Israël invente les lunettes holographiques pour aveugles

Israël Technologies

Des chercheurs israéliens du Technion de Haïfa viennent de proposer une nouvelle approche pour redonner la vision à des personnes aveugles. 

Cette méthode s'applique aux personnes souffrant d'une maladie dégénérative de la rétine externe, l'une des causes majeures de perte de vue dans le monde occidental.

Zoom sur la composition de la rétine

Pour comprendre l'origine des maladies dégénératives de la rétine externe et le traitement proposé, il faut garder à l'esprit les bases de l'anatomie de la rétine. De manière très schématique, la rétine est composée de trois couches de cellules. 

La couche externe est constituée de photorécepteurs et permet de convertir, grâce à la présence de canaux ioniques dont l'ouverture est contrôlée par l'intensité lumineuse, l'information visuelle en signaux électriques.

La couche interne est formée par les cellules ganglionnaires qui transmettent l'information captée par la rétine au cerveau. Entre ces deux couches de cellules se trouvent les cellules bipolaires qui connectent photorécepteurs et cellules ganglionnaires. 

Pour information, d'autres types cellulaires tels que cellules amacrines et cellules horizontales se trouvent également dans la rétine et permettent aux cellules provenant d'une même couche de communiquer.

Utiliser des projections holographiques

Les maladies dégénératives de la rétine externe sont caractérisées par une dégénérescence des photorécepteurs tandis que les autres types cellulaires, en particulier les cellules ganglionnaires, sont relativement bien préservés. 

Le Professeur Shy Shoham et son équipe du Technion (Haïfa) proposent de pallier cette dégénérescence grâce à l'optogénétique, une méthode permettant de rendre des neurones sensibles à la lumière. 

Le principe : modifier le génome des neurones cibles afin de leur faire exprimer des canaux ioniques photosensibles, ces mêmes canaux que l'on trouve au niveau des photorécepteurs de la rétine.

Cette méthode permet ainsi de faire jouer aux cellules ganglionnaires le rôle de photorécepteurs. Il reste à transmettre à ces nouvelles cellules photoréceptrices une information visuelle qu'elles soient capables d'interpréter. 

En effet, si dans une rétine intacte, les signaux sont amplifiés et pré-traités grâce au réseau multi-laminaire de cellules rétinales, ce n'est malheureusement pas le cas de la rétine modifiée optogénétiquement. 

L'idée donc est d'utiliser des projections holographiques, ce qui permet non seulement d'activer simultanément un large nombre de neurones, mais également d'atteindre une haute résolution spatiale et temporelle.

Des lunettes qui redonnent la vue

Cette "photostimulation holographique" engendre une activité cellulaire similaire à celle d'une rétine intacte et pourrait donc permettre à ces personnes aveugles de retrouver la vision. 

Les chercheurs israéliens envisagent la possibilité de construire des lunettes équipées de caméra(s) miniature(s) transmettant l'image en temps réel à de petits projecteurs holographiques situés sur les branches des lunettes. 

"Restaurer la vision perdue à un niveau basique de fonctionnalités est devenu récemment possible grâce à une insertion chirurgicale invasive d'implants électroniques artificiels qui stimulent les cellules rétiniennes survivantes [...], explique Shy Shoham. 

Notre approche est différente et vise à stimuler les cellules rétiniennes survivantes sans avoir à recourir à des implants dans la rétine, et pourrait finalement rendre la chirurgie et les implants inutiles."


Sources:bulletins-electroniques