Chiourim.org

Quelques règles de Kippour

Halakhot de Yom Tov


Quelques règles de Yom Kippour
Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent.
Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique compétente dans ce type de questions, qui lui indiquera si elle doit jeûner ou pas. Il est interdit à quiconque de se montrer rigoureux sur ce point en s’imposant le jeûne alors que son état de santé ne le permet pas, car la sainte Torah dit : « il vivra avec (ces Mitsvot) » et non pas mourir par les Mitsvot. Il est interdit à qui que ce soit de se laisser mourir ou même de se placer dans le moindre risque de danger pour le jeûne de Yom Kippour. Lorsque notre

Lire la suite : Quelques règles de Kippour

 

La fête de tout le peuple d’Israël

Soukot


Notre maitre le ‘HYDA explique dans son livre « Dévach Léfi » que le mot « Soukka » contient une allusion aux règles de la Soukka.
En effet, certains construisent une Soukka de 4 murs, ce qui représente le meilleur de la Mitsva, et une telle Soukka ressemble à la lettre « Same’h » (ס) puisque cette lettre est « fermée » de toute part.
Certains font la Soukka avec 3 murs, comme la lettre « Kaf » (כ).
D’autres font la Soukka avec 2 murs en ajoutant une paroi supplémentaire sur le côté, comme la lettre « Hé » (ה). (Une telle Soukka comporte plusieurs détails Halachiques sur lesquels il faut être vigilant afin qu’elle soit conforme).

Nous apprenons donc une chose particulière:

Nous trouvons dans la base même du Din du devoir de la Soukka, qu’il est possible d’accomplir uniquement le « strict Din », et il est aussi possible de s’imposer la rigueur en ajoutant encore et encore pour accomplir le meilleur de la Mitsva.

Similairement, nous trouvons

Lire la suite : La fête de tout le peuple d’Israël

 

Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

Halakhot de Souccot


Dans une précédente Hala’ha, nous avons développé l’obligation de manger sous la Soukka pendant la fête de Soukkot, ainsi que l’exemption des femmes de la Mitsva de Soukka, et qu’elles sont donc autorisées à manger à l’extérieur de la Soukka.

Cependant, nous avons également précisé qu’une femme qui s’impose de manger sous la Soukka, obtiendra pour cela une récompense.
Et puisque nous avons expliqué que selon le Din, les femmes sont exemptes de la Mitsva de siéger dans la Soukka, nous allons, avec l’aide d’Hachem, expliqué un Din supplémentaire lié à ce point.
Celui qui omet - le 1er soir de Soukkot - de dire le passage de « Ya’alé Veyavo » que l’on dit dans le Birkat Hamazon.
S’il se rend

Lire la suite : Si on a oublié « Ya’ale Veyavo » dans le Birkat Hamazon de Soukkot

   

Briser tous les empêchements

Paracha Berechit


L’homme doit beaucoup se renforcer et surmonter pour briser tous les empêchements présents dans le monde ! Jusqu’à mériter de concrétiser ce qui se trouve encore en puissance et l’amener vers l’effectif. Cela plus particulièrement pour toutes les notions se rapportant à la sainteté. D’où la nécessité de se rapprocher vers des personnes attachées à la vérité. Toute sa sainteté et toute son existence dépendent de cela. Et attacher le potentiel vers le concret, cela correspond à attacher les voyelles avec les consonnes. Cela est rendu possible grâce aux désirs et aux attentes en vue d’atteindre de saintes notions. 

Comme il est écrit (Cant. 1,11) « nous te ferons des colliers d’or, entremêlés de points d’argent ». Car l’essentiel de l’attirance se réveille au moyen des empêchements se présentant face à lui. D’autant plus l’objet du désir s’avère substantiel, alors le désir lui-même doit se manifester encore

Lire la suite : Briser tous les empêchements

 

Donner toute son Âme

Paracha Noa'h

Il est mentionné dans le saint Zohar (Zohar Hadash 58) ‘il ne s’est jamais trouvé un berger de confiance comme Moshe Rabenou. Il a donné tout son Nefesh / âme pour les gens de sa génération. Par contre, Noah n’a pas demandé à tel point des miséricordes. Même Avraham a demandé et il a prié pour les gens de Sodome et de Amorah, etc.’ Mais aucun n’a atteint le niveau de Moshe Rabenou en étant disposé à tellement donné. Il est écrit (Chemot 32,32) « sinon efface-moi du livre que Tu as écrit ». Ainsi, en vérité, tout repose sur le Juste de la génération. En fonction de ses mérites et de sa sainteté, alors la miséricorde voilée peut se dévoiler d’autant plus. Grâce à celle-ci, le Juste parvient à donner de la vie au monde, et à ceux encore éloignés malgré leur éloignement et leur situation présente. Constamment la miséricorde voilée subsiste. Elle ne peut en aucune façon être perturbée par absolument aucune faute. Grâce à cela le monde peut se maintenir durablement. Mais, tout reste lié au Juste de la génération. Hachem, béni soit-Il, a créé tout le monde uniquement sur la base de Sa Miséricorde. Selon le principe (Ps. 89,3) « la bonté est établie pour toujours ». 

Mais après Sa Création du monde, dorénavant tout va dépendre du Juste de la génération. Selon sa force et sa volonté, ainsi il en ira pour la conduite du monde. Raison pour laquelle lors de la génération du Déluge, s’il s’était trouvé quelqu’un parvenant à dévoiler cette miséricorde voilée, comme l’a fait Moshe Rabenou, il est possible que même alors le monde ait pu se maintenir. Mais comme Noah n’a pas pu atteindre un niveau d’abnégation correspondant à celui de Moshe Rabenou, alors il n’a pas réussi à dévoiler cette miséricorde voilée. Par conséquent, le Déluge

Lire la suite : Donner toute son Âme

   

Page 10 de 216