Chiourim.org

Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Halakhot de Souccot


Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l’extérieur de la Soukka.

Cependant, nous avons également précisé qu’une femme qui s’impose de manger sous la Soukka, obtiendra pour cela une récompense.
Et puisque nous avons expliqué que selon le Din, les femmes sont exemptes de la Mitsva de siéger dans la Soukka, nous allons, avec l’aide d’Hachem, expliqué un Din supplémentaire lié à ce point.
Celui qui omet - le 1er soir de Soukkot - de dire le passage de « Ya’alé Veyavo » que l’on dit dans le Birkat Hamazon.
S’il se rend

Lire la suite : Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

 

Briser tous les empêchements

Paracha Berechit


L’homme doit beaucoup se renforcer et surmonter pour briser tous les empêchements présents dans le monde ! Jusqu’à mériter de concrétiser ce qui se trouve encore en puissance et l’amener vers l’effectif. Cela plus particulièrement pour toutes les notions se rapportant à la sainteté. D’où la nécessité de se rapprocher vers des personnes attachées à la vérité. Toute sa sainteté et toute son existence dépendent de cela. Et attacher le potentiel vers le concret, cela correspond à attacher les voyelles avec les consonnes. Cela est rendu possible grâce aux désirs et aux attentes en vue d’atteindre de saintes notions. 

Comme il est écrit (Cant. 1,11) « nous te ferons des colliers d’or, entremêlés de points d’argent ». Car l’essentiel de l’attirance se réveille au moyen des empêchements se présentant face à lui. D’autant plus l’objet du désir s’avère substantiel, alors le désir lui-même doit se manifester encore

Lire la suite : Briser tous les empêchements

 

Donner toute son Âme

Paracha Noa'h

Il est mentionné dans le saint Zohar (Zohar Hadash 58) ‘il ne s’est jamais trouvé un berger de confiance comme Moshe Rabenou. Il a donné tout son Nefesh / âme pour les gens de sa génération. Par contre, Noah n’a pas demandé à tel point des miséricordes. Même Avraham a demandé et il a prié pour les gens de Sodome et de Amorah, etc.’ Mais aucun n’a atteint le niveau de Moshe Rabenou en étant disposé à tellement donné. Il est écrit (Chemot 32,32) « sinon efface-moi du livre que Tu as écrit ». Ainsi, en vérité, tout repose sur le Juste de la génération. En fonction de ses mérites et de sa sainteté, alors la miséricorde voilée peut se dévoiler d’autant plus. Grâce à celle-ci, le Juste parvient à donner de la vie au monde, et à ceux encore éloignés malgré leur éloignement et leur situation présente. Constamment la miséricorde voilée subsiste. Elle ne peut en aucune façon être perturbée par absolument aucune faute. Grâce à cela le monde peut se maintenir durablement. Mais, tout reste lié au Juste de la génération. Hachem, béni soit-Il, a créé tout le monde uniquement sur la base de Sa Miséricorde. Selon le principe (Ps. 89,3) « la bonté est établie pour toujours ». 

Mais après Sa Création du monde, dorénavant tout va dépendre du Juste de la génération. Selon sa force et sa volonté, ainsi il en ira pour la conduite du monde. Raison pour laquelle lors de la génération du Déluge, s’il s’était trouvé quelqu’un parvenant à dévoiler cette miséricorde voilée, comme l’a fait Moshe Rabenou, il est possible que même alors le monde ait pu se maintenir. Mais comme Noah n’a pas pu atteindre un niveau d’abnégation correspondant à celui de Moshe Rabenou, alors il n’a pas réussi à dévoiler cette miséricorde voilée. Par conséquent, le Déluge

Lire la suite : Donner toute son Âme

   

Alors ils quitteront cette nation avec de grandes richesses

Paracha Le'h Le'ha

« Alors ils quitteront cette nation avec de grandes richesses »

Dans tous les endroits en exil où des personnes d’Israël viennent s’installer, au début ils y ressentent de grandes douleurs, aussi bien matériellement que spirituellement. Il en va ainsi pour chacun selon son niveau. Parce qu’ils sont trimbalés et déplacés d’un endroit à l’autre. Ils ressentent de la honte et ils sont méprisés. Mais après un certain temps, ils se sentent comme installés là-bas. Alors, ils en viennent également à certaines formes de dominations sur ces endroits. Selon le principe (Zahariah 9,7) « il survivra lui aussi pour notre Éternel ». Les initiales des mots de ce verset forment le mot ‘exil’. C’est-à-dire qu’ils finiront par enseigner là-bas la Torah à de très nombreuses personnes.

Il existe cette notion de ‘prélèvement’ de la ‘Halah, et de tous les présents pour la prêtrise. Ils sont donnés précisément à partir d’aliments. Et plus particulièrement de ce qui pousse de la terre. Ce sont la Troumah, les prémices, la dîme et pour finir la ‘Halah. Parce que là où Israël domine en exil, là où

Lire la suite : Alors ils quitteront cette nation avec de grandes richesses

 

Ils les frappèrent d’éblouissements

Paracha Vayera

« Et les hommes qui assiégeaient l’entrée de la maison, ils les frappèrent d’éblouissements, … ils se fatiguèrent à trouver l’entrée »

L’essentiel de la réparation effectuée en pratiquant son commerce est possible grâce au Emet / vérité. Elle correspond à la Emounah / croyance. Ainsi, il lui est donné la possibilité de voir des ouvertures. Et alors, il peut réparer et extraire les saintes étincelles se trouvant dans tous les objets relatifs à son négoce. Grâce à cela, il ne s’investit pas lui-même à l’intérieur de ses tractations, dans ses affaires commerciales. Car la vérité lui permet de voir toutes les embrasures à travers lesquelles sortir de l’obscurité. Là où il peut se rapprocher vers Hachem, béni soit-Il. D’où cette notion de la surface de ‘quatre Amot’ de l’homme. 

Elle lui permet ses acquisitions dans le domaine public. Bien que le domaine public soit celui de l’emprise de l’autre tendance, des extériorités. Car ces quatre Amot correspondent aux quatre lettres formant le Nom divin. C’est-à-dire que dans chaque personne se trouve inclus le Nom de Hachem, béni soit-Il. Il se rapporte à la lumière de la vérité, à la notion de (Ps. 27,1) « Hachem est ma lumière ». Parce que (ibid. 117,2) « la vérité de Hachem est immuable ». Ainsi, peu importe où l’homme se situe, même dans les plus bas tréfonds, même dans le domaine public qui correspond aux lieux extérieurs. Également

Lire la suite : Ils les frappèrent d’éblouissements

   

Page 8 de 222