Parachat Vayetse
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Un Israélien lauréat mondial de l'alimentation

Israël Technologies

Un scientifique israélien qui a dépassé les frontières politiques et ethniques afin d'aider des dizaines de pays du Moyen-Orient, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud à améliorer leur agriculture avec de nouvelles méthodes d'irrigation recevra le Prix mondial de l'alimentation, a annoncé mardi la fondation du prix.

Le Dr. Daniel Hillel, à qui on attribue le développement de méthodes d'irrigation telle que le goutte à goutte qui minimise la consommation d'eau tout en permettant la culture de nourriture dans les climats les plus secs du monde, a été nommé lauréat du prix de 250.000 dollars lors d'une cérémonie à Washington. Il recevra officiellement son prix le 18 octobre 2012 au cours de l'annuel World Food Prize Symposium dans l'Iowa.

Le système développé par Hillel, appelé micro-irrigation, transporte l'eau à travers d'étroits tuyaux en plastique jusqu'aux plantes, où elle goutte et ruisselle sur les racines. "Il a révolutionné les pratiques agricoles dans plus de 30 pays au cours des 50 à 60 dernières années, aidant des milliers d'agriculteurs." a déclaré Kenneth Quinn, président de la Fondation World Food Prize.

Pendant des milliers d'années au Moyen-Orient, l'irrigation avait pour principe de détourner de grandes quantités d'eau des rivières, la piéger dans des bassins et l'utiliser pour imbiber les terres agricoles. Le sol se dessèchait alors progressivement. C'était une méthode de culture inefficace, déclare Hillel.

La disponibilité de petits tuyaux en plastique bon marché après la Seconde Guerre mondiale a permis de transporter l'eau pour les cultures d'une manière plus continue. Les tuyaux étaient perforés afin de permettre à l'eau de s'écouler goutte à goutte vers les racines des plantes. Avec le temps, de l'engrais a été ajouté à l'eau.

"Avec juste un peu d'eau, vous obteniez une bien meilleure récolte", a déclaré Hillel. "Ce fut une grande innovation. J'étais présent dès le début. Je ne peux pas dire que j'en ai été l'inventeur, mais j'ai été très actif aux premiers stades de son élaboration et de sa philosophie."

"Nous devons apprendre à gérer les sols de sorte qu'il ne se dégradent pas et le faire efficacement. Dans le même temps, nous devons conserver les écosystèmes naturels sans empiéter sur eux, sans déforestation excessive ou destruction de la biodiversité", a-t-il annoncé. "Tout cela présente un grand intérêt pour moi, et j'y consacre ma carrière."