) « Accomplir Ta Volonté, Éternel, telle est mon désir ; Ta Loi a pénétré jusqu’au fond de mes entrailles ». Parce que toute ma consommation est dans la sainteté. Ce qui correspond à la réparation de l’Autel qui s’effectue grâce aux convertis et à ceux qui se repentissent. C’est extraire et faire ressortir des explications qui sont le contraire de leurs inepties et conceptions. Ainsi, on se réveille et l’on revient vers Hachem. Car, en méritant de se nourrir dans la sainteté, ce qui correspond à la réparation de l’Autel, ainsi se complètent l’intelligence et la compréhension.

Tout cela s’opère par la force de la Tsedakah. Grâce à elle on bénéficie d’une atmosphère pure et limpide, jusqu’à parvenir à diffuser la justice / Tsedek parmi de nombreuses assemblées, faire connaître à tous la sainte Emounah. C’est (idid. 10) « j’ai proclamé Ton Équité dans une nombreuse assemblée ». ‘Ton Équité / Tsedek’, c’est-à-dire la force de la ‘Tsedakah / charité’, (ibid. 11) « j’ai proclamé Ta Fidélité et Ta Protection ». Parce qu’au moyen de la Tsedakah il est possible de diffuser la Emounah à tous. Ainsi se font des convertis et des repentis, l’essentiel de la réparation de l’intelligence, tout ce que représente la réception de la Torah.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan