Chiourim.org

Vaincre tous ses combats

Paracha A'harei Mot

Durant Pessah, tout levain est absolument interdit. Nous consommons seulement de la Matsah. Car durant cette période Moshe Rabenou a fait sortir les enfants d’Israël du pays d’Égypte.ss Alors, il leur a dévoilé des compréhensions de Son Éternité. Raison pour laquelle la célébration de Pessah constitue la «tête» des fêtes de pèlerinage. Pessah correspond à une notion de miséricorde, relative à notre Père Avraham (Zohar Ki Tetse 282:). Elle constitue l’essentiel de la réparation de la Royauté de l’intelligence inférieure. Elle représente l’essence de la séparation d’avec les quatre royautés, et l’élévation vers la lumière de la Face qui illumine durant les fêtes de pèlerinage, grâce à la miséricorde. Du fait que Pessah institue le commencement du dévoilement de Son Éternité, la projection d’une très puissante lumière, aussi le Hamets/levain est interdit, qu’importe la quantité. Car il existe entre le Hamets et la Matsah seulement une très minime différence, un quoi que ce soit… Elle est représentée par l’espace et l’infime ouverture existants entre le point à l’intérieur de la lettre He et sa pointe supérieure. Il s’agit de toute la différence entre les lettres Heth et He, entre le Hamets et la Matsah.

Lire la suite : Vaincre tous ses combats

 

Lorsque le soleil s’assombrit...

Paracha Emor


Nos Sages ZL ont fait dépendre le moment où il devient possible de réciter le soir le Chema du moment où les Cohanim/prêtres, qui se sont rendus impurs, sont autorisés à consommer de la Trouma/offrande. Lorsque le soleil s’est assombri pour eux. Il est ainsi fait allusion que chaque jour nous devons attirer sur nous une volonté absolument nouvelle, inédite. Parce que chaque jour s’avère être une nouveauté absolue. Et de cette notion dépendent toute sa purification et sa sanctification. Cette vision se rapporte à la récitation quotidienne du Chema. C’est la notion (Devarim 6,6) « ces devoirs que Je t’impose aujourd’hui », ces devoirs doivent être considérés à tes yeux comme une nouveauté.

Une bonne compréhension de cette notion se rapporte également au verset (Vayikra 22,7) « après le couché du soleil il deviendra pur ; et alors il pourra jouir des choses saintes ».

Lire la suite : Lorsque le soleil s’assombrit...

 

Toutes les choses dans le monde s’acquièrent grâce au savoir

Paracha Bamidbar

Toutes les choses dans le monde s’acquièrent effectivement grâce au savoir. Parce que l’essentiel d’une acquisition c’est quand on a vraiment investi sa conscience dans cet acte. Raison pour laquelle nos Sages ZL ont institué pour l’achat de tout bien mobilier que cela s’opère au moyen de les attirer ou de les élever (Hoshen Mishpat 198,1). Ou pour les biens immobiliers au moyen de leur occupation (là-bas 190,1). Ils ont estimé qu’en agissant ainsi, lors des différentes sortes d’acquisitions, la conscience est attirée à l’intérieur d’un bien acheté ou d’un cadeau reçu. C’est-à-dire au moment où on lui dit d’attirer ou d’acheter. 

Et l’acheteur attire l’objet, alors assurément l’esprit du vendeur et de l’acheteur s’accorde pour confirmer la validité de ce commerce. Et ils ne reviendront jamais sur les modalités de cet échange. Ainsi, la base même de l’achat s’effectue grâce à la prise de conscience. De ce principe tout découle dans ce monde, comme il est écrit (Ps. 104,24) « Tu réalises tout avec sagesse ». Et comme l’ont dit nos Sages ZL (Nedarim 41) « si tu acquiers du savoir, que te manque-t-il ? Si tu manques de savoir, qu’as-tu acquis ? » Ou encore comme il est écrit (Michlei 4,5) « acquérir de la sagesse, c’est

