Chiourim.org

Toutes les choses dans le monde s’acquièrent grâce au savoir

Paracha Bamidbar

Toutes les choses dans le monde s’acquièrent effectivement grâce au savoir. Parce que l’essentiel d’une acquisition c’est quand on a vraiment investi sa conscience dans cet acte. Raison pour laquelle nos Sages ZL ont institué pour l’achat de tout bien mobilier que cela s’opère au moyen de les attirer ou de les élever (Hoshen Mishpat 198,1). Ou pour les biens immobiliers au moyen de leur occupation (là-bas 190,1). Ils ont estimé qu’en agissant ainsi, lors des différentes sortes d’acquisitions, la conscience est attirée à l’intérieur d’un bien acheté ou d’un cadeau reçu. C’est-à-dire au moment où on lui dit d’attirer ou d’acheter. 

Et l’acheteur attire l’objet, alors assurément l’esprit du vendeur et de l’acheteur s’accorde pour confirmer la validité de ce commerce. Et ils ne reviendront jamais sur les modalités de cet échange. Ainsi, la base même de l’achat s’effectue grâce à la prise de conscience. De ce principe tout découle dans ce monde, comme il est écrit (Ps. 104,24) « Tu réalises tout avec sagesse ». Et comme l’ont dit nos Sages ZL (Nedarim 41) « si tu acquiers du savoir, que te manque-t-il ? Si tu manques de savoir, qu’as-tu acquis ? » Ou encore comme il est écrit (Michlei 4,5) « acquérir de la sagesse, c’est

Lire la suite : Toutes les choses dans le monde s’acquièrent grâce au savoir

 

L’extrême force résidant dans la parole

Paracha Nasso

Grâce au commandement relatif aux vœux, il est possible de saisir et de comprendre l’extrême force résidant dans la parole. Car, aussitôt une parole est-elle émise par sa bouche, il s’impose de mettre en application ce qui est sorti d’entre ses lèvres. En vérité, ce sujet des vœux représente un concept prodigieux, d’une très grande élévation. Lorsqu’il est écrit (Bamidbar 6,2) « si une personne fait expressément vœu d’être abstème, voulant s’abstenir en l’honneur de Hachem », on se rend compte de toute la puissance du libre arbitre donnée à l’homme. Car il peut, avec la force de sa bouche, s’imposer à lui-même de nouveaux commandements, pour lesquels aucun ordre ne lui avait été donné. Par exemple, s’il s’interdit, en l’exprimant avec sa bouche, quelque chose permis, alors immédiatement cette chose permise devient un interdit de la Torah, comme tous les autres. Il s’agit d’un concept fabuleux. 

Parce que cette chose en elle-même, à sa racine, ne comporte absolument aucun interdit. Malgré tout, dès qu’il dit avec sa bouche que cela lui est interdit, même sans mention du Nom, immédiatement pour lui c’est devenu un grave interdit selon la Torah elle-même. Ainsi, il nous est donné d’appréhender toute l’importance de la puissance de l’homme qui

Lire la suite : L’extrême force résidant dans la parole

 

L’essentiel de la Volonté Divine se mérite grâce au pays d’Israël

Paracha Shla'h lekha

La faute des explorateurs réside dans leurs calomnies contre le pays d’Israël ! Car l’essentiel de la Volonté se mérite grâce au pays d’Israël. Là-bas, dans ce pays, se situe l’essentiel de l’éclairage de la Volonté, des attentes et des désirs pour se rapprocher vers Hachem. Cela correspond (Ps. 85,2) « Tu as rendu, Hachem, ton affection à Ton Pays ». Ainsi, nos Sages ZL ont dit (Berechit Rabah 13,12) que le mot terre/Eretz découle du mot Volonté/Ratzon. Pourquoi ce nom terre/Eretz, parce qu’elle satisfait/Meratzah avec ses fruits. Aussi, certaines Tribus ont été bénies pour que leur terre se remplisse de la Volonté. Comme il est écrit (Devarim 33.23) « Naphtali! Rassasié des grâces diverses, comblé de bénédictions ». Et il est écrit (là-bas 33,16) « les délices du sol et son abondance, et la Volonté de Celui qui m’est apparu dans un buisson ». Et les autres Tribus, qui n’ont pas été bénies ainsi, elles font partie de l’ensemble de Yaakov. Et les uns dépendent des autres, donc toutes les bénédictions de chacun retombent sur tous. Ainsi l’explique Rachi là-bas (Ber. 49,28) sur le verset « Il ‘les’ bénit ». Et il en va aussi ainsi pour les bénédictions de Moshe Rabenou.

