Prenez avec vous des paroles

Paracha Beha'alot'kha

C’est (Ochea 14,3) « prenez avec vous des paroles / des choses ! » L’action précisée se rapporte à ‘prendre’. Cela implique que ‘ces paroles’ ou ‘ces choses’ sont déjà préparées, elles sont disponibles. Hachem nous demande de les prendre avec nous pour revenir vers Lui grâce à elles. Comme il est expliqué et comme on nous l’enseigne sur la façon dont il convient de s’exprimer devant Lui (ibid.) « dites-Lui : Toi qui pardonnes toute iniquité ». Et celui qui s’inspire effectivement de ces notions et les met vraiment en application, assurément avec facilité il peut revenir vers Lui, béni soit-Il. Et peu importe où il se situe. Malgré tout ce qui peut bien se passer avec lui. Parce qu’il lui est toujours donné, s’il le veut, de prendre avec lui des paroles venant de Hachem. Jusqu’à ce que pour finir, il reviendra vers Lui et il sera pris en pitié. D’où toute l’importance et la valeur de réciter des Psaumes, comme cela nous est dévoilé. Grâce à

cela, il est certain qu’il méritera de se repentir. Et grâce à cela interviendra la Délivrance complète, rapidement et de nos jours. Et tout le temps qu’il est occupé à réciter des Psaumes, l’intention doit être que ses oreilles et son cœur entendent ce qu’il exprime. Il est certain qu’ainsi il retournera vers Hachem, béni soit-Il. Parce qu’en vérité tout vient de Lui, et Il désire seulement notre bonne volonté, notre réveil et nos efforts pour rechercher et trouver la vérité. Parce que sans aucun réveil, rien ne s’avère possible. Bien qu’en vérité tout vient de Lui, béni soit-Il.

Toute (Bamidbar 8,4) « l’action de la Menorah / du Candélabre » est relative au principe de ce que représente la Torah. Comme il est écrit (Michlei 6,23) « car la flamme du commandement et de la Torah éclairent ». Comme cela est également ramené dans les Tikounei Zohar (21,55). Et la prescription concernant ‘la flamme à l’Occident’ renferme un témoignage pour tout Israël. Avec elle, on commençait et avec elle on terminait (Menahot 76.). Car tout ce qui se rapporte à notre réveil, c’est seulement comme allumer une flamme, mais nous n’entreprenons effectivement aucune action. Simplement, prendre une flamme et allumer avec elle d’innombrables autres flammes, autant que l’on veut vraiment. Mais, si l’on ne possède pas les supports nécessaires, ou ce qui s’impose, pour procéder à leur allumage, évidemment il s’avère impossible de le réaliser. Même pour celui qui le voudrait, ce serait comme allumer des pierres ou de la poussière. Il en va de même pour la flamme avec laquelle on veut allumer, ou avec quoi que ce soit de nécessaire, pour ainsi attirer du feu. Par conséquent, on doit bien saisir que tout vient de Lui, béni soit-Il, le feu, la bougie, la mèche, l’huile, etc. Aussi bien ce qui allume que ce qui est allumé, absolument tout dépend de Lui. Et pourtant, malgré tout, si l’homme n’entreprend pas une quelconque action, ne serait-ce que prendre une flamme et allumer d’autres flammes avec elle, assurément rien ne peut s’allumer de lui-même. C’est ainsi que Hachem a conçu Sa Création. Tout est préparé avec Sa grande Sagesse. Il a précisément voulu que nous entreprenions quelques actions au moyen de notre réveil d’ici-bas. Bien qu’en vérité, absolument tout vient de Lui, béni soit-Il.

Tout le service consacré à Hachem par l’homme réside dans ce principe d’allumer et d’éclairer la lumière de la Nechamah / âme. Comme il est écrit dans le saint Zohar (3,168.) ‘du bois qui ne prend pas feu, on le frappe. De même, un corps dans lequel la lumière de la Nechamah n’est pas saisie, on le frappe !’ Cela se rapporte au principe de ‘la flamme à l’Occident’. Elle témoigne que la Présence réside dans Israël. Avec elle, on commençait et l’on concluait. Pour nous faire saisir que depuis le début jusqu’à la conclusion, tout vient seulement de Lui. Parce que ‘la flamme à l’Occident’ brûlait miraculeusement, comme l’ont dit nos Sages ZL (Yoma39.). À l’évidence Hachem aurait pu Lui-même allumer toutes les flammes du Candélabre. Et comme l’ont dit nos Sages ZL (Manahot 86) :) ‘a-t-Il besoin de cette lumière ?!’ Mais, Il nous a donné l’ordre, et fortement mis en garde, concernant l’allumage du Candélabre. Pour nous montrer, bien que tout procède de Lui, etc., malgré tout, au minimum nous sommes soumis à l’obligation d’allumer la flamme du Candélabre. Et cela nous est compté comme étant notre réveil. Bien qu’en vérité et malgré cela tout vient de Lui. Et de Lui tout commence et se conclut.

Cette notion se trouve particulièrement soulignée (Bamidbar 8,4) « quant à la confection du Candélabre, il était tout d’une pièce, en or ; jusqu’à sa base, jusqu’à ses fleurs, c’était d’une seule pièce ». C’est-à-dire que tout était conçu d’un seul morceau, depuis le début jusqu’à la fin, avec tout ce qu’il contient. À tel point que cela a présenté une très grande difficulté pour Moshe Rabenou. Comment réaliser ce que Hachem lui demande, ce qui doit se réaliser de soi-même, d’un seul tenant ? Aussi (Bamidbar Rabah 15,4) ‘mets dans le feu, et du feu sortira la Menorah !’ Cela nous enseigne que toute la Menorah, qui représente l’ensemble des éclairages de la Torah, est constituée d’un seul morceau, et elle vient d’elle-même. Parce qu’en vérité tout s’opère de soi-même. Il était impossible pour un être humain de le réaliser. En effet, il s’avère extrêmement difficile pour un individu de se réveiller et d’éclairer de lui-même. C’est pourquoi même pour Moshe Rabenou cela a présenté une telle difficulté. Il s’agit d’un secret qui touche ‘la cinquantième porte’. Car, comme expliqué plus haut, bien qu’absolument tout vient de Lui, béni soit-Il, comment se fait-il que malgré tout seulement un réveil soit nécessaire, une volonté, un désir vers la Vérité. Et cela nous est compté comme marquant notre réveil ?!

Ainsi, tous les sacrifices, tout l’encens, tout s’effectuait au moment de l’allumage et de l’arrangement du Candélabre. Comme il est écrit (Chemot 30,7) « chaque matin, lorsqu’il accommodera les lampes, il fera cet encensement, et lorsque Aharon allumera les lampes vers le soir, il le fera encore : encensement quotidien ». L’encens se rapporte au principe du repentir. Il existe onze différentes sortes d’encens. Elles viennent pour dominer ‘la tendance de la mort’ de tous les côtés. Et on élève la sainteté depuis les profondeurs des écorces, comme cela est connu (Zohar Vayhi 230.). C’est l’essentiel de tout ce qui se rapporte au repentir. Et comme il ressort des écrits du Ari Zl. Nous sommes mis en garde de prononcer avec une très grande intention ce qui concerne l’encens. Parce que cela s’avère d’une très grande utilité pour le repentir. Mais, l’essentiel de celui-ci se mérite au moyen du principe que représente le Candélabre. Cela s’exprime par la récitation des Psaumes. Ils incluent ensemble le réveil d’en haut et le réveil d’en bas, au moyen de liens exceptionnels. Il ne nous est pas du tout donné ni de comprendre ni de saisir ces notions !

Cela correspond également à la vision du prophète Zehariah, au secret de la Délivrance complète, grâce à la Menorah qu’il a vue. Comme il ressort dans la Haftarah de la section Baaloteha et de Shabat de Hanoukah. C’est (Zeharia 4,2) « j’ai eu une vision, et voici, une Menorah tout en or ». Il s’ensuit, à ce sujet, que l’huile coulait d’elle-même, comme si elle venait d’une source. Comme il est écrit ensuite (ibid.) « et un récipient à son sommet ». Et comme conclut là-bas Rachi ‘pas par la force, mais avec Mon Esprit, etc.’ Parce que l’essentiel du repentir, ce qui est l’essentiel de la Délivrance, ne s’obtient pas par l’emportement ou par la force, mais en obtenant Son Aide, Son Soutien. Parce que tout vient de Lui, béni soit-Il.

Étant donné la dépendance de chacun de ces éléments, les uns avec les autres, nous devons mériter que soit attiré le principe de ‘la cinquantième porte’ ! Car là-bas sont inclus ensemble, par un lien unique, le réveil d’en haut et le réveil d’en bas. Tout ce qui se mérite grâce à la récitation des Psaumes, en déversant nos conversations entre nous-mêmes et Notre Créateur, en s’examinant soi-même. De façon constante et régulière quoiqu’il puisse arriver. Alors, même si l’on en arrive à constater en soi-même qu’à l’évidence nous ne nous sommes pas acquittés comme il conviendrait de nos obligations, malgré tout il se trouve là un secret exceptionnel. Il ne nous est pas donné par notre intellect de le saisir. Parce qu’il provient de ‘la cinquantième porte’. Il se répand à partir des sept conduits de la Menorah. Ils sont chacun inclus de sept. Selon (ibid.) « ses sept lampes alignées et sept conduits pour les lampes ». Ce sont toutes les sept semaines entières que nous comptons avant le cinquantième jour, ce qu’est Chavouot, la fête du Don de la Torah. Tout cela se retrouve dans la récitation des Psaumes. Ils incluent toutes ‘les cinquante portes’ du repentir. Il s’agit effectivement de notre Retour vers Lui et Son Rapprochement vers nous. Ils s’incluent ensemble. Parce que cela forme un tout unique. Grâce à cela interviendra la Délivrance, grâce à notre juste Machiah. Ce qu’est le roi David, l’auteur des Psaumes. Raison pour laquelle il est fait allusion à la Délivrance dans l’action de la Menorah.

Chabat Chalom
Kupath Rabbi Meir Baal Haness
Elhanan