Parachat 'Hayei Sarah
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

La vérité, rien que la vérité

Paracha Miketz

Il s’avère nécessaire de s’attacher soi-même vers la vérité et d’exprimer des paroles de vérité jusqu’à finir par voir des ouvertures. En investissant toutes ses forces dans les paroles de la Tefilah / prières, comme il convient. Ainsi on renouvelle toutes ses forces et son existence. Car tout peut être attiré au moyen de la Tefilah. L’essentiel consiste à chaque instant, avec tout ce qui nous arrive, à nous attacher uniquement à la vérité et à prier, en déversant son cœur devant Hachem, avec des paroles de vérité. Pour ne pas se laisser induire en erreur ! Car effectivement, il n’existe aucun moment où il n’est pas possible de sortir de l’obscurité grâce à la vérité. Cela se réfère à (Berechit 41,1) « Pharaon eut un songe ». Yossef lui a donné une explication à propos des (ibid. 2-3) « sept jeunes vaches, belles à voir et fortes en chair… Sept autres vaches laides à voir et maigres en chair ». En tout

, il est mentionné vingt-huit différentes sortes de ‘moments’. Parmi eux se retrouvent toutes les nombreuses différentes nuances entre le bien et le mal, entre le mensonge et la vérité, entre l’obscurité et la lumière, etc. Il a vu toutes ces sortes de changements au travers des vaches et des épis de blé.

Grâce à la Tefilah, on mérite son conjoint. Les vaches se rapportent à des êtres vivants. Les épis de blé font référence aux céréales. Elles correspondent au revenu qui est obtenu grâce à la Tefilah. « Pharaon a vu sept vaches de belles apparences », elles viennent de la Tefilah exprimée correctement. Selon les Psaumes (119,164) « je Te célèbre sept fois par jour ». Mais en parallèle, il a également vu sept vaches tenues et vilaines qui montent (Berechit 41,19) « je n’en ai pas vu de semblables en laideur ». Et (ibid. 20) « les vaches maigres et chétives mangèrent les sept premières vaches fortes ». Et la suite (ibid. 21) « sans qu’on s’aperçoive qu’elles rentrèrent dans leur ventre ». Lorsque le mensonge se renforce, il obscurcit tellement, au point qu’on ne peut plus du tout voir la vérité. Comme si elle n’existait plus dans le monde. C’est la conséquence de la débauche, elle perturbe à tel point, comme s’il n’y avait aucune pureté et sainteté véritable. Car en vérité toute la sainteté dépend de la pureté dans l’occupation des relations. Ainsi nous l’explique le saint Zohar et les écrits du Ari ZL plus particulièrement.

De même, il a vu (ibid. 22) « sept épis pleins et beaux ». C’est une référence à l’abondance dans le revenu et aux richesses. Mais (ibid. 23) « sept épis desséchés, minces et flétris » vinrent à leur suite. Et (ibid. 24) « les épis minces engloutirent les sept bons épis ». C’est-à-dire que tout ce que l’on a gagné, toutes les richesses accumulées, tout est englouti par le mal. À tel point que l’on ne sait même plus tout ce dont on a été gratifié et avons profité. De différentes façons, soit à cause de telles pertes qu’on ne sait plus du tout avoir eu des bénéfices. Ou bien en restant avec sa richesse. Mais les envies de biens et d’argent supplémentaire deviennent tellement imposantes, que maintenant la situation se révèle encore pire qu’au début. Selon (Kohelet 5,12) « il y a un mal déplorable que j’ai vu sous le soleil : la richesse conservée pour le malheur de ses possesseurs », il ne s’agit absolument pas d’une richesse. Mais il y a pire encore (Avot 2,7) « en augmentant ces biens, il augmente ses soucis ». Et (Kohelet 2,23) « car tous ses jours se consument en douleur ; le chagrin est son occupation, même pendant la nuit son cœur ne se repose pas ».

La réparation pour tout cela peut venir grâce à Yossef. Il représente le vrai Juste qui illumine la vérité pour tout un chacun d’Israël, à tout moment. Parce que Yaakov symbolise l’essence de la vérité. Il illumine la vérité dans chacune des douze Tribus. Ce sont toutes les différentes formulations et rites de la Tefilah. Grâce à cela, on mérite des relations et son revenu dans la sainteté. Mais l’essentiel de l’attirance du principe de la vérité, amené par Yaakov vers les douze Tribus, est grâce à Yossef le Juste. Parce que (Berechit 37,3) « il était le fils de sa vieillesse ». La vieillesse dans la sainteté correspond à la vérité, elle représente l’illumination de la Face. Parce que la vérité dépend de l’ancienneté. Raison pour laquelle Yaakov a transmis plus particulièrement à Yossef toutes les bénédictions. Comme il est écrit (ibid. 48,20) « par toi, Israël bénira ». Également (ibid. 49,24-26) « par les mains puissantes de Yaakov » jusqu’à « les bénédictions de ton père ont surpassé les bénédictions de mes parents, etc. ; qu’elles viennent sur la tête de Yossef ». Comme il ressort du verset (Yeshiyaou 65,16) « celui qui voudra être béni dans le pays, etc. ».

Aussi, la réparation relative au rêve de Pharaon vient grâce à Yossef le Juste. Il est celui qui parvient à éclairer la vérité pour chacun. Pour permettre la suprématie des sept années d’abondance sur les sept années de famine, pour la domination du bien sur le mal, grâce à la vérité. Alors (Berechit 41,34) « pour prélever la cinquième partie du produit du pays d’Égypte ». Le mot ‘cinquième’ fait ici référence au principe de l’armement. Comme il est écrit (Chemot 18,13) « les enfants d’Israël montèrent en arme du pays d’Égypte » en utilisant le même mot. Parce que l’essentiel des outils d’armement doit correspondre à la Tefilah. C’est la notion (Berechit 41,2) « et voilà, depuis le fleuve elles montent ». C’est-à-dire depuis les eaux, qui sont un principe de Tefilah, correspondant à (Eiha 2,19) « répands ton cœur comme de l'eau ! »

Lorsque Yossef est né, Rahel, sa mère s’est exclamée (Berechit 30,23) « l’Éternel a enlevé mon opprobre ». C’est l’annulation de toutes les hontes, correspondant à toutes sortes d’obscurité, grâce à Yossef. Parce qu’il vient d’une semence de vérité entièrement pure. Et elle continua (ibid. 30,24) « que Hachem m’ajoute un autre fils ! » En référence à (ibid. 6,16) « tu établiras une porte sur le côté de l'arche », pour obtenir la possibilité de pratiquer également des ouvertures pour les autres. Pour leur permettre de sortir de l’obscurité, comme si elle les enfantait.

On retrouve cette idée concernant l’allumage des flammes de Hanoukah (Shabat 21,2) « d’ajouter et de progresser ». Cela correspond à Yossef, qui signifie ‘ajouter’. Car nous devons chaque jour rajouter de la lumière lors de l’allumage. Grâce aux véritables Justes, selon le principe (Michlei 4,18) « le sentier des justes est comme la lumière éclatante, continuant à éclairer jusqu’au milieu du jour ». Il s’agit de la lumière du Mashiah, (Ps. 132,17) « là-bas, Je ferai croître la force de David, Je prépare le flambeau de mon oint ». Du fait de sa sainteté Il a promis (Sidour Torat Emet) « que sa flamme ne s’éteindra jamais », car la Vérité se maintient toujours. Et (Michlei 12,19) « la lèvre de vérité subsiste pour toujours ». Cela se rapporte à la bénédiction prodiguée par Yaakov à Yossef. Ce sont (Rachi Vayehi 49,26) « les bénédictions reçues s’étendent jusqu’à l’extrême limite des montagnes du monde ». Rachi nous explique que la bénédiction de Yaakov était sans aucune limite ni frontière. Comme il est écrit (Vayetse 28,14) « elle débordera au couchant et au levant, au nord et au midi ». C’est-à-dire que la vérité de Yaakov éclaire depuis une extrémité à l’autre, sans aucune limitation. Parce que dans tous les endroits, même dans l’atmosphère la plus impure, sa vérité éclaire pour permettre de se sortir de là-bas. Et c’est cette bénédiction qu’il a transmise à Yossef. Parce que l’essentiel de l’attirance de la vérité pour tout Israël est rendu possible grâce à lui.

Yaakov s’est déplacé en dehors du pays, et précisément là-bas il a trouvé, dans une très grande sainteté, ses épouses. Parce qu’il était tellement fort dans la vérité que même en dehors du pays, ce qui correspond à la rigueur de l’obscurité, la vérité éclairait pour lui. Ce qui correspond (Berechit 32,32) « le soleil brilla sur lui », le principe du soleil a éclairé précisément ‘pour lui’. Et en plus de ses épouses, il a amassé de grandes richesses et d’importants revenus. Il a établi les douze Tribus, elles correspondent aux douze rites de la Tefilah. Tout cela peut s’obtenir grâce à l’essence de la vérité. Car elle illumine même dans les plus extrêmes obscurités. Ainsi, lors de l’ouverture de la mer de Jonc (Ps. 136,13) « Celui qui coupa la mer Rouge », ils l’ont traversée par douze ouvertures.

Rachi nous explique sur le verset (Vayetse 30,25) « or, après que Rachel eut donné le jour à Yossef, Yaakov dit à Laban: "Laisse-moi partir !"», le mauvais génie de Esaw est venu au monde (Berechith Raba 73, 6). Comme il est écrit (Ovadiah 1,18) « la maison de Yaakov sera un feu, et la maison de Yossef une flamme ». La lumière et la flamme proviennent de la sainteté de la mèche du Candélabre et de l’illumination de la Menorah de Hanoukah. Elles correspondent à la lumière de la vérité. Son embrasement dans le monde vient grâce à Yossef. Yaakov représente l’essence de la racine du feu de la parole de vérité. Le principe (Chemot 4,28) « les Paroles de Hachem » et (Yermihaou 23,29) « Ma parole n’est-elle pas comme le feu !» Yossef correspond au flamboiement pour éclairer la vérité dans le monde. C’est (Baaloteha 8,2) « quand tu feras monter les flammes, c’est vis-à-vis de la face du candélabre », elles monteront d’elles-mêmes. Tout ce qui se réfère à l’essence de la vérité, le principe (Bamidbar 8,2) « ces sept flammes éclaireront vers la face du Candélabre ». Ce qui se rapporte à tous les différents groupes dans Israël. Il existe effectivement des différences, mais tous doivent orienter leur esprit « face à la Menorah ». Le principe de Yaakov, de l’essence de la vérité.

Source : Elhanan Lepek