Chiourim.org

Détecter un cancer par l'haleine

Israël Technologies

Une équipe internationale a mis au point un test rapide, rappelant un alcootest, qui permettrait de détecter très tôt la présence d'une tumeur.

Le test n'en est encore qu'à un stade expérimental, mais les résultats prometteurs déjà évoqués il y a un an par les chercheurs de l'Institut technologique Technion d'Israël semblent se confirmer. Selon une étude publiée cette semaine dans le British Journal of Cancer, des scientifiques sont parvenus à différencier des patients cancéreux de patients sains en analysant leur haleine, grâce à un procédé rapide, non-douloureux et potentiellement peu coûteux.


Repérer et identifier les tumeurs

L'analyse de l'haleine pour détecter un cancer repose sur un constat : quand une tumeur grossit, la surface des cellules cancéreuses dégage des composés organiques volatiles spécifiques, que l'on peut retrouver dans le souffle.

Des chercheurs travaillant à un «nez électronique» ont découvert des détecteurs, comprenant notamment des nanoparticules d'or, capables d'identifier ces éléments chimiques. Ils sont non seulement capables de détecter la présence d'un cancer, mais aussi déterminer s'il s'agit d'un cancer colorectal, du sein, de la prostate ou du poumon.

Ces quatre cancers sont les plus courants enregistrés chez les hommes et femmes confondus et sont responsables de 60% de la mortalité chez les cancéreux.

L'expérience dont il est question dans le BJC a été menée auprès de 177 volontaires, âgés de 20 à 75 ans. Les patients atteints d'un cancer étaient soumis au test juste après avoir été diagnostiqués selon les techniques traditionnelles, et avant de commencer tout traitement. L'âge du patient, son sexe ou son mode de vie (tabagisme par exemple), qui peuvent modifier la chimie à l'intérieur de la bouche, n'ont pas eu d'impact sur les résultats.

Lire la suite : Détecter un cancer par l'haleine

 

Un papillon en guise d'espion

Israël Technologies

Les ingénieurs qui travaillent dans le hangar central de l'entreprise Israel Aerospace Industries sont figés devant le petit engin voletant dans l'air devant eux. Différentes versions de drones sont actuellement en cours d'utilisation par les Forces de défense israéliennes et les forces militaires d'autres pays à travers le monde, et cette petite créature est prête à déployer ses ailes et se joindre à eux en vol.

Ce papillon ne se contente pas voler. Tout comme n'importe quel drone qui se respecte, il peut également prendre des images en couleur et les relayer en retour au contrôle au sol en temps réel. Pour expliquer comment cela fonctionne, Dubi Binyamini, chef du département de mini-robotique de l'IAI, prend un casque avec une visière qui ressemble à un appareil issu d'un film de science fiction et dit: "Lorsque vous mettez ce casque sur votre tête, vous êtes sûr que vous êtes réellement à l'intérieur du poste de pilotage du papillon. Vous voyez tout ce que voit le papillon. Vous pouvez voler à n'importe quelle altitude et distance et tout voir en temps réel".

Certains mini-drones sont déjà en cours d'utilisation sur les champs de bataille. Les forces armées américaines déployées en Irak utilisent des drones qui font seulement 30 centimètres d'envergure. Ces véhicules n'ont toutefois pas la capacité de manipuler leurs ailes de façon indépendante. Ils ne peuvent pas bouger leurs ailes a la manière d'un vrai papillon ou même d'un papillon artificiel, ce qui les rend inutiles dans des environnements fermés, tels que des structures résidentielles ou des bureaux.

Lire la suite : Un papillon en guise d'espion

 

Une canne virtuelle pour aveugles

Israël Technologies

Inventée par l'Université hébraïque de Jérusalem, elle permet au patient de reconstruire une image de l'environnement. 

Actuellement, près de 200 millions de personnes souffrent de déficience visuelle, avec comme conséquence principale des difficultés pour s'orienter et se déplacer. 

Un des principaux défis qui se posent à elles est d'évaluer la hauteur des différents obstacles et d'identifier des objets plus éloignés, afin d'anticiper leur déplacement.