Lire la suite : Toutes les choses dans le monde s’acquièrent grâce au savoir

   

L’extrême force résidant dans la parole

Paracha Nasso

Grâce au commandement relatif aux vœux, il est possible de saisir et de comprendre l’extrême force résidant dans la parole. Car, aussitôt une parole est-elle émise par sa bouche, il s’impose de mettre en application ce qui est sorti d’entre ses lèvres. En vérité, ce sujet des vœux représente un concept prodigieux, d’une très grande élévation. Lorsqu’il est écrit (Bamidbar 6,2) « si une personne fait expressément vœu d’être abstème, voulant s’abstenir en l’honneur de Hachem », on se rend compte de toute la puissance du libre arbitre donnée à l’homme. Car il peut, avec la force de sa bouche, s’imposer à lui-même de nouveaux commandements, pour lesquels aucun ordre ne lui avait été donné. Par exemple, s’il s’interdit, en l’exprimant avec sa bouche, quelque chose permis, alors immédiatement cette chose permise devient un interdit de la Torah, comme tous les autres. Il s’agit d’un concept fabuleux. 

Parce que cette chose en elle-même, à sa racine, ne comporte absolument aucun interdit. Malgré tout, dès qu’il dit avec sa bouche que cela lui est interdit, même sans mention du Nom, immédiatement pour lui c’est devenu un grave interdit selon la Torah elle-même. Ainsi, il nous est donné d’appréhender toute l’importance de la puissance de l’homme qui

Lire la suite : L’extrême force résidant dans la parole

 

L’essentiel de la Volonté Divine se mérite grâce au pays d’Israël

Paracha Shla'h lekha

La faute des explorateurs réside dans leurs calomnies contre le pays d’Israël ! Car l’essentiel de la Volonté se mérite grâce au pays d’Israël. Là-bas, dans ce pays, se situe l’essentiel de l’éclairage de la Volonté, des attentes et des désirs pour se rapprocher vers Hachem. Cela correspond (Ps. 85,2) « Tu as rendu, Hachem, ton affection à Ton Pays ». Ainsi, nos Sages ZL ont dit (Berechit Rabah 13,12) que le mot terre/Eretz découle du mot Volonté/Ratzon. Pourquoi ce nom terre/Eretz, parce qu’elle satisfait/Meratzah avec ses fruits. Aussi, certaines Tribus ont été bénies pour que leur terre se remplisse de la Volonté. Comme il est écrit (Devarim 33.23) « Naphtali! Rassasié des grâces diverses, comblé de bénédictions ». Et il est écrit (là-bas 33,16) « les délices du sol et son abondance, et la Volonté de Celui qui m’est apparu dans un buisson ». Et les autres Tribus, qui n’ont pas été bénies ainsi, elles font partie de l’ensemble de Yaakov. Et les uns dépendent des autres, donc toutes les bénédictions de chacun retombent sur tous. Ainsi l’explique Rachi là-bas (Ber. 49,28) sur le verset « Il ‘les’ bénit ». Et il en va aussi ainsi pour les bénédictions de Moshe Rabenou.

Elles correspondent à celles de Yaakov, comme l’explique Rachi. L’essentiel d’une forte volonté et des aspirations vers Hachem se méritent dans le pays d’Israël. Là-bas brille et étincelle Son Éternité. Comme le disent nos Sages ZL (Ketouvot 110:) « celui qui habite dans le pays d’Israël ressemble à celui qui a pour lui l’Éternel ». Et l’éclairage de la Volonté correspond à une bonne odeur. L’essentiel de l’extraordinaire bonne odeur des étincellements de Son Éternité, grâce auxquels on languit et désire fortement se rapprocher vers Sa Volonté, sans aucune limitation, c’est seulement dans le pays d’Israël.

Lire la suite : L’essentiel de la Volonté Divine se mérite grâce au pays d’Israël

   

Page 19 de 216