Parachat 'Hayei Sarah
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Israël est un peuple saint

Paracha Shoftim

En vérité, Israël est un peuple saint ! En tant que tel, il se situe au-dessus des lois naturelles. Il n’est soumis à aucune force tutélaire, et aucune conduite, d’après les forces naturelles représentées par les constellations célestes, n’a de prises sur lui. Il existe uniquement Sa Surveillance, béni soit-Il. Raison pour laquelle, il lui est imposé ce commandement de ne pas examiner ou d’interpréter les signes venant des cieux, de ne pas tomber dans l’occultisme. Comme il est écrit (Yermihaou 10,2) « ne tremblez pas devant les signes célestes ». Car effectivement, une chose découle de l’autre. Israël ne prête pas foi à ces tromperies ou à ces illusions mensongères venant des prétendus astrologues interprétant les signes des cieux. Ceux-ci prophétisent en se basant sur les mouvements des étoiles. Ils se soumettent ainsi aux exigences venant du venin du

serpent. Israël s’attache lui-même à la sainte Emounah / confiance. 

Par contre, ceux qui recherchent les divinations s’en éloignent, ils s’assujettissent au venin du serpent. Donc ceux qui mettent toute leur confiance uniquement en Hachem, béni soit-Il, ils méritent grâce à leur détermination de saisir cette notion du ‘renouvellement du monde’, ce qui correspond au principe du pays d’Israël. Alors, leur conduite est soumise uniquement de Sa Surveillance. Il s’agit du principe des prodiges d’au-delà de la nature, en dehors du système des constellations célestes. Et grâce à cette façon d’appréhender le monde, il n’y a plus du tout à craindre des signes venant soi-disant du ciel. Mais (ibid.) « les nations tremblent devant les signes célestes ». 

Leurs craintes viennent du fait qu’ils se soumettent à une conduite dépendant de la nature. Ils ne méritent pas de reconnaître ce principe d’une totale et complète Surveillance. Pour eux, l’influence provenant des impuretés du venin du serpent n’a pas cessé. Ils écoutent et acceptent les divinations et la sorcellerie, parce qu’ils n’ont aucune certitude et ils préfèrent rester dans l’expectative face à Hachem, béni soit-Il. Par conséquent, ils ne méritent pas le pays d’Israël, ce principe de la Surveillance, du ‘renouvellement du monde’. Ces notions sont concevables seulement en acceptant la notion de la sainte Emounah. Mais comme ils ne méritent pas de s’identifier avec ce principe de la Surveillance, il s’ensuit que toute leur conduite dépend de la nature. D’où leur crainte des signes célestes, et donc la recherche de leurs interprétations pour se tranquilliser. Tout cela éloigne de la sainte Emounah, cela est fonction de cela.

Il est écrit à propos de l’interdiction de procéder aux divinations venant des devins et astrologues (Devarim 18,13) « restez intègre avec Hachem votre Éternel ». Il est bien précisé « Hachem votre Éternel ». Il s’agit d’une représentation intègre du Nom, un principe du monde à venir. Alors se réalisera ‘Hachem est Un et Son Nom est Un’. Cette notion de Hachem est l’Éternel révèle le principe du bien absolu. Comme l’expliquent nos Sages ZL, alors s’annule la nature et la conduite dépend totalement de Sa Surveillance. Celle-ci est foncièrement à la base entièrement le bien et la miséricorde. Selon le principe (Ps. 89,3) « la bonté est établie pour toujours ». Par contre, la nature voile et cache Sa Surveillance. La nature se rapporte aux rigueurs du jugement. La valeur numérique du nom ‘Éternel’ équivaut à celle du mot ‘nature’. Mais en vérité, également la nature en définitive se conduit d’après Sa Surveillance. 

Mais celle-ci s’y trouve extrêmement dissimulée, ce qui se rapporte aux rigueurs du jugement. Aussi, lorsque se dévoile la Surveillance, alors tout devient bien et miséricorde, et cela correspond au renouvellement du monde, au principe « la bonté est établie pour toujours ». Et tout est dirigé seulement selon Sa Surveillance, et se dévoile que tout est Un, qu’également la nature est conduite selon Sa Surveillance. Parce que Hachem est Un et Son Nom est Un, cette notion de Hachem est l’Éternel. Hachem correspond au principe de la Surveillance, de la miséricorde. Là où l’Éternel correspond au jugement, à la nature. À l’avenir, il sera dévoilé que Hachem est l’Éternel, parce qu’en réalité tout est parfait. Alors également la nature apparaîtra comme étant fondamentalement incluse dans la Surveillance.

À nous, peuple saint, il nous est commandé également maintenant d’attacher notre pensée vers le monde à venir, d’attirer ces conceptions vers notre monde. C’est-à-dire ce principe de la Surveillance dans ce monde. Ainsi, l’essentiel de notre activité consiste à relier ce monde avec ce principe du monde à venir. Raison pour laquelle il nous est ordonné de ne pas rechercher des signes dans les cieux, de ne pas nous adonner aux divinations. De seulement croire et avoir confiance en Hachem, de sorte à mériter ainsi de ressentir ici Sa Surveillance, ces notions du monde à venir. Il nous est donc demandé (ment.) « soyez intègre avec Hachem votre Éternel ». Nous sommes mis en garde (Devarim 18,10) « qu’il ne se trouve personne, chez toi, etc. qui pratique des enchantements, qui s’adonne aux augures, à la divination, à la magie ». Cela nous ramène à cette notion d’intégrité et de plénitude. 