 La canne blanche utilisée actuellement n'offre qu'une solution très partielle à ces problèmes. D'où l'idée de mettre au point une canne virtuelle ca­pable, grâce à un système de capteurs et de vibrations, d'améliorer l'orientation et la mobilité des malvoyants.

Ce nouveau dispositif aidant les personnes aveugles à percevoir les différents obs­tacles sur leur chemin a été présenté fin juin à Jérusalem, lors d'une conférence internationale intitulée «Facing Tomorow», visant à réfléchir aux défis de l'avenir et organisée à l'initiative du président Shimon Pérès.

Le Dr Amir Amedi, de l'Institut de recherche médicale Israël-Canada (Imric) et de Safra Center for Brain Sciences (ELSC) de l'université de Jérusalem, et son équipe ont donc développé ce dispositif, de la taille d'un téléphone portable.

 Ce système, qui fonctionne comme une lampe de poche virtuelle, peut remplacer ou compléter la canne blanche classique. La canne virtuelle émet un faisceau focalisé vers les objets environnants et transmet les informations à l'utilisateur via une légère vibration, semblable à celle d'un téléphone portable.

Lire la suite : Une canne virtuelle pour aveugles

   

Des Israéliens ressuscitent une plante

Israël Technologies

Imaginez que cette forme de vie fut d'une importance capitale en son temps.
Imaginez des scientifiques passionnés réussissant l'exploit de ramener à la vie cette espèce éteinte depuis si longtemps.

Non, vous n'êtes pas en train de lire le scénario de "Jurassic Parc" mais juste sur le point d'apprendre l'exploit du Prof. Zohar Amar et du Dr. David Iluz de l'université de Bar Ilan qui sont en train de rendre vie au Balsam, plante légendaire éteinte depuis des siècles.

La plante de palme est abondamment mentionnée dans divers écrits anciens : La Bible, le Talmud ainsi que dans les écrits grecs et romains. D'après la tradition, cette plante fut apportée par la reine de Saba et devint vite le symbole de la terre d'Israël.

De cette plante, fut confectionné le plus prestigieux et le plus onéreux des parfums de l'époque ancienne. Dans les descriptions rabbiniques du monde futur, il était usuel d'inclure des paysages emplis de balsam. Selon la tradition juive, les justes et les saints dégageait un parfum naturel de balsam et leurs bonnes actions étaient comparées à cette fragrance extraordinaire.

D'après les écrits, le balsam était reconnu pour ses vertus médicinales: en effet sa sève était connue pour alléger les maux de tête et pour améliorer une vision déficiente; des préparations à base de balsam étaient utilisées contre la paralysie ou pour réparer les fractures. Elle fut utilisée comme sérum antivenimeux et contre les maladies respiratoires.

Lire la suite : Des Israéliens ressuscitent une plante

 

Des Israéliens réparent le coeur

Israël Technologies

Publiés dans le European Heart Journal, les résultats d'une recherche issue d'une collaboration entre scientifiques du Technion et du centre médical Rambam de Haïfa nous rapprochent d'un exploit aux répercussions importantes. Un traitement permettant de traiter l'insuffisance cardiaque, pathologie mettant le coeur dans l'incapacité de pomper la quantité de sang requise à son bon fonctionnement, devient un enjeu capital.

En effet, comme l'explique Nicholas Mills cardiologue consultant a l'Université d'Edinburgh "de plus en plus de gens survivent à une crise cardiaque et vivent avec un coeur diminué. Malheureusement le corps n'a pas la capacité de réparer le coeur après une crise cardiaque."

C'est ainsi que des scientifiques israéliens ont réussi à transformer des cellules provenant de la peau de patients souffrant de cette condition en cellules cardiaques saines. La grande nouveauté repose dans le fait que ces cellules proviennent du patient lui même réduisant ainsi le risque de rejet.

L'équipe de Lior Gepstein professeur en médecine et physiologie a transformé ces cellules de peau en ajoutant a leur noyau trois gènes et une molécule, la valproique, Cela a conduit la création de HiPSC (Cellules Souches Pluripontentes induites) ayant la capacité de se différencier en cellule cardiaque; et cela de manière aussi effective que si ces HiPCS provenaient de sujets ayant un coeur sain.

Lire la suite : Des Israéliens réparent le coeur

   

Page 204 de 209