Parachat Ki Tavo
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Assemblez-vous

Paracha Vaye'hi


Et (Berechit 49,1) « Yaakov fit appeler ses enfants et il leur dit : assemblez-vous ». Nos Sages ZL et Rachi expliquent qu’il a voulu leur dévoiler le moment ultime de la Délivrance. Mais la Présence disparut de lui, etc. Alors, il a commencé à parler sur d’autres sujets. À l’évidence, dans ce dont il s’est entretenu devait se trouver, caché et voilé, à l’intérieur de ses paroles le secret de la finalité. Parce qu’il a vu que sa couche est intègre, que tous ses enfants sont des Justes parfaits. Aussi, il avait estimé qu’il était dorénavant possible de leur dévoiler le moment de la Délivrance. Il s’agit d’un moment prodigieux, pourtant il est inatteignable à l’entendement de tout un chacun. Il est impossible de le dévoiler et de l’envisager. Cela est seulement possible lorsque tous ceux qui se trouvent encore éloignés se rassembleront et se réuniront pour écouter. Car

l’essentiel de l’élévation peut se manifester lorsque se réunissent dans une sainte assemblée de nouvelles Nefashot / âmes. Elles étaient au début extrêmement éloignées. Mais maintenant, elles se sont rapprochées pour servir Hachem. Elles participent à la sainte assemblée. Elles procurent ainsi de grandes satisfactions dans les sphères supérieures. Ainsi cela est expliqué dans le saint Zohar.

D’où la suite de ses paroles (ibid. 2) « réunissez-vous pour écouter, enfants de Yaakov, pour écouter Israël votre Père ». Au début, dans le premier verset, il utilise l’expression traduite par ‘assemblez-vous’. Il doit donc y avoir une différence évidente avec la deuxième expression ‘réunissez-vous’ ! Il s’agit avant tout ‘d’assembler’ des personnes se trouvant naturellement éloignées les unes des autres. Comme (Bamidbar 11,16) « assemble-moi soixante-dix hommes des anciens d’Israël ». Ou (Chemot 3,16) « Va, rassemblent les anciens d’Israël ». Dans ce mot ‘rassembler’ se trouve l’idée de ‘semblable’, pour précisément nous signifier qu’il s’agit de rassembler des personnes qui sont proches les unes des autres. Par contre, lorsqu’il est fait usage du mot ‘réunir’, l’idée consiste à réunir des personnes très éloignées, qui se trouvent aux extrémités du monde. Comme il est écrit (Devarim 30,4) « si ton exil était à l'extrémité du ciel, de là-bas Hachem te réunira et depuis là-bas il te prendra », ou (Yeshiyaou 56,8) « Je réunirai à nouveau avec lui ceux qui étaient précédemment réunis ».

Au début, Yaakov a considéré, en utilisant l’expression ‘d’assemblée’, qu’avec uniquement l’assemblée de ses seuls enfants, qui sont tous des saints et des Justes, grâce à eux il pourra dévoiler et rapprocher le terme de la Délivrance. Mais alors, la Présence disparut de lui ! Il comprit qu’il n’est pas possible d’amener ce principe de la Délivrance par le seul moyen de ‘l’assemblée’. C’est-à-dire l’assemblée des Justes. Car il n’en va pas ainsi avec les intentions de Hachem. Et tout le retard dans la venue de la Délivrance, et par conséquent la prolongation de l’exil, découle de Sa grande Mansuétude en faveur de tous les éloignés et de tous les perdus de par le monde. Il s’impose à nous de patienter et d’attendre jusqu’à ce qu’ils finissent par entendre et qu’ils viennent pour s’assembler dans la sainte réunion d’Israël. D’où l’utilisation, par la suite, de l’expression ‘réunion’ (Berechit 49,2) « réunissez-vous et écoutez ». Il leur a fait savoir que maintenant il comprenait que l’essentiel de la Délivrance dépendait de ce principe de ‘réunissez-vous’. Grâce à la réunion de ceux qui sont encore extrêmement éloignés. Ce sont ceux qui pourraient être considérés comme perdus. Ce qui correspond à (Yeshiyaou 27,13) « il arrivera en ce jour qu’il sera sonné avec la grande trompette ; les exilés du pays d’Aschour et les repoussés dans le pays d’Égypte viendront, etc. ».

Précisément ainsi s’agrandissent et se multiplient les saintes réunions, avec l’ajout de nombreux voisins. Ceux qui auparavant se trouvaient éloignés. Maintenant, grâce à la multiplication infinie des ‘maisons’, ils se retrouvent rassemblés. Alors, grâce à cela peut s’épancher Sa Miséricorde, et Il voudra notre Délivrance. C’est (Berechit 49,2) « réunissez-vous et écoutez fils de Yaakov ; écoutez votre père Israël ». Le nom Yaakov utilisé fait référence à la petitesse. L’essentiel de son combat est relatif à (ibid. 25,26) « sa main tenait le talon de Esaw », sa lutte avec son frère dans le sein de leur mère. Également, il lutta contre son ange tutélaire, il est écrit (ibid. 32,25) « Yaakov étant resté seul, un homme lutta avec lui ». Ce qui correspond à tous ceux qui sont extrêmement éloignés, parce qu’ils sont selon le principe de la petitesse. Ils sont appelés selon l’expression des ‘enfants de Yaakov’. Ce sont eux qu’il importe de réunir, tout un chacun depuis là où il se situe. Ils doivent écouter et entendre les paroles de la sainte Torah et revenir vers Hachem, comme nous l’indiquent ces versets. C’est toute l’intention de ce qui a été mentionné ‘écoutez votre père Israël’. Parce qu’après avoir entendu et vous être rapproché vers la vérité, alors vous êtes appelés selon l’expression ‘enfants d’Israël’. Il est appelé ainsi après qu’il vainquit dans le combat, il a maîtrisé alors l’ange tutélaire de Esaw. Donc (ibid. 32,29) « tu ne seras plus nommé Yaakov, mais Israël, car tu as combattu, pour la supériorité ».