Elles correspondent à celles de Yaakov, comme l’explique Rachi. L’essentiel d’une forte volonté et des aspirations vers Hachem se méritent dans le pays d’Israël. Là-bas brille et étincelle Son Éternité. Comme le disent nos Sages ZL (Ketouvot 110:) « celui qui habite dans le pays d’Israël ressemble à celui qui a pour lui l’Éternel ». Et l’éclairage de la Volonté correspond à une bonne odeur. L’essentiel de l’extraordinaire bonne odeur des étincellements de Son Éternité, grâce auxquels on languit et désire fortement se rapprocher vers Sa Volonté, sans aucune limitation, c’est seulement dans le pays d’Israël.

Lire la suite : L’essentiel de la Volonté Divine se mérite grâce au pays d’Israël

   

Il forma un parti

Paracha Kora'h

La faute de Korah réside dans la manifestation de son opposition contre Moshe Rabenou et Aharon (Bamidbar 16,1) « il forma un parti ». La traduction de Onkelos donne ce sens « il se sépara ». Il a institué une séparation entre le principe de l’étudiant et celui du Juste. Il a estimé que la notion de l’étudiant, en elle-même, représente une élévation. Aussi, il a déclaré (là-bas 3) « toute la communauté, tous sont des saints ». Et Rachi explique « ils ont tous entendu la Parole du mont Sinaï, les paroles prononcées par le Tout-Puissant ». C’est-à-dire, il a prétendu que du fait que tous ont reçu la Torah, et tous ont entendu depuis le Sinaï « Je suis », par conséquent tous sont égaux. Que nous soyons protégés de telles idées. À cause de ses conceptions, beaucoup ont fauté. Car, bien que tous aient reçu l’enseignement et le message de la Torah depuis le Sinaï, il est évident qu’aucun n’est semblable ni égal dans sa compréhension et dans sa mise en application. L’essentiel de la plénitude est atteignable seulement en fonction de la sanctification personnelle de tout un chacun. En fonction de ce que chaque individu mérite d’accomplir pleinement les indications contenues dans la Torah.

Lire la suite : Il forma un parti

 

Maître de la sagesse

Paracha Houkat


La description du sujet de la « Vache rouge » suit le récit de la dispute de Korah. Un des commentaires sur la Paracha s’interroge au sujet de ce rapprochement. La réponse donnée explique que ce dernier ne connaissait pas la loi concernant la « Vache rouge ». Elle possède cette grande vertu de pouvoir amener le pardon sur Israël, d’après le Yalkout Reouveni. Parce que la procédure concernant la « Vache rouge » s’effectue à l’extérieur. Ainsi, elle rend pure de l’impureté de la mort. Car la mort rend impure à un niveau extrêmement élevé. Parce qu’il s’est opéré une séparation entre l’intériorité et l’extériorité. Ce qui caractérise précisément la mort. Alors, l’emprise des extérieurs est particulièrement prégnante, tout ce que représente « l’autre tendance ».

Par conséquent, l’essentiel de la purification s’opère grâce à la « Vache rouge ». Et précisément toute cette opération s’effectue en dehors du camp. Elle purifie tous les endroits extérieurs, et elle expulse de là-bas toute leur emprise. Elle possède la force de rendre pure de l’impureté de la mort. Il s’ensuit que véritablement le commandement de la

Lire la suite : Maître de la sagesse

   

Page 18 de 219