Parachat Ki Tavo
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

L'engagement

Paracha Va'era

« l’Éternel parla à Moshe et lui dit ‘Je suis Hachem’. Je me suis fait voir à Abraham, à Yitshak et à Yaakov, comme l’Éternel tout puissant. Mais sous mon nom Hachem, Je ne me suis pas fait connaître d’eux ». 

Tout le ‘contentieux’ entre Hachem et Moshe Rabenou, au sujet de sa mission pour aller délivrer Israël, venait de son refus répété de s’engager. Aussi Hachem a manifesté toute Son Inflexibilité et Il l’a contraint d’entreprendre sa mission, comme cela est expliqué dans les précédentes Parachiot. Tout repose sur la notion de vérité. Car même pour de grands Justes, il leur est parfois difficile, surtout au début de leur engagement, de se maintenir par rapport à ce concept de la véritable vérité. Par conséquent, chaque

 Juste est amené à élucider la vérité en fonction de ses efforts et de sa peine dans son labeur durant tous les jours de son existence. Car il est constamment confronté à des épreuves. Obligatoirement, il doit sans cesse choisir, et l’essentiel de son choix se situe face à la clarification relative à la véritable vérité. Raison pour laquelle même Moshe Rabenou a refusé de s’engager dans la mission voulue par Hachem. Tout, du fait de l’extrême valeur de sa propre vérité. Du fait de la sainteté de son intelligence, il savait vraiment combien il est difficile de délivrer Israël foncièrement jusqu’à l’extrême finalité. 

Car il a vu que finalement ils fauteraient et ils se révolteront contre lui et contre Hachem à plusieurs reprises, tant au début qu’à la fin. Et ainsi cela s’est véritablement passé. Comme il est écrit (Bamidbar 14,22) « et ils m’éprouvèrent des dizaines de fois et ils n’ont pas entendu ma voix ». Raison pour laquelle il aspirait à se délester de sa mission. Il a fait dépendre son échec de ses propres fautes ! À ses propres yeux, il était d’une extrême modestie. Il a dit (Chemot 3,11) « qui suis-je ? » Tout était basé sur cette notion de vérité. À l’évidence, toutes ses paroles étaient vraies et vraiment modestes. Malgré tout Hachem s’est montré rigoureux avec lui, comme il est écrit (ibid. 4,14) « le courroux de Hachem s’alluma contre Moshe ». Il l’a contraint d’aller. Parce que toutes ses conceptions et ses arguments exprimaient son refus d’accomplir sa mission. Tout découlait et s’enchaînait en fonction du principe de la vérité des anges. Ceux-ci ont développé leurs accusations et ils ont exprimé leur opposition à la création de l’homme. Car (Ps. 8,5) « qu’est-ce donc l’homme, pour que Tu te souviennes de lui ? » De là découlent toutes les impressionnantes accusations venant du mauvais penchant. Dorénavant, même des Justes intègres sont astreints à fournir d’importants efforts pour parvenir à épurer leurs idées contre des arguments découlant de ces accusations. Aussi, Moshe Rabenou a dit (Chemot 5,22) « Pourquoi as-Tu maltraité ce peuple ? Pourquoi m’as-Tu donc envoyé ? » De là l’essence des discordes venant des opposants, comme Datan et Aviram. « Ils se trouvèrent face à Moshe et Aharon » (ibid. 5,20). Et ils dirent (ibid. 5,21) « que Hachem vous regarde et vous juge ». 

D’après leurs conceptions, ils ont exprimé des paroles équivalentes à la vérité. Comme si les douleurs d’Israël leur importaient. Parce que toutes les fautes dans le monde, et en particulier les différentes formes de discordes et de divergences, découlent essentiellement des égarements par rapport à la vérité. De là dépendent tous les choix et tout le libre arbitre. Ainsi, même les mécréants absolus, ils revêtent quelques vérités dans leurs paroles insidieuses. Comme s’ils avaient l’intention de rechercher la vérité. Comme nous l’avons vu avec Pharaon le mécréant lorsqu’il a dit (ibid. 5,4-9) « pourquoi, Moshe et Aharon, détournez-vous le peuple de ses occupations ? … alors ils ne prendront plus garde à des paroles mensongères ». Examinez, regardez et comprenez jusqu’à où le mensonge parvient à s’immiscer, à métamorphoser la vérité ! Au point qu’avec la puissance de leur mensonge, ils aboutissent à une telle effronterie qu’ils prétendent que la vérité se trouve chez eux. Ainsi, Pharaon le mécréant, qui a torturé Israël avec ses mensonges, il les a exploités avec de tellement durs travaux, il a dit (ibid. 5,9) « que le travail s'appesantisse sur ces hommes ». 

Il ose prétendre que les paroles de Moshe et de Aharon, lorsqu’ils ont voulu qu’Israël serve Hachem, étaient mensongères. Comme si lui recherchait seulement la vérité. Pour qu’Israël les serve gratuitement ! Il en va ainsi dans chaque génération. Mais cette notion de transformer le mensonge en vérité prend d’innombrables aspects. Parce qu’un mécréant accompli, comme Pharaon, tend à présenter un mensonge absolu comme une vérité. Et Datan et Aviram sont venus également avec des mensonges pour s’opposer à Moshe Rabenou avec une grande impudence. En prenant apparemment à cœur les peines d’Israël dans leur déclaration. Mais, à l’évidence, leur mensonge n’était pas aussi grossier que celui de Pharaon. Bien qu’eux aussi sont venus avec leur mensonge à soutenir que la vérité se trouve chez eux, qu’ils aiment vraiment Israël plus que Moshe et Aharon.

