Parachat Balak
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Eclairage de la Volonté

Paracha Peqoudei

Durant Shabat, on mérite un éclairage de la Volonté. De là est attiré tout le revenu pour tous les six jours de l’action. Par conséquent, durant Shabat il est absolument interdit d’entreprendre un quelconque travail. Alors, le principe de ‘l’annulation’ s’impose. Il doit s’agir d’un moment uniquement dédié à la Volonté. Ce qui se rapporte (Kidoush du soir de Shabat – Chaar Hakavanot) « Tu nous prodigues avec amour et volonté ». Ainsi, le revenu est reçu seulement grâce à ce principe de l’éclairage de la Volonté, et en fonction de l’annulation. Parce qu’aucune action n’a encore été entreprise à ce moment, de cet éclairage de la Volonté. Il correspond au chômage de tout travail, ce qui caractérise le Shabat, ainsi précisément se reçoit tout le revenu. Parce que l’essentiel de celui-ci doit provenir uniquement de cette notion de l’éclairage de la Volonté. Car tous les six jours de l’action ne possède en eux-mêmes aucune vie, aucune abondance ou bénédiction. Mais seulement ce qui est reçu comme abondance durant le Shabat, selon ce principe mentionné. De là découle l’essentiel de la véritable bénédiction et du revenu. Il s’ensuit que tous les trente-neuf travaux de base, et toutes

les actions effectuées durant ces six jours de l’action en eux-mêmes ne possèdent pas de force. Et il n’est pas possible d’acquérir grâce à eux les ressources effectivement nécessaires. Mais seulement de ce qui vient du Shabat, de toute l’annulation des actions. Ces notions, chacun devrait les connaître et croire en elles avec une entière confiance (Shmouel I, 2,9) « car ce n’est pas la force qui fait le vainqueur ». Parce que le vrai revenu n’est pas attiré au moyen apparent du travail ou d’autres actions matérielles, ni par le négoce ou les trente-neuf travaux. 


L’essentiel du vrai revenu est attiré seulement grâce à la bénédiction provenant précisément du Shabat, de ce principe de l’éclairage de la Volonté. Lorsqu’on prend vraiment conscience qu’il n’est pas possible de l’attirer autrement. Mais seulement grâce à l’annulation de toutes les sortes d’activités productives et en ayant une entière confiance. Alors on mérite que tous les trente-neuf travaux correspondent aux travaux effectués dans le Tabernacle. Il est la source et la base de tous les trente-neuf travaux accomplis (Shabat 49:). Ils deviennent effectivement trente-neuf lumières. Elles se réfèrent à l’éclairage de la Volonté, d’où provient l’essentiel du revenu. Et lorsqu’on mérite de réaliser tout son négoce selon ces principes, tous les trente-neuf travaux, dorénavant, ne sont plus considérés comme des actions. Car on élève ses mains vers Hachem, et l’on soumet toutes ses pensées, paroles ou actions selon la Volonté de Hachem C’est (Ps. 37,5) « remets à Hachem ta voie et espère en Lui, Il l’accomplira » ou (Michlei 16,3) « révèle à Hachem tes œuvres, et tes pensées seront affermies ». On doit croire et avoir une confiance entière qu’en réalité l’homme ne fait rien ! 

Nous sommes seulement obligés d’entreprendre et d’avoir quelques occupations dans le négoce ou le travail parce qu’il en va ainsi de Sa Volonté. De grands secrets et de profondes intentions sont renfermés dans toutes ces notions du négoce et du travail. De la même façon, ils se trouvent également des secrets et des intentions cachées dans tous les commandements de la Torah. Grâce à cela s’opèrent des éclaircissements et des clarifications de saintes étincelles. D’où la raison pour laquelle nous devons, malgré tout, accomplir quelques négoce ou travail. Il s’agit d’un commandement de Hachem, comme l’ont écrit nos Sages ZL (Avot 2,2) ‘il est bien de concilier l’étude de la Torah avec le gagne-pain’. Bien qu’en réalité l’homme ne réalise rien du tout. Le vrai revenu, en définitive, ne résulte pas d’actions matérielles. Au contraire, l’essentiel du revenu et de la bénédiction sont attirés grâce à la capacité d’annulation des trente-neuf travaux ! Ce qu’est l’éclairage de la Volonté, le principe du Shabat, la source de la bénédiction dans les six jours profanes.

Il s’ensuit que tous les trente-neuf travaux dans la sainteté, l’édification du Tabernacle, la réception du revenu, tout dépend de l’annulation. C’est-à-dire quand le revenu vient depuis le rayonnement de la Volonté. Raison pour laquelle il est précisé à propos de l’édification du Tabernacle, sous une forme passive, (Chemot 40,17) « le Tabernacle fut érigé », et (ibid. 25,31) « le candélabre sera fait ». Parce que le travail était réalisé par lui-même (Tanhouma Chmini 8) ! Parce que toute la réalisation du Tabernacle et du Sanctuaire s’est concrétisée ainsi. Ils étaient disposés et avaient été placés seulement en vue de leur accomplissement. C’est pourquoi à propos de tous ces travaux les expressions utilisées sont ‘volonté’ ou ‘générosité du cœur’. Comme il est écrit (Chemot 35,21 – 36,2) « les hommes au cœur élevé, aux sentiments généreux », « les inspirés de la sagesse, et tous ceux dont le cœur les portait à se mettre à l’ouvrage ». Parce que toute la construction du Tabernacle reposait sur ce principe de la générosité du cœur, c’est-à-dire ce principe de la Volonté. Raison pour laquelle la Volonté éclairait. Parce que tous les trente-neuf travaux s’accomplissent en relation avec ce principe de leur annulation, avec ce que représente le Shabat. Car (Devarim 33,11) « agrée l’œuvre de ses mains ! », la nécessité d’attirer cet éclairage sur les mains, sur le principe des outils de l’action. Précisément grâce à cela (ibid.) « bénis, Hachem, ses efforts ». 

