Chiourim.org

La fin de la vieillesse douloureuse ?

Israël Technologies

Si la vie éternelle reste un sujet de science-fiction, les biologistes et médecins cherchent toujours à prolonger l'espérance de vie. Les animaux et les hommes meurent parce qu'au cours de leur vie, leurs cellules se dégradent au fur et à mesure, entrainant une dégradation des capacités au niveau physionomique. Ce phénomène est appelé sénescence et est lié, entre autres, au fait que le corps n'est plus capable de répondre efficacement aux maladies.

Il suffit de se souvenir que les personnes les plus à risque lors des épidémies de grippe sont les personnes âgées. Le Docteur Doron Melamed, de la Faculté de Médecine du Technion Institute, travaille actuellement sur l'idée que le système immunitaire peut être corrigé, réveillé, afin de redonner aux personnes âgées le système immunitaire de leur jeunesse.

Le système immunitaire humain est basé sur les lymphocytes, des cellules qui identifient les espèces n'appartenant pas au corps et les éliminent. Pour les lymphocytes B les choses se passent ainsi: premièrement, une bactérie, virus ou cellule infectée présente généralement des antigènes, des protéines de surface qui l'identifient comme une contamination.

Ces antigènes se lient aux anticorps qui sont présents dans le sang et qui leur sont spécifiques, permettant de "marquer" les espèces étrangères au corps.

Dans un deuxième temps, ces espèces étrangères ainsi marquées sont repérées par les lymphocytes et détruites. Il existe aussi des lymphocytes T qui fonctionnent sur un mode d'action similaire. Tous les lymphocytes se multiplient pour assurer une protection et surtout maintenir la mémoire immunitaire. C'est au niveau de ces lymphocytes que la sénescence se fait sentir au cours du vieillissement.

Lire la suite : La fin de la vieillesse douloureuse ?

 

Inovation Israélienne: un pacemaker biologique

Israël Technologies

Imaginez qu'une simple injection de tissu cardiaque puisse réparer un coeur déficient. C'est ce qu'indique les résultats certes préliminaires, mais prometteurs d'une recherche dirigée par les Dr. Oren Caspi et Lior Gesptein de la faculté de médecine du Technion et qui a donné lieu à une publication dans le journal Cellular and Molecular Life Sciences1.

Ces scientifiques ont développé du tissu musculaire cardiaque sain et fonctionnel en reprogrammant des cellules souches issues des cellules de la peau. Ils ont constaté que ces nouvelles cellules cardiaques ont la capacité de "réinitialiser" le rythme de tout le tissu cardiaque malsain qui est situé autour et agissent donc comme un "pacemaker biologique".

Ces cellules se comportent comme des cellules cardiaques jeunes et saines, telles qu'on les observe chez les nouveau-nés.

Les patients souffrant de problèmes cardiaques pourraient donc être traités par une injection de nouvelles cellules cardiaques issues de leur propres cellules souches.

Le pacemaker est un dispositif bien connu permettant de réguler le rythme cardiaque mais il est évident que l'insertion d'un boîtier électronique prêt du coeur n'est pas bénigne et certaines complications infectieuses peuvent se produire. Une injection de ses propres cellules apparaît comme une solution bien moins invasive. Pour l'instant, ce traitement n'a été testé que sur des cochons.

Lire la suite : Inovation Israélienne: un pacemaker biologique

 

Israël traduit l'activité cérébrale en mots

Israël Technologies

Des chercheurs de l'UCLA et du Technion ont réussi à décoder des voyelles à partir de l'activité neuronale qui conduit à leur articulation - une conclusion qui pourrait permettre à des personnes paralysées de "parler" grâce à une interface cerveau-ordinateur. 


Le Prof. Shy Shoham et le Dr. Ariel Tankus du Département de génie biomédical de Technion, avec le Professeur Itzhak Fried de l'Université de Californie Los Angeles (UCLA) et de l'Université de Tel Aviv et le département du centre médical de neurochirurgie, ont décrit la manière dont les neurones, dans différentes régions du cerveau humain, encodent les différents segments de parole (voyelles) au cours de leur articulation dans la prestigieuse revue scientifique Nature1. 


Cette découverte permettra indirectement aux scientifiques de décoder le contenu du discours des sujets sur la base de l'activité du cerveau seul. Une des applications possibles du décodage de la parole à partir de l'activité cérébrale est la création d'une interface cerveau-ordinateur qui permet de restaurer les facultés de la parole chez les personnes paralysées qui ont perdu la faculté de s'exprimer. 


"Il ya des maladies dans lesquelles le corps entier du patient est paralysé, il est effectivement"enfermés" (locked-in syndrome) et est incapable de communiquer avec l'environnement, mais son esprit fonctionne encore", explique le professeur Shoham, chef du Neural Interface Engineering Laboratory du Département de génie biomédical du Technion. 

Lire la suite : Israël traduit l'activité cérébrale en mots

   

Innovation: Micro-caméra téléguidée pour un meilleur diagnostique

Israël Technologies

Imaginez une caméra minuscule qui peut nager à travers le corps comme un têtard, fournissant des images de problèmes cachés dans le tube digestif.

Si cela vous semble être de la science fiction, c'est pourtant une technique proche de la réalité dans le laboratoire du Dr Gabor Kosa, ingénieur en génie mécanique à la Faculté Fleischman de l'Université de Tel Aviv.

Dr Kosa a en effet développé un mécanisme capable de "nager" adapté pour une minuscule "capsule endoscope" qui se déplace à travers l'appareil digestif en prenant des photos de tumeurs ou de blessures difficiles à voir.

Les endoscopes traditionnels - de petites caméras ou fibres optiques qui sont attachées à un tube flexible conçues pour étudier l'intérieur du corps - peuvent être dangereusement invasifs.

Des "capsules endoscopes " ont déjà été développées pour une utilisation dans l'intestin grêle.

Lire la suite : Innovation: Micro-caméra téléguidée pour un meilleur diagnostique

 

Le “Tzayad”: le GPS high-tech de Tsahal

Israël Technologies

Parmi toutes les technologies de pointe utilisées par Tsahal, certaines méritent le feu des projecteurs. Une des nouvelles technologies est appelée le «Tzayad» (en hébreu: “Chasseur”).

Ce programme permet aux unités de partager des informations sur l’emplacement des troupes amies et ennemies, un peu comme un programme GPS dans votre voiture ou une application de téléphone qui vous permet de trouver facilement des restaurants ou des lieux.

Au cours des années 1990, les anciennes versions du système ont été utilisées pour garder les frontières d’Israël, mais ne pouvaient pas identifier les véhicules et les personnes. Cependant, après la Seconde Guerre du Liban, le «Tzayad» est amélioré. 

Il peut recevoir désormais des données provenant de plusieurs sources simultanément et interpréter les données en un flux unique, offrant aux commandants l’information dont ils ont besoin pour prendre des décisions instantanées sous le feu ennemi.

Lire la suite : Le “Tzayad”: le GPS high-tech de Tsahal

   

Page 201 de 209