Il en va ainsi dans chaque génération et à chaque instant. (Kohelet 7,7) « l’usurpateur rend insensé le sage, et les présents corrompent le cœur ». Comme nos Sages ZL ont expliqué ce verset par rapport à l’arrogance de Datan et Aviram face à Moshe Rabenou et Aharon. Ils leur ont dit (Chemot 5,21) « que Hachem vous regarde et vous juge, vous qui nous avez mis en mauvaise odeur auprès de Pharaon ». Ils ont provoqué qu’à cause de leur effronterie également Moshe Rabenou ait été induit en erreur. En se retournant vers Hachem, il a demandé (ibid. 5,22) « pourquoi as-Tu fait du mal à ce peuple ? Pourquoi m’as-Tu envoyé ? » Parce qu’également les grands impressionnants Justes sont parfois entraînés à quelque erreur en raison de l’intensité de la vérité. Cela découle des accusations des anges.

C’est (ibid. 6,3) « et J’apparus à Avraham etc., comme Dieu tout-puissant », Il s’agit d’un saint et saisissant Nom. Pourtant ce Nom est également utilisé par les anges. Comme il est écrit (ibid. 23,20-21) « Voici ! J'envoie un ange devant toi etc. Prends garde à lui et écoute sa voix, ne lui sois pas désobéissant ». Il importe d’être particulièrement attentif à cette notion, pour ne pas tomber dans l’erreur, que cette compréhension constitue Sa véritable Essence. Comme le précise la fin de ce verset « car Mon Nom est en lui ». C’est-à-dire que l’ange s’inclut en Lui. Dans son suprême discernement, Moshe Rabenou a saisi la nuance aussi il dit (ibid. 33,15) « si Tu ne marches pas Toi-même avec nous etc. » Mais, les autres grands Justes ne parviennent pas à saisir à un tel niveau le principe de ce Nom Cha’kay. Ils savent et ils sont attentifs pour ne pas tomber dans l’erreur. Ils ont conscience des limites de leur compréhension. Ils savent qu’il n’est pas possible d’appréhender Sa Vérité, de même pour l’impossibilité de saisir Ses Voies et Ses Conduites dans le monde selon Ses Attributs. Parce que Ses Conduites se situent à des niveaux bien trop élevés par rapport à notre condition. Aussi, l’appréhension de l’essence de la vérité nous est cachée et inatteignable. C’est la réponse de Hachem lorsque Moshe Rabenou s’est plein (ibid. 5,22) « pourquoi ce mal ? »

Avraham et les autres Pères n’ont eu une connaissance que d’après le Nom Cha’kay. Là où se trouve une appréhension par les anges. Les véritables chemins de Hachem leur étaient particulièrement voilés. Et comme l’expliquent nos Sages ZL, et ramené par Rachi, Il leur a promis le pays, pourtant lorsque Avraham a voulu enterrer Sarah, il a été contraint d’acheter le terrain pour sa sépulture etc. De même pour Yitshak et Yaakov. Il en ressort qu’ils ne pouvaient pas encore saisir l’essence absolue de la vérité de Ses Attributs. Par contre Moshe Rabenou, à qui a été dévoilé l’essence même du Nom du Tétragramme, béni soit-Il, il désirait savoir et comprendre la vérité des voies de Ses Conduites. Mais d’autant plus on saisit la vérité à des niveaux élevés, ainsi il convient de savoir combien l’on est encore très éloigné de comprendre l’essence de la Vérité.

Par conséquent, l’essentiel de la compréhension concernant la vérité consiste seulement à savoir combien l’on est effectivement loin de la vérité. Cela représente l’essentiel de la finalité du savoir. Savoir que l’on ne sait pas ! Et (ibid. 6,4-5) « J’ai également établi Mon Alliance avec eux pour leur donner le pays de Canaan etc. J’ai entendu également les gémissements des enfants d'Israël ». C’est-à-dire qu’Il a indiqué à Moshe Rabenou qu’Il n’avait pas dévoilé aux Pères une compréhension de Sa Vérité, comme Il l’a manifesté pour lui. Malgré tout, tous leurs efforts et leurs engagements n’ont pas été en vain. Eux seuls ont obtenu, grâce à leur service, d’attirer que nous soit donné notre héritage. C’est le pays d’Israël. Car là-bas se situe l’essentiel de l’appréhension de Sa Vérité pour tout un chacun parmi Israël. Seulement, la patience s’est imposée pour obtenir la première Délivrance, et il en ira de même par la suite jusqu’à l’ultime Délivrance. À la fin finale, toute la domination sur le pays d’Israël vient grâce à la force de nos Pères. Ainsi cela ressort dans toute la Torah.

Aussi à Moshe Rabenou, auquel a été dévoilé le Nom de Hachem, une compréhension particulièrement élevée de la vérité, malgré tout il lui était encore impossible de saisir pleinement la vérité de Ses Voies. Il lui a semblé, d’après sa propre vérité, qu’Israël ne l’écoutait pas. Ainsi à plusieurs reprises il s’est emporté. Lorsque Pharaon a refusé de libérer Israël, en rajoutant à leur dure peine. Quand Datan et Aviram se sont opposés à lui. Pour toutes ces raisons, il a voulu refuser sa mission. Malgré toutes ses conceptions, face à Hachem, il a été contraint d’aller accomplir l’objectif fixé. Pour finir, ils sont sortis d’Égypte grâce au ‘Bras étendu’. Moshe Rabenou a donné la Torah à Israël. Et ce qui se passera par la suite, il ne convient pas de le prendre en considération. Parce que tout le bien accompli pour Israël ne sera jamais perdu !

Source: Elhanan Lepek