Car la bénédiction est attirée à partir du principe de cet éclairage, de la source même du revenu. Alors, tout le travail des six jours profanes s’exécute en quelque sorte de lui-même. Ce qui se rapporte à (Vayikra 23,3) « pendant six jours s’effectue le travail, mais le septième jour il y aura repos », cela est écrit sous une forme passive. Car grâce au Shabat, on mérite que s’accomplissent toutes les tâches d’elles-mêmes.

L’essence de l’existence des six jours de l’action se trouve donc dans le chômage et le repos du jour de Shabat. Comme il est écrit (Berechit 2,2) « l’Éternel mit fin, le septième jour, à l’œuvre faite par Lui ». Nos Sages ZL ont demandé (Berechit Rabah 10,9) ‘que manquait-il au monde ? Est venu le Shabat, est venu le repos ! S’est conclu et fut terminée l’action’. Car l’essentiel de celle-ci, si l’on peut s’exprimer ainsi, c’est lorsque après les six jours du commencement, tout s’est mis à sa place grâce à l’apaisement et au chômage du Shabat. Selon le principe (ibid.) « l’Éternel accompli… » qui est une expression marquant la Volonté. Tout devient possible en attirant l’éclairage de la Volonté qui illumine durant le Shabat. Cette notion s’avère nécessaire pour chaque individu qui entreprend un travail ou un négoce durant les six jours profanes. C’est savoir et avoir une foi entière qu’en réalité tout vient de la Force de Hachem, et que nous-mêmes en définitive nous ne réalisons rien du tout. Comme Il nous met en garde (Devarim 8,12-17) « tu pourrais manger… et tu diras en ton cœur : " C’est ma propre force, c’est le pouvoir de mon bras, qui m’a valu cette richesse." » D’où la nécessité de très bien se souvenir de ce principe. Et ne pas en venir à se tromper soi-même et l’oublier. En se disant dans son cœur que c’est moi qui accomplis et réalise. Seulement (ibid. 18) « tu dois te souvenir, c’est Lui qui t’aura donné le moyen d’arriver à cette prospérité ». C’est Lui seul qui dispense l’énergie. Et le travail, il s’effectue selon le principe (Chemot 23,12) « six jours durant tu t’occuperas de tes travaux ».

Parce que tout se réalise et se clarifie uniquement grâce au chômage du jour du Shabat. Lorsqu’on reçoit alors l’éclairage de la Volonté. De là vient tout le revenu, selon le principe (Ps. 145,16) « Tu ouvres Ta Main ». Les mains représentent l’outil propre à l’action de tous les travaux. Il est impossible aux mains d’attirer un revenu, mais seulement lorsqu’on reçoit la bénédiction depuis sa racine. C’est-à-dire depuis le principe des ‘mains de l’intelligence’, ce qui revient à (ibid.) « Tu rassasies tout vivant ». C’est (ibid. 10) « Il ne prend pas plaisir à la vigueur du coursier, Il ne tient pas à l’agilité de l’homme ». Au début de ce psaume, il est fait allusion à attirer l’abondance et le revenu. Comme il écrit là-bas (ibid. 8-9) « Il prépare la pluie pour la terre…, Il donne leur pâture aux bêtes, etc. ». Tout cela ne dépend pas des actions de l’homme, tout vient seulement de Sa Volonté, de ce qui est attiré depuis le Shabat vers les six jours profanes. Parce que (ibid. 147,11) « Hachem veut ceux qui Le craignent ». Donc, l’essentiel du revenu vient de l’acceptation de la Royauté, du principe de la ‘crainte’. Elle se réfère à la Volonté supérieure dans laquelle chacun doit placer son assurance. Selon (ibid. 104,27) « tous mettent en Toi leur attente, assurés que Tu leur donneras leur nourriture en temps voulu ».

Hachem nous met en garde à propos du Shabat avant l’édification du Tabernacle. Pour nous faire savoir que les travaux nécessaires pour celui-ci ne peuvent, en aucun cas, repousser les obligations relatives au Shabat. Parce que les travaux pour le Tabernacle correspondent seulement à cette notion d’éclairage de la Volonté. Car le travail était, en quelque sorte, effectué de lui-même. Nous aurions pu nous tromper en estimant que puisqu’il s’agit seulement du principe de l’éclairage de la Volonté, et que nous sommes censés n’avoir rien entrepris, par conséquent cela repousse les règles du Shabat. Nous sommes précisément mis en garde pour ne pas nous tromper à ce sujet. Car aucune activité ne peut repousser le Shabat. Il se situe bien au-dessus de tous les éclairages. Ceux-ci se revêtent dans les trente-neuf travaux. Alors que le Shabat correspond au chômage absolu, il représente la Volonté de toutes les volontés. Là où rien ne s’effectue, là où il est même impossible d’envisager une quelconque réalisation. Le Shabat doit être entièrement consacré au repos. Grâce à lui on mérite d’attirer la sainteté du Shabat vers les six jours profanes. C’est-à-dire qu’est attiré l’éclairage de la Volonté dans toutes nos activités. Ce sont toutes les trente-neuf lumières qui se retrouvent dans l’édification du Tabernacle. Par conséquent, tout ce qu’il doit représenter est possible seulement grâce au respect du Shabat. C’est pourquoi, partout où il est fait mention de la mise en place du Tabernacle, précède l’interdit d’entreprendre quoi que ce soit durant le Shabat.

Chabat Chalom
Source: Elhanan Lepek