Chiourim.org

Les allusions du quotidien

Paracha Haazinou

Chaque personne doit rechercher à comprendre les allusions qui s’offrent à elle. Pour se renforcer constamment dans la Tefila / prière, les supplications et les cris vers Hachem. Malgré tout ce qui peut se passer avec elle et ce qu’elle peut endurer. Car même lorsqu’on croit ne constater aucun résultat à la suite de ses prières, c’est une indication, a contrario, que le mauvais instinct se renforce contre soi. Il importe donc de savoir et de croire que précisément ses prières et ses cris ont un impact important. Il a déjà été expliqué que la sainteté de tout un chacun d’Israël est relative à sa relation avec le principe de ce que représente le pays d’Israël. 

Lorsque le mauvais instinct se renforce contre un individu, et il l’incite au moyen de mauvaises envies ou de mauvaises attitudes, cela se rapporte à ses tentatives pour l’éloigner de l’héritage que veut lui transmettre Hachem. Ce qui concerne le pays d’Israël. D’autant plus il désire revenir vers la sainteté, on ne le laisse pas tranquille, du fait des extrêmes

Lire la suite : Les allusions du quotidien

 

Comment sortir en promenade pendant la fête de Soukkot

Soukot

Question: Les personnes qui sortent en promenade pendant les jours de H’ol Ha-Mo’ed (demi-fête) de Soukkot, sont-elles exemptes de consommer leurs repas dans la Soukka?

Réponse: Nous avons appris dans la Guémara Soukka (26a) que « les voyageurs » sont exempts de la Soukka pendant leur voyage. Nos maîtres apprennent cette règle à partir d’un verset de la Torah : « Vous siègerez dans les Soukkot ». « Vous siègerez » comme vous « habitez ». Cela signifie que l’on doit se comporter

Lire la suite : Comment sortir en promenade pendant la fête de Soukkot

 

Bénédiction de Léshev Ba-Souccah

Halakhot de Souccot

Question: Quel est l’usage le plus juste selon la Halah’a concernant la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah » : Faut-il la réciter debout, avant de s’asseoir pour prendre le repas dans la Souccah, ou bien faut-il réciter cette Bérah’a lorsqu’on est assis, après avoir récité « Ha-Motsi Léh’èm Min Haarets » sur le pain?

Réponse:
Les repas où il y a Kiddouch
Le soir et le matin du 1er jour de la fête de Souccot (de même, le soir et le matin du 2ème jour, en dehors d’Israël), ainsi que le Chabbat de la fête de Souccot, où nous récitons la Bérah’a de Léshev Ba-Souccah lors du Kiddouch sur le vin, il faut réciter la Bérah’a de Léshev Ba-Souccah à la fin

Lire la suite : Bénédiction de Léshev Ba-Souccah

   

Le secret de l’année embolismique

Paracha Berechit

Le secret de l’année embolismique, le fait d’intercaler un mois supplémentaire, permet de synchroniser le temps cyclique de la lune avec celui du soleil. Il consiste à compléter l’atteinte de la lune, de sorte que la lumière de celle-ci corresponde avec celle du soleil. Car l’essentiel de leur lumière est destiné à éclairer la terre. Comme il est écrit (Berechit 1,14) « des luminaires dans l’étendue du ciel pour faire distinguer le jour de la nuit ; qu’ils servent de signes pour indiquer les époques, les jours et les années ». Leur lumière réside dans la vérité, pour la diffuser et l’illuminer grâce à son éclairage. Raison pour laquelle il existe deux différents luminaires, le soleil et la lune. Ils sont relatifs à deux différentes notions de vérité. Elles sont relatives aux notions de pierre précieuse ou de fenêtre. Parce qu’une pierre précieuse possède intrinsèquement une lumière qui émane d’elle-même, tandis que d’une fenêtre n’émane une lumière provenant seulement d’une source extérieure à elle, venant d’autres et d’ailleurs. Ainsi, le soleil éclaire de lui-même, selon ce principe de la pierre précieuse, alors que la lune éclaire seulement à partir de ce qu’elle reçoit du soleil.

Du secret de la diminution de la lune découle l’essentiel de l’emprise de “l’autre tendance”, des écorces

Lire la suite : Le secret de l’année embolismique

 

Porter atteinte à l'existence

Paracha Noa'h

La possibilité de procéder à la Chehitah / abattage rituel d’un animal a commencé seulement à partir de l’époque de Noah. En effet, depuis les jours du premier Homme jusqu’à ceux de Noah, il n’était pas permis de tuer une bête et de la consommer (Sanhedrin 59:). Parce qu’avant la faute du premier Homme tout était entièrement saint. Même les animaux domestiques ne pouvaient pas être concernés par la Chehitah. Il était absolument interdit de porter atteinte à leur existence, d’enlever leur Nefesh / âme animale pour les manger. Elle n’avait besoin d’aucune réparation. Mais après la faute, toutes les choses sont tombées et les forces extérieures possèdent dorénavant une emprise sur elles. Par conséquent, elles ont besoin d’une réparation. Mais celle-ci a commencé seulement à partir de l’époque de Noah. Il a entrepris de réparer le monde des perturbations provoquées par le premier Homme. 

Comme il est écrit (Berechit 5,29) « celui-ci nous consolera… à cause de la terre maudite par Hachem ». Et commence à partir de lui toute la reconstruction du monde et sa réparation. Parce que le monde entier était parvenu à toutes les extrémités possibles des transgressions. Comme il est écrit (ibid. 6,12) « et l’Éternel regarda la terre ; voilà qu’elle était corrompue ». À un tel point

Lire la suite : Porter atteinte à l'existence

   

Page 5 de 205