Chiourim.org

L'Universite de Tel Aviv invente un scanner presque sans radiation

Israël Technologies


Un nouveau scanner, basé sur une technologie innovante développée par le Prof. Edith Marom de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Dr. Arnaldo Mayer de l’Hôpital Sheba à Tel Hashomer et permettant un rayonnement inférieur de 96% à la normale sans réduction de la qualité de l’image, est entré en utilisation dans cet hôpital, lequel est affilié à l’université. Il sera d’abord utilisé pour la détection précoce du cancer du poumon et, dans un proche avenir, dans les domaines de la mammographie et des examens au scanner pédiatriques.

La scannographie, ou tomodensitométrie est utilisée pour évaluer les lésions des organes internes pour la détection de tumeur ou de fracture, l’examen des métastases cancéreuses, les problèmes orthopédiques, les problèmes vasculaires et autres. Son seul inconvénient est le degré de rayonnement

Lire la suite : L'Universite de Tel Aviv invente un scanner presque sans radiation

 

Rechercher et annuler son H'ametz

Halakhot de Pessah

La recherche du H‘amets
La nuit du 14 Nissan - qui tombe cette année 5779 ce jeudi soir - on procède à la recherche du H’ametz à la lueur d’une bougie de cire (ou d’huile de paraffine solidifiée comme on en trouve de notre époque), conformément à l’institution de nos sages.
Si l’on n’a pas de bougie, on peut

Lire la suite : Rechercher et annuler son H'ametz

 

Matanot Laevionim - Mode d'emploi

Halakhot de Pourim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22):
« Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. »

Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a):
Echange de mets (Michloah’ Manott) : 2 mets à au moins 1 personne.
Cadeaux aux nécessiteux (Matanot Laévionim) : 2 cadeaux à au moins 2 personnes.
(En effet, le minimum de la forme pluriel du terme « mets » correspond

Lire la suite : Matanot Laevionim - Mode d'emploi

   

La sainteté des Tefilin

Paracha Tazria

Toutes les quatre sections se trouvant dans les Tefilin viennent nous déclarer et nous informer sur la sainte Emounah / croyance pour nos enfants après nous. Comme il est écrit (Chemot 13,8) « tu donneras en ce jour cette explication à ton fils ». Dans la deuxième section, il est écrit (ibid. 14) « lorsqu’à l’avenir ton fils te demandera ». Dans la troisième, il est écrit (Devarim 11,13) « et si vous écoutez et obéissez à Mes Commandements que Je vous commande aujourd’hui », et pour finir, nous sommes plus particulièrement mis en garde (ibid. 6,7 – 11,19) « inculque-les à tes fils, etc., enseignez-les à vos enfants en les répétant sans cesse ». 

Parce que l’essentiel de la sainteté des

Lire la suite : La sainteté des Tefilin

 

Un conseil paternel

Contes Juifs

Dans une ville résidentielle connue pour ses mosquées et ses synagogues, vivait autrefois un vieux Juif avec son fils unique.

Il avait fait de lui un jeune homme pieux et le garçon étant aussi charmant qu’habile, il devint intendant au palais du sultan. Il arrangeait la table, apportait les plats au souverain et à sa famille, versait le vin et contrôlait la préparation des mets.

Le jeune homme gagna bientôt la faveur du sultan, et le vieux père se réjouit du bonheur de son fils. Mais leur joie à tous deux fut de courte durée. Le père tomba malade, et devant les visages désolés des médecins, il comprit qu’il ne guérirait plus. Il fiat alors venir son fils et lui dit :

- "Je vais bientôt mourir et tu resteras seul au monde  Je ne me fais pas de souci pour toi ; cependant, si tu veux vivre longtemps, souviens-toi de ces deux principes : si tu passes devant une synagogue et que tu entends des gens prier à l’intérieur, entre et joins-toi à eux.

Et, quand tu es dans la maison de D.ieu, attends toujours la fin de la prière." Puis, le père serra son fils dans ses bras et peu après, rendit le dernier soupir.

En signe de deuil, le jeune homme déchira son châle de prière et, après l’enterrement, il ne quitta pas sa maison 7 jours durant, selon la loi ancestrale. Au bout d’une semaine, il revint au palais. Mais un seul regard en direction du sultan lui suffit pour comprendre que, dans les jours précédents, quelque chose de grave était arrivé.

Lire la suite : Un conseil paternel

   

Page 14 de 209