Chiourim.org

Nous ne savons rien !

Paracha Haye Sarah


Il existe une grande règle, il est très important de la connaître : nous ne savons rien ! La Torah, Israël et le Saint, béni soit-Il forment un tout unique (Zohar Aharei 73). Et de même qu’il nous est absolument impossible de Le saisir, béni soit-Il, parce qu’aucune pensée ne possède la capacité de L’appréhender (Tikounei Zohar 17). Ainsi, il ne nous est pas donné de comprendre les profondeurs de la Torah. Également, nous ne saisissons pas l’importance des Nechamot / âmes d’Israël. Même celles des moindres parmi eux. Et ce qui se passe avec tout un chacun, ou la raison pour laquelle il est venu dans ce monde, ou que va-t-il arriver avec lui, etc. Mais si tout est caché et invisible, alors nous ne devrions avoir aucune connaissance sur la manière dont il convient de Le servir, béni soit-Il. Pourtant, dans Sa grande Miséricorde et Son Amour pour Son Peuple Israël, il nous a été dévoilé le secret concernant notre service. Car dans Sa bonté, Il nous a donné la Torah par l’intermédiaire de Son Serviteur Moshe Rabenou. Il éclaire nos yeux, il nous a fait connaître la Torah et les commandements. Ils représentent

Lire la suite : Nous ne savons rien !

 

Eclairage de la Volonté

Paracha Toledot


Rivkah savait parfaitement que Esaw était entièrement mauvais, et que ses intentions étaient orientées vers le mal. Raison pour laquelle elle a envoyé avec ruse Yaakov recevoir les bénédictions de son père. Il n’était pas possible pour Yaakov le Juste de recevoir les bénédictions de l’abondance et du revenu propre à ce monde-ci autrement que par la ruse. Aussi, il a été obligé de se revêtir lui-même dans le principe de l’action matérielle. Cela correspond à Esaw. D’où la nécessité d’utiliser des artifices pour recevoir la bénédiction pour son revenu. Elle l’a revêtu des habits de Esaw pour qu’il ne puisse pas le reconnaître. Parce que (Berechit 27,23) « ses mains étaient velues comme celles de son frère Esaw ». En effet, dans sa racine Yaakov se situe très éloigné du concept du revenu matériel. Sa part se trouve seulement dans la Torah et les commandements, cette notion de l’éclairage de la Volonté. 

Tout le contraire de l’action matérielle. En vérité,

Lire la suite : Eclairage de la Volonté

 

Clarifier toutes les lois

Paracha Vayetse

Le Cohen correspond au principe de la droite. Il a le mérite de pouvoir clarifier toutes les lois. L’essentiel de cette clarification dépend effectivement de la droite, lorsqu’elle s’effectue pour elle-même, pour la vérité de la Loi. Tous les Cohanim sont des descendants de Aharon le Cohen. Il est le premier à avoir mérité la prêtrise. En effet, il n’a pas été jaloux de son frère Moshe Rabenou, qui était pourtant son cadet, bien plus jeune que lui. Mieux encore, il a pris Moshe Rabenou comme son Rav, son Maître. Comme il est écrit (Chemot 4,14) « quand il te verra il se réjouira

Lire la suite : Clarifier toutes les lois

   

Le maître des écorces

Paracha Vayishla'h

Et Mordehai (Esther 8,15) sortit de devant le roi revêtu royalement avec de l’azur, etc. C’est une allusion à la couleur azur dans les Tsitsit. Ceux-ci correspondent au souffle de vie du vrai Juste, de Mordehai. Grâce à lui, il nous est donné de nous renforcer contre ‘le maître des écorces’. Ce que représente Haman-Amalek, le principe de Esaw (Berechit 25,25) « il était roux, tout son corps pareil à une pelisse ».

La guerre de Haman-Amalek exige principalement, dans toutes les générations, de se rapprocher vers les vrais Justes. Car l’essentiel de l’existence dans la sainteté, aussi bien matériellement que le spirituellement, est rendu possible grâce au vrai Juste. C’est le vrai Maître, il possède en lui tout l’esprit de vie propre à la Torah. Il complète tous les manques dans le monde. Il rend possible la réparation de toutes les transgressions qui provoquent l’essentiel des manques. Parce qu’une personne en vient à commettre une transgression, seulement s’il pénètre en elle un souffle de folie (Sotah 3). C’est un souffle d’impureté, un souffle venant du ‘maître des écorces’. Et ce souffle de folie est le contraire du ‘savoir’. Raison pour laquelle la personne se trouve remplie avec des manques. Comme il est écrit (Nedarim 41) ‘lorsqu’il te manque du savoir, qu’as-tu acquis ?’ Aussi, le

Lire la suite : Le maître des écorces

 

Les forces de la sainteté

Paracha Vayeshev

« Et ils le haïrent encore plus, pour ses songes et pour ses propos »

Et c’est (Berechit 27,1) « II arriva, comme Yitshak était devenu vieux, que sa vue s’obscurcit ». Yaakov préparait alors un repas pour son père Yitshak. Il s’est lui-même revêtu avec les précieux vêtements de Esaw. Jusqu’à obtenir, au moyen de ces artifices, les bénédictions de son père. Yaakov incarne les forces de la sainteté. Elles correspondent à l’ensemble des soixante-dix facettes de la Torah. Ce qui correspond (Ps. 24,6) « ceux qui recherchent Ta Face ». La personnalité de Yaakov symbolise toute la Torah. Comme il est écrit (Devarim 33,4) « doctrine qui nous a été ordonnée par

Lire la suite : Les forces de la sainteté

   

Page 12 de 214