Parachat 'Hayei Sarah
Inscrivez vous à la newsletter pour connaitre toutes les nouveautés de votre site!
captcha 

Comment faire de "bons" plastiques ?

Israël Technologies

La sagesse populaire veut que les matières plastiques doivent être biodégradables pour diminuer la pollution et préserver la planète. Mais une solution apportée par l'Université de Tel Aviv pour produire une version plus résistante d'un plastique non-biodégradable, le polypropylène, pourrait finir par être tout aussi respectueuse de l'environnement.

S'appuyant sur les principes de la chimie verte - un champ qui prône l'utilisation plus efficace d'énergie et la production de déchets moins dangereux -, le Pr Moshe Kol, titulaire de la chaire Bruno Landsberg en chimie verte de la Faculté des Sciences Exactes Raymond et Beverly Sackler, développe de nouvelles versions de l'une des matières plastiques les plus courantes dans le monde.

Le polypropylène, caractérisé par sa résistance et sa durabilité, est en effet utilisé dans de nombreuses applications, y compris les textiles et les emballages - par exemple pour la création de contenants hermétiques pour la conservation des aliments.

A ce jour, aucune des alternatives biodégradables qui ont été développées ne peuvent reproduire la résilience (capacité d'un matériau à revenir à sa forme initiale après avoir subi un choc) du polypropylène avec le défi de le rendre aussi "vert" que possible. En réponse à ce problème, le Pr Kol, ainsi que son équipe de chercheurs, a réussi à développer de nouveaux catalyseurs pour la fabrication du polypropylène, conduisant à la production de la version la plus résistante de ce matériau à ce jour.


Cette percée majeure a de nombreuses ramifications pour les applications futures du polypropylène, en particulier dans la fabrication des voitures. Représentant un dixième du poids de l'acier, le polypropylène dans sa version améliorée pourrait remplacer des pièces automobiles métalliques et conduire à des voitures moins lourdes et qui consommeraient donc moins de carburant.


Par conséquent, bien que n'étant pas biodégradable, ce polypropylène amélioré a pour objectif d'économiser de grandes quantités d'énergie - compte tenu notamment du nombre grandissant d'automobilistes dans des pays comme la Chine et l'Inde - redéfinissant ainsi le concept de matériau "vert".

Sources: BE