Chiourim.org

L’œuvre de vos mains

Paracha Vayelekh


« Car je sais qu’après ma mort vous irez dégénérant, et vous dévierez du chemin que je vous ai prescrit; mais il vous arrivera malheur dans la suite des temps, pour avoir fait ce qui déplaît au Seigneur, pour l’avoir offensé par l’œuvre de vos mains! »

Le prophète crie (Ochea 57,1) « le Juste périt et personne ne le prend à cœur, les hommes de bien sont enlevés, et nul ne s’avise que c’est à cause de la perversité régnante que le Juste disparaît ». En vérité, il nous incombe de rechercher inlassablement le vrai Juste. Cela concerne même ceux déjà proches de lui. Pour mériter de se rapprocher vers lui, d’importants efforts doivent être engagés. Et ainsi recevoir de plus en plus des conseils venant de lui. Car le Juste se cache constamment à la vue du monde. En raison des dommages provoqués, il s’éloigne beaucoup de nous. Au point où il devient difficile de saisir et de s’imprégner de sa puissante lumière. Il est exigé de nous de multiplier nos demandes et nos recherches pour le trouver. Cela est valable durant son existence. Donc, à bien plus forte raison après sa disparition vers des sommets élevés. Dorénavant, cela exige encore plus de demandes et de recherches en examinant dans ses saints enseignements, en suivant les chemins tracés pour nous. Et multiplier nos sollicitations et nos supplications devant Hachem, béni soit-Il.

Jusqu’à que coulent des larmes en déversant notre cœur comme un torrent d’eau devant Lui. Pour avoir le mérite de trouver et de saisir l’intériorité de ses saints enseignements, tout ce qui correspond au Juste lui-même. En effet, pour nous, l’essentiel de ce que représente le Juste se situe dans ses

Lire la suite : L’œuvre de vos mains

 

Quelques règles de Kippour

Halakhot de Yom Tov


Quelques règles de Yom Kippour
Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent.
Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique compétente dans ce type de questions, qui lui indiquera si elle doit jeûner ou pas. Il est interdit à quiconque de se montrer rigoureux sur ce point en s’imposant le jeûne alors que son état de santé ne le permet pas, car la sainte Torah dit : « il vivra avec (ces Mitsvot) » et non pas mourir par les Mitsvot. Il est interdit à qui que ce soit de se laisser mourir ou même de se placer dans le moindre risque de danger pour le jeûne de Yom Kippour. Lorsque notre

Lire la suite : Quelques règles de Kippour

 

La fête de tout le peuple d’Israël

Soukot


Notre maitre le ‘HYDA explique dans son livre « Dévach Léfi » que le mot « Soukka » contient une allusion aux règles de la Soukka.
En effet, certains construisent une Soukka de 4 murs, ce qui représente le meilleur de la Mitsva, et une telle Soukka ressemble à la lettre « Same’h » (ס) puisque cette lettre est « fermée » de toute part.
Certains font la Soukka avec 3 murs, comme la lettre « Kaf » (כ).
D’autres font la Soukka avec 2 murs en ajoutant une paroi supplémentaire sur le côté, comme la lettre « Hé » (ה). (Une telle Soukka comporte plusieurs détails Halachiques sur lesquels il faut être vigilant afin qu’elle soit conforme).

Nous apprenons donc une chose particulière:

Nous trouvons dans la base même du Din du devoir de la Soukka, qu’il est possible d’accomplir uniquement le « strict Din », et il est aussi possible de s’imposer la rigueur en ajoutant encore et encore pour accomplir le meilleur de la Mitsva.

Similairement, nous trouvons

Lire la suite : La fête de tout le peuple d’Israël

   

Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Halakhot de Souccot


Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l’extérieur de la Soukka.

Cependant, nous avons également précisé qu’une femme qui s’impose de manger sous la Soukka, obtiendra pour cela une récompense.
Et puisque nous avons expliqué que selon le Din, les femmes sont exemptes de la Mitsva de siéger dans la Soukka, nous allons, avec l’aide d’Hachem, expliqué un Din supplémentaire lié à ce point.
Celui qui omet - le 1er soir de Soukkot - de dire le passage de « Ya’alé Veyavo » que l’on dit dans le Birkat Hamazon.
S’il se rend

Lire la suite : Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

 

Briser tous les empêchements

Paracha Berechit


L’homme doit beaucoup se renforcer et surmonter pour briser tous les empêchements présents dans le monde ! Jusqu’à mériter de concrétiser ce qui se trouve encore en puissance et l’amener vers l’effectif. Cela plus particulièrement pour toutes les notions se rapportant à la sainteté. D’où la nécessité de se rapprocher vers des personnes attachées à la vérité. Toute sa sainteté et toute son existence dépendent de cela. Et attacher le potentiel vers le concret, cela correspond à attacher les voyelles avec les consonnes. Cela est rendu possible grâce aux désirs et aux attentes en vue d’atteindre de saintes notions. 

Comme il est écrit (Cant. 1,11) « nous te ferons des colliers d’or, entremêlés de points d’argent ». Car l’essentiel de l’attirance se réveille au moyen des empêchements se présentant face à lui. D’autant plus l’objet du désir s’avère substantiel, alors le désir lui-même doit se manifester encore

Lire la suite : Briser tous les empêchements

   

Page 12 de 209