Parce qu’en Hachem il ne se trouve aucun manque. Car selon la Surveillance ou le monde à venir, il n’existe absolument aucun manque ou jugement. Mais, les manques et les jugements se rapportent au principe de la nature. De là le rappel de la mention du pays d’Israël à propos de ces mises en garde. Car la conquête du pays d’Israël dépend de la mise en application de ce commandement. Comme il est écrit (Devarim 18,14) « car ces nations que tu vas déposséder ajoutent foi à des augures et à des enchanteurs ; mais toi, Hachem, ton Éternel ne t’a pas permis d’agir ainsi ». En vérité, l’essentiel de la domination sur le pays d’Israël n’est possible seulement lorsque nous sommes séparés de cet interdit. Ainsi, nous nous éloignons de ce venin, de cette impureté des divinations. Alors, nous croyons et nous mettons toute notre confiance uniquement en Hachem.

 Grâce à cela nous méritons d’accéder à ce principe du ‘renouvellement du monde’. Ce qui correspond au pays d’Israël. L’essence de celui-ci apparaît grâce à la force de Ses Actions. Lorsque nous croyons que Hachem crée tout selon Sa Volonté. Comme il est écrit (ibid. 18,12) « à cause de ces abominations Hachem, ton Éternel, dépossède ces peuples à ton profit ». Seulement grâce à la Emounah, il est possible de mériter le pays d’Israël. D’où cette mise en garde (ibid. 18,18) « Je leur susciterai un prophète du milieu de leurs frères, tel que toi ». Tout dépend du vrai Prophète. Grâce à sa prophétie, on mérite la sainte Emounah et l’on se sépare du venin du serpent, tout ce que représentent les devins et les sorciers.

L’essentiel de ces interdictions concernant les divinations et autres sorcelleries est destiné à nous éloigner de tout ce qui se rapporte à cette notion du venin du serpent et pour attirer sur nous Sa Surveillance, béni soit-Il. Ce que représente le monde à venir, grâce à la sainte Emounah. En nous basant sur ce qui précède, nous devons essayer de saisir la coutume, ramenée par le Shoulhan Arouh, de ne pas commencer un lundi ou un mercredi ! À première vue, il pourrait s’agir d’une superstition, que nous en soyons protégés. Mais, il est possible de donner une explication. Et à bien plus forte raison, nous démontrons ainsi que nous ne voulons pas nous conduire autrement que sur la base de Sa Surveillance. Le lundi est le deuxième jour de la Création, il est mention alors d’une séparation. Elle correspond à ce monde, dans lequel s’exerce le secret de la séparation entre le bien et le mal. 

À l’avenir cette notion de séparation ne subsistera pas, car tout sera pour le bien. Le mal n’existera plus du tout. En ne commençant rien, nous démontrons ne pas nous conduire en fonction des conduites de ce monde. Selon la symbolique de séparation propre à ce jour, où la mention du bien n’apparaît pas. Nous ne commençons rien non plus le quatrième jour, le mercredi, car à propos de ce jour de la Création l’écriture omet des lettres dans l’expression ‘les luminaires’. Il y avait des accusations contre la lune, et elle a été diminuée. Cette diminution se manifeste dans la conduite de ce monde-ci, le principe de la nature, des rigueurs du jugement. Alors, la Surveillance et la Miséricorde sont cachées, si l’on peut s’exprimer ainsi. Comme conséquence de la diminution de la lune, son éclairage n’est pas encore parfait. Mais à l’avenir, quand le principe de la nature sera annulé, la nature s’inclura dans Sa Surveillance, alors tout sera Un et bon. Se réalisera (Yeshayaou 30,26) « la lune, alors, brillera du même éclat que le soleil, et la lumière du soleil sera sept fois plus vive, comme la lumière des sept jours ». 

Car l’atteinte de la lune sera réparée, elle sera complète, elle ne subira plus aucune diminution. Alors se dévoilera Sa Surveillance et toutes Ses Miséricordes, béni soit-Il. Tout sera selon le principe de Hachem est l’Éternel. Cette notion de la lumière de la lune éclairera comme celle du soleil. Raison pour laquelle maintenant nous n’entreprenons aucun commencement le quatrième jour, le mercredi, une réminiscence de la diminution de la lune. Et le manque de lettres dans la description des événements de ce jour, lors de la Création, correspond à la conduite de ce monde-ci, de la conduite selon la nature. Et nous ne voulons pas être dirigés en fonction des forces de la nature, mais seulement selon Sa Surveillance, selon le principe du monde à venir, lorsque la lumière de la lune brillera comme celle du soleil. Tout cela pour expliquer nos conduites. Mais en vérité, il est préférable de ne pas se montrer trop exigeant au sujet de ces règles de conduite. Elles s’avèrent être des attitudes partisanes, sectaires.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan