Chiourim.org

L'économiseur d'eau nouvelle génération

Israël Technologies

C'est une de ces idées qui, certes, n'a pas vocation à révolutionner le monde, mais qui contribue à le préserver. Lorsque, par une soirée d'hiver, nous nous relaxons sous une douche bien chaude, nous gaspillons une importante quantité d'eau pour l'amener à bonne température. 

Un groupe d'étudiants de l'Université d'Ariel a développé un nouveau système, le Has-Ham, qui permet de conserver l'eau froide perdue pour une utilisation ultérieure.

Préserver l'eau au quotidien

L'eau est une denrée rare. Particulièrement en Israël qui, du fait de son positionnement géographique, est confronté à d'importants risques de sécheresse. 

Pour assurer les besoins de sa population malgré cette donnée, le pays construit notamment de colossaux centres de dessalement de l'eau.

 Bien que l'importance de ces projets gigantesques ne soit pas mise en cause, la solution globale au problème de l'eau passe irrémédiablement par une meilleure gestion des ressources au quotidien et par la limitation des pertes évitables.

Lire la suite : L'économiseur d'eau nouvelle génération

 

Un mathématicien israélien sauve des troupeaux de vaches

Israël Technologies

Lorsqu'un troupeau comporte plusieurs milliers de tètes, il n'est pas toujours facile de pouvoir suivre médicalement chaque bête afin de déceler des maladies qui peuvent non seulement causer la mort de l'animal, mais aussi contaminer ses pairs.

Aider les éleveurs à surveiller leur bétail

Ilan Arbel, entrepreneur israélien et mathématicien de formation, apprend un jour que le rendement des éleveurs de bétail est généralement très faible, parce que de nombreux veaux ne survivent pas après leur première année.

 La raison ? Il est presque impossible pour les éleveurs de grandes exploitations de surveiller l'état de santé de chaque animal et d'intervenir lorsqu'ils tombent malades. 

Ilan Arbel, entrepreneur israélien et mathématicien de formation, s'est donc entouré d'autres scientifiques (mathématiciens, informaticiens, vétérinaires, etc.), dans le cadre de la start-up CattleSense, fondée pour l'occasion, afin de développer un dispositif qui résoudrait ce problème.

Lire la suite : Un mathématicien israélien sauve des troupeaux de vaches

 

Le "nez électronique" qui sent les cancers va être commercialisé

Israël Technologies

Le "nez électronique" de détection des cancers mis au point par Hossam Haick, professeur au Technion, va être commercialisé. L'ambition de cet appareil étonnant : révolutionner la pratique du diagnostic.

Utiliser l'haleine pour détecter des maladies

Utiliser l'haleine des patients pour détecter d'éventuelles maladies ? L'idée est venue à Hossam Haick après avoir lu que les chiens peuvent renifler certains types de cancers. "Mais il n'y a aucune manière pour eux de communiquer efficacement ce qu'ils ont trouvé, explique-t-il. De plus, il n'est pas possible de faire venir les chiens dans les hôpitaux, pour des raisons d'hygiène." Ce professeur de Génie chimique au Technion pense alors à créer un "nez électronique", qui fonctionnerait sur le même principe que le museau des canidés. Fin 2006, un Prix d'excellence Marie Curie de 1,73 millions euros est accordé à son équipe pour relever ce défi. Les travaux peuvent alors commencer.

Un diagnostic fiable à 95%

Après plusieurs années de travail, un outil révolutionnaire est mis au point. Son nom : le Na-Nose ("na" pour "nanotechnology"). Son utilisation est simple : les patients soufflent dans l'appareil, qui analyse ensuite les plus de 1.000 gaz contenus dans leur haleine pour identifier d'éventuelles anomalies. Cette technologie, qui s'appuie sur des nanomatériaux spécifiques, est connue sous le nom de détection des composés organiques volatiles (volatile organic compound - VOC). Particulièrement efficace, elle permet de diagnostiquer avec une fiabilité de l'ordre de 95% un grand nombre de maladies : scléroses, maladie de Parkinson, différents types de cancer, etc.

Lire la suite : Le "nez électronique" qui sent les cancers va être commercialisé

   

La marine israélienne, une super puissance régionale

Israël Technologies

Le chef des systèmes de combat de la marine israélienne donne un aperçu des dernières technologies qui protègent les côtes israéliennes des possibles menaces. Bien que moins médiatisée, la marine est l’une des branches essentielle de l’armée israélienne.
Elle est chargée de la protection des frontières maritimes contre les infiltrations, les sabotages et les attaques terroristes.

La marine israélienne offre à Tsahal une puissance de feu importante pouvant frapper des cibles à longues distances avec une précision remarquable, elle offre également une gamme de missiles d’interception afin de pouvoir protéger la population civile. Les défis de l’armée de mer ont évolué ces dernières années car les forces hostiles à Israël ont amélioré leur capacités navales et que les groupes terroristes menacent aussi d’attaquer par la mer. 

Afin de contrer ces menaces, les soldats font usage d’armes modernes et de systèmes de détection qui fonctionnent jour et nuit au dessus comme en dessous de l’eau.

Sous l’eau

Le colonel Sasi Chodeda, chef de la division des systèmes de combat de la Marine, s’est exprimé lors d’une récente conférence à propos de la croissance des capacités sous-marines d’Israël. “La marine israélienne devient une super puissance dans la région” a déclaré Chodeda, “nos sous-marins sont un pilier vital pour la sécurité de l’Etat”
La puissance de nos sous-marins se caractérise par les armes avancées et les systèmes de radars de classe mondiale présents à bord . Les sous-marins sont équipés de systèmes de contrôle munis de senseurs, de régulateurs de la puissance de feu et des appareils de contrôle de navigation.

Lire la suite : La marine israélienne, une super puissance régionale

 

S'exprimer en lisant le cerveau

Israël Technologies

Des chercheurs de l'UCLA et du Technion ont réussi à décoder des voyelles à partir de l'activité neuronale qui conduit à leur articulation - une conclusion qui pourrait permettre à des personnes paralysées de "parler" grâce à une interface cerveau-ordinateur. 

Le Prof. Shy Shoham et le Dr. Ariel Tankus du Département de génie biomédical de Technion, avec le Professeur Itzhak Fried de l'Université de Californie Los Angeles (UCLA) et de l'Université de Tel Aviv et le département du centre médical de neurochirurgie, ont décrit la manière dont les neurones, dans différentes régions du cerveau humain, encodent les différents segments de parole (voyelles) au cours de leur articulation dans la prestigieuse revue scientifique Nature1. 

Cette découverte permettra indirectement aux scientifiques de décoder le contenu du discours des sujets sur la base de l'activité du cerveau seul. Une des applications possibles du décodage de la parole à partir de l'activité cérébrale est la création d'une interface cerveau-ordinateur qui permet de restaurer les facultés de la parole chez les personnes paralysées qui ont perdu la faculté de s'exprimer.

Lire la suite : S'exprimer en lisant le cerveau

   

Page 210 de 222