Parachat Vayera
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Le Technion découvre que les les nausées durant la grossesse réduisent le risque de fausse couche

Israël Technologies


Des chercheurs du NIH (National Institute of Health, États-Unis), de l’Université de Haïfa, Israël (Pr Noya Galai, grande spécialiste des statistiques) et d’autres institutions ont mené un essai clinique randomisé pour étudier l’impact des nausées et des vomissements sur le déroulement de la grossesse. Cette étude explore les données d’une étude précédente qui avait examiné les effets de l’aspirine sur la grossesse et la reproduction qui ont identifié des femmes ayant subi une ou deux fausses couches dans quatre cliniques aux États-Unis de juin 2007 à juillet 2011.

Cette étude a été limitée à 797 femmes ayant eu une grossesse confirmée (test hCG). 188 grossesses (23,6%) se sont soldées par une fausse couche. À la 2ème semaine de gestation, 17,8% des femmes ont déclaré des nausées sans vomissement et 2,7% ont déclaré des nausées accompagnées de vomissements. À la semaine 8, les proportions sont passées respectivement à 57,3% et 26,6%.


Les chercheurs ont pu démontrer une diminution du risque de fausse couche au premier trimestre de 55% pour celles qui ont eu des nausées, et de 81% pour celles qui ont eu, en plus, des vomissements.

«Les femmes inquiètes par ces symptômes de nausées devraient en parler à leur médecins qui peut les rassurer», a déclaré l’auteur principal Stefanie Hinkle , PhD, du NIH Eunice Kennedy Shriver Institut national de la santé infantile et du développement humain. «Cependant, les femmes qui n’ont pas ces symptômes doivent savoir que cela ne signifie pas pour autant qu’elles risquent de perdre leur bébé« .

Au sujet de Noya Galai : le Pr Noya Galai a reçu un doctorat en biostatistiques de l’Université de Californie à Berkeley en 1987. Elle a été postdoctorante à l’Université Hébraïque de Jérusalem (Israël) 1987-89. Elle a rejoint le département d’épidémiologie de l’École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg à Baltimore en 1991-2004 et a été directrice des statistiques au Département de la recherche sur les services de santé au ministère de la Santé de 1993 à 2003.

En 2004, le Pr Noya Galai a rejoint le Département de statistique de l’Université de Haïfa (Israël). Elle a été chercheuse principale pour le centre de coordination des données de l’essai clinique EAGeR sur les effets de l’aspirine sur les résultats de grossesse 2006-2012. Elle collabore actuellement avec le Département d’épidémiologie de l’École de santé publique Bloomberg Johns Hopkins, à Baltimore.

Source: Science Info Israel