Bannière
Bannière

Prêtez l’oreille

Paracha Haazinou


Prenant à témoin le ciel et la terre, il exhorte le peuple de « se souvenir des temps anciens », « Interroge ton père et il te racontera, tes sages et ils te diront », comment D.ieu « les a trouvé dans le désert », en a fait un peuple, les a choisi pour Lui, et leur a donné un terre magnifique. Le cantique met aussi en garde contre la chute spirituelle, résultat du fait que le peuple « s’est engraissé, et s’est révolté et a abandonné le D.ieu qui l’a fait » Alors, Moïse décrit les calamités qui pourraient s’ensuivre, mais que finalement, la rédemption viendra. Dieu vengera le sang du peuple juif qui a été versé et réconciliera le peuple avec sa terre.
La sidra se conclut avec l’instruction donnée par D.ieu à Moïse de monter sur le mont Névo d’où il pourra seulement contempler toute la Terre Promise avant de quitter ce monde.

Moshè prend à témoins le ciel et la terre
Pourquoi prendre à témoins les astres ? Les actes d’Israël sont les conditions de l’existence de notre monde terrestre. Plus exactement, les actes d’Israël font passer dans ce monde l’expression des principes supérieurs de la Torah, dont l’efficace assure la survie du monde.


Haazinou, « prêtez l’oreille »
Celui qui prête l’oreille aux paroles de la Torah, le reste de son corps en tire sa subsistance. En revanche, celui qui détourne l’oreille des paroles de la Torah, sa prière sera rejetée. Comme le dit le verset : « Fermez l’oreille aux leçons de la Loi, et votre prière devient un acte abominable »(Proverbes, 28, 9).
« Celui dont les paroles sont écoutées par le Ciel (Haazinou achamaïm), peut prêcher la morale, il sera écouté sur la terre » (Le Rabbi de Sadigour).

Les cieux et la terre
« Prêtez l’oreille cieux, … et que la terre écoute »
Pourquoi Moshè Rabennou nous ramène-t-il ici les cieux et la terre ? Quel est le rapport entre les cieux, la terre, et les reproches que nous fait Moshè ?
Les cieux symbolisent les grands hommes et la terre les gens simples. Si les grands hommes, dès le début, tendent l’oreille et donnent l’exemple, alors les gens simples écouteront.
Si tu as vu une génération qui refuse d’écouter et qui se sauve de la Torah, alors vérifie le degré de moralité de ses dirigeants, car la décadence démarre toujours chez eux.

Le ‘Hatam Sofer
La Guemara Brakhot dit : « Que celui qui a la crainte de D-ieu, alors ses paroles sont écoutées. » Si les cieux sont prêts à écouter cet homme qui craint D-ieu, alors la terre, les gens simples aussi écoutent.

La crainte de D-ieu

Rabbi Raphaël Baroukh Tolédano entendit du Maroc qu’une communauté en Algérie fermait son école (Talmud Torah).
Sur le fait, il décida d’aller voir cette communauté. En arrivant, le comité l’invita et il essaya de les pousser à revenir sur leur décision.
Il leur expliqua l’importance de la jeunesse. Que ce sont les enfants qui construisent la génération de demain.
Mais ils refusèrent de changer d’avis. Sur ce, Rabbi Raphaël Baroukh Tolédano éclata en sanglots.
Et le comité, ému, essaya de calmer le tsaddik en lui disant : « Rav, ne pleures pas, nous ne la fermerons pas. » « Je pleure, car le Talmud dit que celui qui n’a pas la crainte du ciel, ses paroles ne sont pas écoutées ! Et voilà que vous ne m’avez pas écouté. » Et sur ce, grâce à D-ieu, l’école ouvrit ses portes…

Le respect des enfants envers leurs parents
Il n’est plus étonnant hélas de constater que la crainte qu’avaient nos parents ou nos grands-parents envers leurs pères a fait place à la désinvolture de la jeunesse d’aujourd’hui envers leurs parents.
Peut-être devons nous affirmer que ce n’est certes pas la connaissance ou la science des parents « branchés » d’aujourd’hui qui assurent la pérennité de l’éducation, mais que peut-être bien la crainte et l’attachement à D-ieu qui de tout temps a fait le respect des enfants envers leurs parents.

Chabbath Chalom
Rav Raphael Pinto

Bannière