Chiourim.org

L'engagement

Paracha Va'era

« l’Éternel parla à Moshe et lui dit ‘Je suis Hachem’. Je me suis fait voir à Abraham, à Yitshak et à Yaakov, comme l’Éternel tout puissant. Mais sous mon nom Hachem, Je ne me suis pas fait connaître d’eux ». 

Tout le ‘contentieux’ entre Hachem et Moshe Rabenou, au sujet de sa mission pour aller délivrer Israël, venait de son refus répété de s’engager. Aussi Hachem a manifesté toute Son Inflexibilité et Il l’a contraint d’entreprendre sa mission, comme cela est expliqué dans les précédentes Parachiot. Tout repose sur la notion de vérité. Car même pour de grands Justes, il leur est parfois difficile, surtout au début de leur engagement, de se maintenir par rapport à ce concept de la véritable vérité. Par conséquent, chaque

Lire la suite : L'engagement

 

Une lumière particulièrement puissante

Paracha Bo

C’est le principe de la Matsah. À Pessah se dévoile une lumière particulièrement puissante. Il n'est absolument pas possible, de n'importe quelle façon, de saisir cette lumière. D’autant plus que cela se passe avant le Don de la Torah, lorsque nous n’avons aucun outil pour la réceptionner. Parce que tous les outils, les mesures, les contractions se forment seulement grâce à la sainte Torah. Aussi, quand c’est Pessah, au commencement du dévoilement de Son Éternité, il s’avère très important de prêter attention à quoi que ce soit de Hamets / levain. On ne doit absolument pas en trouver, dans n’importe

Lire la suite : Une lumière particulièrement puissante

 

Les ossements de Yossef

Paracha Beshalakh

Yossef le Juste a mis en garde ses frères (Chemot 13,19) « l’Éternel se souviendra de vous, alors vous ferez remonter d’ici mes ossements avec vous ». Le moment venu, ils se sont conformés à ses instructions (ibid.) « Moshe prit avec lui les ossements de Yossef ». Il ressort du saint Zohar (Bechalah 46) que l’essentiel de la Délivrance s’est produit grâce aux ossements de Yossef que Moshe Rabenou a pris et auxquels il était attaché. Cela correspond à l’extraordinaire élévation des sépultures des Justes. Elles sont propices à la réparation du Nefesh / âme, et elles les aident à sortir de leur pesant exil. Ce qui se rapporte à l’exil du Nefesh, qui constitue l’essentiel de l’exil. Le principe de l’exil égyptien représente le paradigme de tous les exils. Aussi cette notion, Moshe Rabenou prit les ossements de Yossef, nous révèle que l’essentiel de la délivrance de l’esclavage est possible grâce aux ossements de Yossef. Il les emporta pour les enterrer dans le pays d’Israël, le but de leurs pérégrinations. Le cercueil de Yossef s’est déplacé avec eux depuis la Sortie d’Égypte. Ainsi, ce que représente le tombeau des Justes, favorise la délivrance.

Parce que Yossef le Juste mérita de réparer l’Honneur de la Sainteté. D’après cette expression de réparer l’honneur, il se nomme Yossef. Comme il est écrit (Berechit 30,23) « l’Éternel a enlevé / Assaf mon opprobre ». Ce mot se rapporte à la honte, ce qui est le contraire de l’honneur. Il a mérité d’élever et de réparer

Lire la suite : Les ossements de Yossef

   

49 portes

Paracha Yitro

Tous les premiers exils furent la conséquence de l’emprise des ‘quarante-neuf portes d’iniquité’. Mais, ils étaient circonscrits dans le temps et l’espace. Ainsi, chacun des exils a connu ses limitations et sa fin. Par contre concernant ce dernier exil, sa fin nous est absolument voilée. Il doit s’agir d’une finalité extraordinaire ! Car on constate combien se renforce le mensonge, que nous en soyons protégés, qui se rapporte à la ‘cinquantième porte’. Toute la proximité paradoxale d’au-delà des limites. Il s’agit de ‘l’écorce’ d’Amalek qui se réfère au principe de Laban l’Araméen. Il est dit à ce sujet (Berechit 31,41) « tu as changé mon salaire dix fois ». Il s’avère extrêmement difficile de se maintenir contre ses tromperies incessantes et illimitées. Cela peut s’envisager seulement en s’attachant fortement à l’essence de la vérité, comme s’est conduit notre Père Yaakov. Il représente la vérité, comme il est écrit (Miha 7,20) « Tu donneras la vérité à Yaakov ». Il savait comment se conduire dans ces situations. Comme l’ont dit nos Sages ZL (Baba Batra 123.) « je suis ton frère dans la tromperie ! » Yaakov a également déclaré que si Hachem n’était pas venu à son aide pour le sauver de Laban, il se serait passé le pire, que nous en soyons protégés. Comme il est écrit (Berechit 31,42) « si l’Éternel de mon père, l’Éternel d’Abraham et celui que révère Isaac ne m’était pas venu en aide ».


Raison pour laquelle, lorsque Yaakov

Lire la suite : 49 portes

 

Recourir à des emprunts

Paracha Mishpatim

La nécessité de recourir à des emprunts est consécutive à l'existence de jours favorables ou de jours néfastes (Kohelet 7,14). On emprunte en raison d’un manque dans son revenu actuel. Et l’on espère qu’après un certain nombre de jours sa situation changera. Il pense que présentement ce sont des jours négatifs, desquels découlent les problèmes pour son revenu. Par conséquent, il emprunte à son prochain, et il va patienter jusqu’à ce que passent ses mauvais jours. Comme c’est une habitude dans le monde de dire qu’il s’agit d’un mauvais moment à passer. En réalité, il s’exprime ainsi constamment. Il pense pouvoir, alors, rembourser.

Raison pour laquelle on doit absolument s’éloigner de tout emprunt. Il faut croire que même durant les mauvais jours eux-mêmes se trouve du bien. Cela correspond (ibid.) « au jour de malheur, réfléchis ! ». Il convient précisément de ‘réfléchir’. Alors, assurément, il pourra obtenir son revenu ! Et il ne sera pas contraint d’en arriver à emprunter et s’endetter. Car même celui qui se trouve occupé dans le négoce avec des étrangers, il doit savoir et croire qu’également dans ces conditions Hachem est présent. Parce que dans toutes les langues sont revêtues des lettres de la Torah. Aussi, celui qui met

Lire la suite : Recourir à des emprunts

   

Page 8 de 205