Chiourim.org

L'Université de Bar-Ilan développe un kit de diagnostic rapide du coronavirus

Israël Technologies

Le diagnostic du coronavirus prend environ une heure en utilisant les méthodes actuelles. Une nouvelle technologie combinant optique et particules magnétiques, permet de tester rapidement 100 échantillons de patients potentiellement infectés par le virus et de réduire le temps de diagnostic à environ 15 minutes.

Le temps nécessaire actuellement pour diagnostiquer le coronavirus est l’un des plus grands défis dans le traitement des patients infectés et augmente le risque d’exposition. À l’aide d’une nouvelle technologie développée par le Dr Amos Danielli, de la Faculté de génie Alexander Kofkin de l’Université

Lire la suite : L'Université de Bar-Ilan développe un kit de diagnostic rapide du coronavirus

 

Rechercher et annuler son H'ametz

Halakhot de Pessah

La recherche du H‘amets
La nuit du 14 Nissan - qui tombe cette année 5779 ce jeudi soir - on procède à la recherche du H’ametz à la lueur d’une bougie de cire (ou d’huile de paraffine solidifiée comme on en trouve de notre époque), conformément à l’institution de nos sages.
Si l’on n’a pas de bougie, on peut

Lire la suite : Rechercher et annuler son H'ametz

 

Que faire lorsqu’on n’a pas entendu une partie de la Méguila, pour cause de bruits ou de retard à la synagogue ?

Halakhot de Pourim

Toute personne a le devoir d’écouter la Méguila le jour de Pourim
Il faut la lire le soir, et la répéter le lendemain, comme il est dit : « Mon D. ! Je t’implore le jour même si tu ne me réponds pas, et je ne me tairais pas la nuit. » Or, ce verset est écrit dans le psaume de Téhilim qui débute par les termes « Lamnatséah’ ‘Al Ayélet Hachah’ar… », et nos maîtres nous enseignent dans la Guémara Yoma (29a) qu’Esther est comparée à la Ayélet Hachah’ar (l’étoile du matin). C’est pourquoi nous apprenons à partir de ce chapitre pour la lecture de la Méguila qui a été rédigée par la reine Esther et par Mordéh’aï, qui ont eux-mêmes instauré

Lire la suite : Que faire lorsqu’on n’a pas entendu une partie de la Méguila, pour cause de bruits ou de retard à la synagogue ?

   

La sainteté des Tefilin

Paracha Tazria

Toutes les quatre sections se trouvant dans les Tefilin viennent nous déclarer et nous informer sur la sainte Emounah / croyance pour nos enfants après nous. Comme il est écrit (Chemot 13,8) « tu donneras en ce jour cette explication à ton fils ». Dans la deuxième section, il est écrit (ibid. 14) « lorsqu’à l’avenir ton fils te demandera ». Dans la troisième, il est écrit (Devarim 11,13) « et si vous écoutez et obéissez à Mes Commandements que Je vous commande aujourd’hui », et pour finir, nous sommes plus particulièrement mis en garde (ibid. 6,7 – 11,19) « inculque-les à tes fils, etc., enseignez-les à vos enfants en les répétant sans cesse ». 

Parce que l’essentiel de la sainteté des

Lire la suite : La sainteté des Tefilin

 

Un conseil paternel

Contes Juifs

Dans une ville résidentielle connue pour ses mosquées et ses synagogues, vivait autrefois un vieux Juif avec son fils unique.

Il avait fait de lui un jeune homme pieux et le garçon étant aussi charmant qu’habile, il devint intendant au palais du sultan. Il arrangeait la table, apportait les plats au souverain et à sa famille, versait le vin et contrôlait la préparation des mets.

Le jeune homme gagna bientôt la faveur du sultan, et le vieux père se réjouit du bonheur de son fils. Mais leur joie à tous deux fut de courte durée. Le père tomba malade, et devant les visages désolés des médecins, il comprit qu’il ne guérirait plus. Il fiat alors venir son fils et lui dit :

- "Je vais bientôt mourir et tu resteras seul au monde  Je ne me fais pas de souci pour toi ; cependant, si tu veux vivre longtemps, souviens-toi de ces deux principes : si tu passes devant une synagogue et que tu entends des gens prier à l’intérieur, entre et joins-toi à eux.

Et, quand tu es dans la maison de D.ieu, attends toujours la fin de la prière." Puis, le père serra son fils dans ses bras et peu après, rendit le dernier soupir.

En signe de deuil, le jeune homme déchira son châle de prière et, après l’enterrement, il ne quitta pas sa maison 7 jours durant, selon la loi ancestrale. Au bout d’une semaine, il revint au palais. Mais un seul regard en direction du sultan lui suffit pour comprendre que, dans les jours précédents, quelque chose de grave était arrivé.

Lire la suite : Un conseil paternel

   

Page 14 de 216