Grâce à cela interviendra l’essentiel de la Délivrance, parce que se réuniront les Nefashot d’Israël. Cela correspond à tous les nombreux arrangements des lettres de la Torah, jusqu’à la venue de la Finalité. Parce que le concept ‘Israël’ fait allusion à l’ensemble des soixante myriades de lettres composant la Torah, aux soixante myriades de Nefashot. Car les lettres du mot ‘Israël’ forment les initiales de l’expression : ‘il y a soixante myriades de lettres dans la Torah’. À nous de bien comprendre !

Il s’agit de la remontrance adressée par Yaakov à ses fils Shimon et Levy (ibid. 49,6) « que mon esprit n’entre pas dans leurs secrets, que mon honneur ne soit pas uni à leur assemblée ». Nos Sages ZL expliquent qu’il fait référence aux actes consécutifs à la réunion de Zimri et à l’assemblée de la discorde de Korah. Ce sont des agissements absolument contraires à ce qui est mentionné plus haut. Et tout retarde la Délivrance. Car le Juste possède la force pour prier selon le principe du jugement, comme Pinhas au moment où il s’est élevé contre les agissements de Zimri. Parce que la conduite de ce dernier était à l’opposé des réparations recherchées. De même, lors de la discorde de Korah. Il a rassemblé la communauté d’Israël contre Moshe Rabenou, pour tenter de déraciner la Torah. En vérité, il a provoqué des dommages pour les générations. Parce que toutes les discordes qui surgissent dans toutes les générations, contre les vrais Justes et ceux qui leur sont attachés, contiennent toutes une étincelle de Korah, de Datan et Aviram. Car l’autre tendance se renforce contre le Juste, contre celui qui parvient à réunir ceux qui sont éloignés, et à ajouter de nombreux voisins dans la sainte réunion des craignant les paroles de Hachem. Ceux qui fournissent des efforts pour prier avec intention. Ils procurent de prodigieuses satisfactions à Hachem. Mais le principe de la discorde de Korah, et de ses acolytes, se renforce dans chaque génération. Ils rassemblent beaucoup de personnes pour s’opposer à la sainte réunion. Il ne leur suffit pas d’empêcher des éloignés de se rapprocher vers Hachem, mais ils déploient toute leur force et leurs astuces pour éloigner même les Nefashot qui veulent se rapprocher de cette sainte réunion, et qui aspirent à prier avec intention.

Ainsi cela dépend de cela… à cause des agissements de Zimri se renforce la discorde de Korah, mais de même pour le contraire. Maintenant, à cause de l’intensification des envies du corps, à cause de nos nombreuses fautes, cela se rapporte à Zimri. Celles-ci sont provoquées par les incitations provenant de l’impie Bilaam. Il s’ensuit un renforcement des discordes contre les Justes. Ceux qui comme Pinhas possèdent la force nécessaire pour combattre, dominer et supprimer les conceptions répandues par Bilaam. Tout ce qui empêche de se rapprocher vers les Justes au moyen des discordes suscitées contre eux. Parce que toute l’intensification de leur opposition se base sur la permissivité, qui conduit à la débauche, à la faute contre la goutte de l’esprit. Comme le souligne le verset (Kohelet 15,31) « l’oreille attentive à l’expérience de la vie, s’arrête au milieu des sages ».

Personne ne parvient à les sauver de ces inepties et stupidités. Raison pour laquelle Yaakov a supplié (ibid. 49,6) «… de ne pas entrer dans leurs secrets, etc. ». De même à propos des agissements de Zimri ou de la querelle de Korah, lorsqu’ils n’ont pas voulu se réunir et s’assembler. On constate que leur regroupement n’était en vérité pas du tout un lien. Comme nous l’indiquent nos Sages ZL à propos de la scission provoquée par Hazkiah et ses acolytes (Yeshiyaou 8,12) « n’appelez pas lien tout ce que ce peuple appelle à conspirer ». Parce que l’essentiel du lien et de la réunion c’est lorsqu’on se réunit et se regroupe tous ensemble vers la source de l’unité, vers Hachem, vers Sa Torah et dans la sainteté d’Israël. Ce qui forme un tout unique ! Comme le souligne le Tikounei Zohar (34:) « Tu es Unique, Ton Peuple est unique, qui est comme Ton Peuple Israël, un peuple unique sur la terre ». Mais lorsque de la réunion on en vient à s’opposer aux voies véritables de la Torah, et repousser du vrai Juste, celui qui est occupé à établir la paix et l’unité parmi Israël et leur Père dans les cieux. Pour que tous reviennent et s’incluent dans Son Unité. Évidemment, une telle réunion ne forme aucun lien du fait de leur éloignement des paroles d’unité. Ainsi nos Sages ZL soulignent qu’à propos de Esaw l’expression utilise le mot Nefashot / âmes au pluriel. Quand pour Yaakov il est écrit ‘soixante-dix Nefesh / âme’ au singulier, une expression d’unité comme le souligne là-bas Rachi.

Source : Elhanan Lepek