Les leaders israéliens de l'énergie solaire investissent en Afrique

Israël Technologies

La série télévisée américaine "Revolution" montre ce que serait la vie après une longue période sans électricité. Le tableau présenté par J.J. Abrams est assez sombre, c'est le moins qu'on puisse dire. 

Mais vous n'avez pas besoin d'une émission de télévision pour imaginer a quel point la vie est dure sans électricité ; tout ce que vous avez à faire, annonce l'expert israélien en énergie Yosef Abramowitz, est de visiter l'Afrique centrale, où environ 90% de la population vit encore "dans l'obscurité".

"Pour l'Afrique et d'autres régions du Tiers-Monde, où un milliard et demi de gens vivent encore sans courant, l'électricité est la clé pour résoudre une multitude de problèmes", a déclaré Abramowitz au journal Times of Israël.

 "C'est pourquoi nous lançons un nouveau projet qui permettra de fournir de l'électricité solaire à des centaines de millions de personnes dans dans cette partie du monde. "

Y. Abramowitz en sait un rayon sur l'énergie solaire: sa société Arava Power Company a développé le plus grand parc solaire producteur d'électricité en Israël , dans le kibboutz Ketura, et a été la première entreprise à signer un accord avec le gouvernement pour la production commerciale d'électricité solaire.

Abramowitz est également connu pour son activisme social: il a, entre autres, utilisé son travail à Arava pour aider les Bédouins du Néguev, en approvisionnant leurs villages en électricité et créant des emplois. 

Il voit aujourd'hui une réelle occasion d'améliorer la vie des populations d'autres régions en difficulté tels que le Rwanda, les îles Galapagos, ou d'autres pays en développement, en utilisant l'énergie solaire pour produire de l'électricité là ou elle fait défaut et aussi pour éviter l'utilisation d'énergie fossile pour produire cette électricité.

 "Non seulement le pétrole est très cher, surtout pour les pays du tiers monde qui ont de toute façon très peu d'argent, mais c'est très mauvais pour l'environnement", a déclaré Abramowitz, citant le déversement 2002 huile dans les eaux des îles Galapagos en Equateur.

Abramowitz n'est pas seulement intéressé par l'introduction de l'électricité solaire dans quelques pays d'Afrique et d'Asie, il voit sa nouvelle société, Energiya, comme un agent du changement, voire de la révolution, dans la façon dont les pays en développement résolvent leur problèmes. 

"Notre objectif est de déployer 20 milliards de dollars d'ici 2020 pour construire 10.000 mégawatts et fournir de l'énergie verte à 50 millions de personnes", a-t-il poursuivi. "D'après sur notre expérience en Israël et ailleurs, d'autres entreprises et entrepreneurs s'impliqueront dans le secteur solaire quand une entreprise réussit sur ce marché."

Le fait que ce soit une société israélienne qui a ouvert le bal ne sera pas oublié, croit savoir Abramowitz. "Israël, avec toute sa technologie, pourrait faire une grande différence en Afrique, en faisant avancer des problématiques telles que la gestion de l'eau et l'agriculture grâce aux nombreuses innovations et progrès réalisés par les entreprises locales dans ces domaines.

 Mais l'électricité reste la clé de ces technologies." Et avec le courant vient la paix, a-t-il ajouté. "La plupart des conflits dans les pays en voie de développment sont liés à la rareté des ressources naturelles et énergétiques. La technologie peut aider à développer ces ressources. Donc, en un sens, l'électricité solaire pourrait être un facteur clé dans la paix du monde."

Source: Bulletins-éléctrique.com